Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Logements insalubres : la lâcheté politique
Publié dans Challenge le 20 - 07 - 2019

Affirmer vouloir éradiquer les bidonvilles et donner des signes d'encouragement à leur établissement est une solution suicidaire.
Aziz Rabbah a annoncé, au nom du droit à l'électricité, que même les gens qui n'ont pas un permis d'habiter auront le droit au branchement électrique. Il fait sauter le dernier verrou administratif face à la prolifération de logements insalubres, de bidonvilles. Il le fait au nom de considérations humaines qui l'honorent en tant qu'individu, mais qui sont à l'encontre du programme de lutte contre les bidonvilles. C'est une autre incohérence des politiques publiques. Le message est le suivant: «quiconque réussit à construire une baraque, en dehors des lois, a droit aux services publics, en attendant que l'Etat lui offre une maison en dur, en pleine propriété». Il n'y a pas message plus fort pour accélérer la ruralisation des villes, mère, source de tous nos problèmes, de l'incivisme, de l'insécurité et même du dévoiement des élections et du phénomène «ferracha».
Le populisme est criminel
Parce que les politiques ont été d'une lâcheté extraordinaire sur ce dossier, nous sommes face à une faillite absolue. L'Etat a engagé plus de 80 milliards de dirhams dans le programme de lutte contre l'habitat insalubre. On avait recensé le nombre de familles, on a logé un nombre supérieur à celui du recensement et le stock actuel est au même niveau qu'au début de l'opération. Gâchis absolu que personne n'ose affronter.
« Ceux qui sont légaux mais insalubres, on leur amène les services publics, mais on ne leur offre pas un appartement »
La responsabilité des autorités locales est engagée. Pourquoi est-ce qu'elles laissent pousser ces cimetières pour humains comme des champignons ? La corruption y est pour beaucoup, mais aussi la peur de conflits sociaux avec des gens qui revendiquent le droit de violer la loi, d'occuper un terrain qui appartient à un tiers avec en point de mire, un logement offert aux frais du contribuable.
Nous ne faisons qu'encourager l'exode rural, véritable gangrène des villes marocaines, puisqu'il empêche toute véritable politique d'aménagement du territoire.
Lire aussi : Le Maroc exporte-t-il ses bidonvilles ?
Appliquer les lois, expulser tous ceux qui occupent les propriétés de tiers, sans aucune compensation est un signe de fermeté nécessaire et seul compatible avec l'Etat de droit. Pour les autres, ceux qui sont légaux mais insalubres, on leur amène les services publics, mais on ne leur offre pas un appartement.
C'est la seule politique qui peut arrêter le fléau. Les politiques sont d'une lâcheté extrême.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.