Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Technopole Foum El Oued : Une cité du savoir et de l'innovation au service des jeunes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Conformité fiscale/Personnes physiques : un cadre légal spécifique est en vue    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    PLF 2020: Les chiffres à retenir    Conjoncture favorable pour le textile    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Une belle leçon des joueurs botolistes    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Au-delà d'une LDF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Attijariwafa bank décroche le titre «Top Performer RSE» de l'année    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Belle distinction de Yasser Daho    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », un livre pour comprendre le Royaume « au-delà des clichés »
Publié dans Challenge le 17 - 09 - 2019

«Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », le nouveau livre de Guillaume Jobin, président de l'Ecole supérieure de journalisme de Paris et Valérie Morales-Attias, auteure et chroniqueuse, qui vient de paraître en France aux éditions Descartes & Cie, se veut «un essai analytique, essentiellement destiné à tous ceux qui veulent comprendre le Maroc au-delà des clichés».
Composé à partir de situations vécues et de témoignages, cet ouvrage de 260 pages dresse «un portrait juste et équilibré du pays, le plus objectif possible, sur les nombreux succès marocains mais aussi sur les difficultés », soulignent les deux auteurs dans un communiqué.
Le livre évoque notamment les succès récents de la diplomatie marocaine sous le leadership du Souverain, la situation politique, économique et sociale actuelle du Maroc et son système de gouvernance.
Ce travail n'est pas un livre « bilan » sur les vingt ans de règne de SM le Roi Mohammed VI, affirme d'emblée Guillaume Jobin, dans un entretien à la MAP. «C'est un hasard que nous publions en 2019 », assure-t-il.
« Notre propos est de faire une analyse de ce qui se passe et s'est passé récemment au Maroc, comment et pourquoi ? C'est un livre de fond qui s'inscrit dans la durée et le futur, pas un ouvrage d'événement », explique-t-il.
Se situant entre un reportage très actuel et un essai analytique, « Le Roi : le Maroc de Mohammed VI » est « destiné essentiellement à tous ceux qui veulent comprendre le Maroc au-delà des clichés, des mythes, des mouvements d'opinion suscités par l'actualité », affirme son co-auteur, pour qui « toute la difficulté était d'écrire à la fois pour les Marocains et les étrangers francophones, pas tous français !.»
Beaucoup d'ouvrages ont été écrits sur le Maroc. Mais rares sont les livres qui parlent de façon juste, équilibrée de ce pays. « A part le livre de 1958 de Jean Lacouture, j'ai eu peine à trouver des ouvrages objectifs sur le Maroc quand j'ai écrit « Mohammed V, le Sultan » en 2015, affirme Guillaume Jobin.
«Nous avons voulu faire un livre honnête, ni pour plaire ni pour déplaire. Un point de vue équilibré que le public marocain comprend », ajoute-t-il.
Pour ce qui est du titre choisi pour cet ouvrage, Guillaume Jobin affirme que le sous-titre : « le Maroc de Mohammed VI», a été ajouté «à la demande de l'éditeur ». « Notre titre « Le Roi », tout court s'est imposé de lui-même. « Le Roi », c'est comme lorsqu'on dit « le Général », le lecteur sait qu'on parle de De Gaulle. Le Souverain marocain est un exemple unique à l'échelle mondiale. Dans cet ouvrage, nous expliquons pourquoi !».
En tant qu'observateur de la réalité du Maroc, pays qu'il n'a connu que depuis 2008, Guillaume Jobin estime que « le Royaume a changé, parfois très rapidement, surtout quand une décision royale est intervenue ».
« Mon souci d'observateur est que ce qui est bien, reste et ce qui va moins bien s'améliore, sans que le Royaume ne perde de son âme. C'est d'ailleurs une sorte de sentiment général chez les étrangers qui connaissent le Maroc et que nous avons écoutés, Africains comme Européens », affirme-t-il.
D'ailleurs, le fait que Valérie Morales-Attias qui demeure au Maroc et Guillaume Jobin qui y passe plus de la moitié de son temps, en étant sa résidence familiale et principale, mais également sa base arrière pour son « travail très international pour l'ESJ Paris », a permis aux deux auteurs d'« écouter et de discuter avec des centaines, voire des milliers de Marocains, d'étrangers au Maroc et de MRE, et aussi de voir sur place ce qui s'y passe. (…). »
« Nous avons le recul d'étrangers et nous sommes présents au Maroc », pour cerner au mieux et objectivement la réalité marocaine, assure Guillaume Jobin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.