La pandémie a augmenté les déplacements internes et réduit l'accès aux procédures d'asile, avertit le HCR    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Covid-19 : L'OMS réoriente l'Afrique vers ses plantes médicinales    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Les Etats-Unis sanctionnent l'IRAN et fâche Moscou    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Le Trésor place 700 MDH d'excédents de trésorerie    Covid-19 : l'Allemagne enregistre son bilan quotidien le plus élevé depuis avril    Ukraine : 3 Marocains décédés dans un accident    Mehdia : des policiers contraints d'user de leurs armes pour interpeller un individu dangereux    Covid-19 : assouplissement des mesures restrictives à Béni Mellal    New York : deux morts et 14 blessés lors d'une fusillade    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Botola Pro: le classement général (24e journée)    Hausse de 39,1% des souscriptions sur le MAVT à fin juillet 2020    Confinement. La santé mentale en danger    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    Covid-19: le Maroc s'approche des 100.000 cas    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    L'INPPLC pointe du doigt le manque d'efficience des actions anti-corruption    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Edito : Génération verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?
Publié dans Challenge le 19 - 02 - 2020

Le Conseil de la concurrence n'est pas seul sur le terrain de la concurrence. D'autres instances, en particulier les autorités de régulation sectorielle, opèrent à ses côtés. C'est le cas de l'Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT) qui est habilitée à se prononcer sur les pratiques concurrentielles dans le secteur placé sous son contrôle.
On s'attendait à ce que le «coup de poing sur la table» soit donné par le Conseil de la Concurrence pour rappeler aux opérateurs économiques les règles basiques d'une économie libérale. Eh bien non, c'est un régulateur sectoriel qui a pris l'initiative de le faire en infligeant une lourde sanction à Maroc Telecom, pour abus de position dominante. C'est une sanction qui restera dans les annales vu son montant et qui, espérons-le, contribuera à réhabiliter le droit de la concurrence dans notre pays.
Sans se prononcer sur cette décision qui reste contestable comme toute décision administrative devant le juge administratif, il serait important de savoir pourquoi la sanction est prise par le régulateur du secteur des télécommunications et non pas par le Conseil de la Concurrence. Sachant que ce dernier est érigé par la Constitution en « institution indépendante» avec pour mission d'assurer, « dans le cadre de l'organisation d'une concurrence libre et loyale, la transparence et l'équité dans les relations économiques, notamment à travers l'analyse et la régulation de la concurrence sur les marchés, le contrôle des pratiques concurrentielles, des pratiques commerciales déloyales et des opérations de concentrations économiques et de monopole ».
Le régulateur c'est bien l'ANRT
En un mot, le Conseil de la Concurrence n'a pas droit à la parole dans le secteur des télécommunications où c'est l'ANRT qui mène le jeu de bout en bout. C'est elle qui est chargée de veiller au respect du jeu de la concurrence et tranche les litiges y afférents. Toute la procédure se déroule en son sein sans aucune intervention de la part du Conseil de la Concurrence qui, une fois la décision prise, en reçoit une copie pour information. Ainsi, le rapporteur général qui supervise l'instruction du dossier est désigné par le conseil d'administration de l'ANRT parmi le personnel de l'Agence. Les enquêtes sont diligentées par ses propres agents. De même, les amendes, les astreintes et les sanctions pécuniaires prévues en matière de pratiques anticoncurrentielles sont prononcées par son Comité des infractions.
L'ANRT tient ce pouvoir de la loi relative aux télécommunications. Celle-ci stipule dans son article 8 bis que l'ANRT «applique les dispositions de la législation relative à la liberté des prix et de la concurrence en matière de pratiques anticoncurrentielles et d'opérations de concentration économique dans le secteur des télécommunications». Il en ressort que l'ANRT applique le même dispositif juridique que celui du Conseil de la Concurrence.
Lire aussi : Maroc Telecom réagit à l'amende de l'ANRT
Outre les télécommunications, la loi sur la liberté des prix et la concurrence stipule que la compétence du Conseil de la concurrence n'englobe pas les secteurs relevant des instances de régulation. Son application à un secteur régulé est laissée à l'appréciation du gouvernement qui en fixe la date par voie réglementaire. Il s'agit là d'une restriction importante vu que les secteurs régulés représentent des pans importants de l'économie nationale (assurances, banque, marché des capitaux, audiovisuel…) et que le gouvernement a parfaitement la latitude de laisser un secteur régulé en dehors du champ d'intervention du Conseil de la concurrence.
Dans certains cas, les textes relatifs aux instances de régulation règlent les rapports de ces instances avec le Conseil de la Concurrence. C'est le cas de la loi bancaire qui instaure une collaboration entre la banque centrale et le Conseil, ce qui laisse comprendre que la compétence de ce dernier s'étend au secteur bancaire. En effet, l'article 49 de cette loi, énonce que lorsque le Conseil de la Concurrence procède de sa propre initiative à des études portant sur les établissements de crédit ou lorsqu'il est saisi de litiges concernant des établissements bancaires, il requiert au préalable l'avis de Bank Al-Maghrib.
L'avis des autorités de régulation est d'ailleurs requis chaque fois que le Conseil de la concurrence se penche sur des questions de concurrence dans les secteurs dont elles ont la charge, selon la loi relative au Conseil de la Concurrence. Il en ressort donc clairement que dans les secteurs régulés, le contrôle des règles de la concurrence fait l'objet d'un partage entre les autorités sectorielles et l'autorité de concurrence à vocation générale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.