Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Avoirs et liquidités détenus à l'étranger : Le délai des déclarations prorogé au 31 décembre 2020    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Edito : Les vraies urgences    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    Une femme tente de s'immoler par le feu à l'aéroport de Marrakech    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Ahmed Mohamed Al-Amine Andari : Le discours Royal a présenté des solutions concrètes pour surmonter les répercussions du Covid-19    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Alerte météo : Des averses attendues dans ces régions    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Le Discours Royal suscite l'intérêt des hommes politiques européens    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Aïd Al Adha: Grâce Royale pour 752 personnes    Le secteur des fruits rouges a besoin de "reconnaissance et d'encouragement"    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », un livre pour comprendre le Royaume « au-delà des clichés »
Publié dans Challenge le 17 - 09 - 2019

«Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », le nouveau livre de Guillaume Jobin, président de l'Ecole supérieure de journalisme de Paris et Valérie Morales-Attias, auteure et chroniqueuse, qui vient de paraître en France aux éditions Descartes & Cie, se veut «un essai analytique, essentiellement destiné à tous ceux qui veulent comprendre le Maroc au-delà des clichés».
Composé à partir de situations vécues et de témoignages, cet ouvrage de 260 pages dresse «un portrait juste et équilibré du pays, le plus objectif possible, sur les nombreux succès marocains mais aussi sur les difficultés », soulignent les deux auteurs dans un communiqué.
Le livre évoque notamment les succès récents de la diplomatie marocaine sous le leadership du Souverain, la situation politique, économique et sociale actuelle du Maroc et son système de gouvernance.
Ce travail n'est pas un livre « bilan » sur les vingt ans de règne de SM le Roi Mohammed VI, affirme d'emblée Guillaume Jobin, dans un entretien à la MAP. «C'est un hasard que nous publions en 2019 », assure-t-il.
« Notre propos est de faire une analyse de ce qui se passe et s'est passé récemment au Maroc, comment et pourquoi ? C'est un livre de fond qui s'inscrit dans la durée et le futur, pas un ouvrage d'événement », explique-t-il.
Se situant entre un reportage très actuel et un essai analytique, « Le Roi : le Maroc de Mohammed VI » est « destiné essentiellement à tous ceux qui veulent comprendre le Maroc au-delà des clichés, des mythes, des mouvements d'opinion suscités par l'actualité », affirme son co-auteur, pour qui « toute la difficulté était d'écrire à la fois pour les Marocains et les étrangers francophones, pas tous français !.»
Beaucoup d'ouvrages ont été écrits sur le Maroc. Mais rares sont les livres qui parlent de façon juste, équilibrée de ce pays. « A part le livre de 1958 de Jean Lacouture, j'ai eu peine à trouver des ouvrages objectifs sur le Maroc quand j'ai écrit « Mohammed V, le Sultan » en 2015, affirme Guillaume Jobin.
«Nous avons voulu faire un livre honnête, ni pour plaire ni pour déplaire. Un point de vue équilibré que le public marocain comprend », ajoute-t-il.
Pour ce qui est du titre choisi pour cet ouvrage, Guillaume Jobin affirme que le sous-titre : « le Maroc de Mohammed VI», a été ajouté «à la demande de l'éditeur ». « Notre titre « Le Roi », tout court s'est imposé de lui-même. « Le Roi », c'est comme lorsqu'on dit « le Général », le lecteur sait qu'on parle de De Gaulle. Le Souverain marocain est un exemple unique à l'échelle mondiale. Dans cet ouvrage, nous expliquons pourquoi !».
En tant qu'observateur de la réalité du Maroc, pays qu'il n'a connu que depuis 2008, Guillaume Jobin estime que « le Royaume a changé, parfois très rapidement, surtout quand une décision royale est intervenue ».
« Mon souci d'observateur est que ce qui est bien, reste et ce qui va moins bien s'améliore, sans que le Royaume ne perde de son âme. C'est d'ailleurs une sorte de sentiment général chez les étrangers qui connaissent le Maroc et que nous avons écoutés, Africains comme Européens », affirme-t-il.
D'ailleurs, le fait que Valérie Morales-Attias qui demeure au Maroc et Guillaume Jobin qui y passe plus de la moitié de son temps, en étant sa résidence familiale et principale, mais également sa base arrière pour son « travail très international pour l'ESJ Paris », a permis aux deux auteurs d'« écouter et de discuter avec des centaines, voire des milliers de Marocains, d'étrangers au Maroc et de MRE, et aussi de voir sur place ce qui s'y passe. (…). »
« Nous avons le recul d'étrangers et nous sommes présents au Maroc », pour cerner au mieux et objectivement la réalité marocaine, assure Guillaume Jobin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.