Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France
Publié dans Challenge le 21 - 09 - 2019

Karina Sebti fait partie de ces nombreuses femmes marocaines qui brillent un peu partout dans le monde, en particulier en Europe. Elle a été nommée, en mars dernier, nouvelle directrice générale de Robert Walters Management de Transition, un des leaders dans la gestion des ressources humaines en France.
Précurseur du management de transition en Europe, le cabinet de recrutement spécialisé Robert Walters a lancé cette activité en France en 2004 sous l'impulsion de Karina Sebti. Depuis, cette directrice a développé un département qui s'est structuré par spécialisations pour répondre au besoin grandissant du marché.
Karina Sebti revient sur l'histoire d'une solution qui s'est transformée, au fil des années, en une véritable alternative RH pour les entreprises comme pour les candidats.
« Avec un vivier de 3.000 candidats, le département dédié au management de transition du cabinet Robert Walters est identifié comme une référence sur les marchés français et européen avec ses filiales belges et hollandaises. J'ai lancé cette activité en 2004 dans un contexte économique difficile. Les entreprises étaient alors en plein restructuring ou plans sociaux. Elles avaient plus que jamais besoin d'experts en finance et en ressources humaines pour régler efficacement ces situations litigeuses. Le management de transition est apparu comme une solution parfaitement adaptée puisqu'il combinait les avantages d'un recrutement ponctuel et opérationnel et ceux d'un cabinet de conseil avec une vision stratégique ».
Perçus comme des « pompiers volants », les managers de transition souffraient d'être associés à la gestion de contextes peu favorables. Ce n'est qu'à partir des années 2010 que les entreprises – grands groupes et PME, tous secteurs confondus – ont fait appel au management de transition dans des situations plus variées : croissance, développement, optimisations fiscale, financière ou logistique. Cet essor s'est traduit par une ouverture du management de transition à l'ensemble des secteurs et des lignes métiers de l'entreprise : services financiers, ressources humaines, opérations, industrie, IT, banque, assurance, juridique et fiscal, ingénierie, immobilier, marketing et commercial.
Comparé au coût d'un poste laissé vacant ou d'une ressource internalisée en CDI qui ne passerait pas sa période d'essai, le forfait journalier d'un manager de transition est plus que raisonnable. Tout au long de sa mission, le manager de transition constitue un appui de haut niveau pour les équipes opérationnelles et la direction. L'entreprise apprécie son recul, son indépendance et sa capacité à mettre en place des solutions pragmatiques pour une optimisation durable.
Au fil des années, le management de transition a gagné ses lettres de noblesse. Aujourd'hui, cette activité est sollicitée par les candidats qui ne se retrouvent plus dans les formes classiques de l'emploi, et qui recherchent une alternative avec un rythme de travail et des missions qui correspondent à leurs attentes. Et s'il existe des périodes de latence entre deux missions, c'est pour les managers de transition une occasion unique de gérer leur carrière de manière totalement autonome, en suivant des formations ou en privilégiant des projets de développement personnel. Au-delà de cette souplesse, ils bénéficient d'une reconnaissance de leur statut d'expert, un statut qu'ils confirment avec chaque nouvelle mission. Les professionnels qui font le choix du management de transition sont d'autant plus engagés dans leurs missions qu'ils sont moteurs de leur parcours professionnel.
La flexibilité qu'offre le management de transition est aujourd'hui un atout pour participer à une meilleure fluidité du marché de l'emploi. »
Aujourd'hui, cette Casablancaise de 55 ans relève le défi d'une expansion outre-mer. Elle développe la division Afrique de Robert Walters Management de Transition qu'elle a lancé récemment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.