L'Afrique de l'après-pandémie!    Boufal rayonne dans l'ombre    Tergiversations fédérales    Le Zamalek souhaite encore piocher chez le Wydad    Zidane n'oublie pas l'Algérie    Trois questions Emma Navarro: «les entreprises sont au cœur de notre mobilisation»    Etat d'urgence sanitaire : Interpellation de 22.542 individus en flagrant délit de violation    1448 cas cumulés vendredi à 18H, 122 guérisons    La communauté internationale ne fait que peu de cas des gesticulations d'Alger    Accord à portée de main des producteurs de pétrole sur une baisse de l'offre    La présidente du CNDH met en exergue les valeurs de solidarité marocaine    My Seddik Rabbaj: «l'autre n'est pas toujours l'enfer»    Destins tragiques, destin humain    Le Hezbollah libanais entre en guerre contre la pandémie…    Revenons à l'Histoire    Signé par 165 chefs de gouvernement : Un Appel à l'Action veut la suppression de 44 milliards de dollars dûs par l'Afrique    Passation des pouvoirs entre Othman El Firdaouss et El Hassan Abyaba    Coronavirus : les jeux-vidéos pour contourner l'arrêt des championnats de football    Des films d'animation en ligne pour passer un bon confinement    OLA Energy Maroc participe au mouvement de solidarité    Fonds Covid-19 : Les mutuelles du public contribuent à hauteur de 19,5 millions DH    Confinement : Quand les galeries d'art s'exposent sur les réseaux sociaux    Covid-19 : La BAD crée un fonds doté de 10 milliards de dollars    Garantie prolongée et réparation assurée pendant le confinement : Kia se mobilise    Le Maroc, une destination privilégiée pour les investissements japonais    Assurance : Les primes émises en repli    Etat d'urgence sanitaire: Le projet de loi bientôt au Parlement    Michelle Bachelet : La pandémie n'est pas un chèque en blanc pour bafouer les droits humains    Les footballeurs de Premier League lancent un fonds de soutien    Distribution gratuite de 4 millions de masques à Tanger    30 lits médicalisés remis à l'hôpital provincial de Jerada    Mané : Avec cette situation, quoi qu'il arrive, je comprendrais    Baisse des salaires des joueurs du Real Madrid    L'activité portuaire s'est inscrite en hausse au premier trimestre    Le Maroc procède à un tirage sur la LPL du FMI pour 3 Md$    La région du Gharb affiche une bonne production prévisionnelle en canne à sucre    "Modern Family", sitcom à succès, tire le rideau    Un concours régional pour révéler les talents artistiques et littéraires des élèves    Dr Zahrat El Khouloud Bourhil : Il est de notre devoir de sensibiliser les gens et de leur servir d'exemple    S.M le Roi exonère les locataires des locaux des Habous des droits de bail durant la période de confinement    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    Les universités diffusent des cours à la radio    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France
Publié dans Challenge le 21 - 09 - 2019

Karina Sebti fait partie de ces nombreuses femmes marocaines qui brillent un peu partout dans le monde, en particulier en Europe. Elle a été nommée, en mars dernier, nouvelle directrice générale de Robert Walters Management de Transition, un des leaders dans la gestion des ressources humaines en France.
Précurseur du management de transition en Europe, le cabinet de recrutement spécialisé Robert Walters a lancé cette activité en France en 2004 sous l'impulsion de Karina Sebti. Depuis, cette directrice a développé un département qui s'est structuré par spécialisations pour répondre au besoin grandissant du marché.
Karina Sebti revient sur l'histoire d'une solution qui s'est transformée, au fil des années, en une véritable alternative RH pour les entreprises comme pour les candidats.
« Avec un vivier de 3.000 candidats, le département dédié au management de transition du cabinet Robert Walters est identifié comme une référence sur les marchés français et européen avec ses filiales belges et hollandaises. J'ai lancé cette activité en 2004 dans un contexte économique difficile. Les entreprises étaient alors en plein restructuring ou plans sociaux. Elles avaient plus que jamais besoin d'experts en finance et en ressources humaines pour régler efficacement ces situations litigeuses. Le management de transition est apparu comme une solution parfaitement adaptée puisqu'il combinait les avantages d'un recrutement ponctuel et opérationnel et ceux d'un cabinet de conseil avec une vision stratégique ».
Perçus comme des « pompiers volants », les managers de transition souffraient d'être associés à la gestion de contextes peu favorables. Ce n'est qu'à partir des années 2010 que les entreprises – grands groupes et PME, tous secteurs confondus – ont fait appel au management de transition dans des situations plus variées : croissance, développement, optimisations fiscale, financière ou logistique. Cet essor s'est traduit par une ouverture du management de transition à l'ensemble des secteurs et des lignes métiers de l'entreprise : services financiers, ressources humaines, opérations, industrie, IT, banque, assurance, juridique et fiscal, ingénierie, immobilier, marketing et commercial.
Comparé au coût d'un poste laissé vacant ou d'une ressource internalisée en CDI qui ne passerait pas sa période d'essai, le forfait journalier d'un manager de transition est plus que raisonnable. Tout au long de sa mission, le manager de transition constitue un appui de haut niveau pour les équipes opérationnelles et la direction. L'entreprise apprécie son recul, son indépendance et sa capacité à mettre en place des solutions pragmatiques pour une optimisation durable.
Au fil des années, le management de transition a gagné ses lettres de noblesse. Aujourd'hui, cette activité est sollicitée par les candidats qui ne se retrouvent plus dans les formes classiques de l'emploi, et qui recherchent une alternative avec un rythme de travail et des missions qui correspondent à leurs attentes. Et s'il existe des périodes de latence entre deux missions, c'est pour les managers de transition une occasion unique de gérer leur carrière de manière totalement autonome, en suivant des formations ou en privilégiant des projets de développement personnel. Au-delà de cette souplesse, ils bénéficient d'une reconnaissance de leur statut d'expert, un statut qu'ils confirment avec chaque nouvelle mission. Les professionnels qui font le choix du management de transition sont d'autant plus engagés dans leurs missions qu'ils sont moteurs de leur parcours professionnel.
La flexibilité qu'offre le management de transition est aujourd'hui un atout pour participer à une meilleure fluidité du marché de l'emploi. »
Aujourd'hui, cette Casablancaise de 55 ans relève le défi d'une expansion outre-mer. Elle développe la division Afrique de Robert Walters Management de Transition qu'elle a lancé récemment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.