Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enquête : 90% des cadres marocains favorables au télétravail même après le confinement
Publié dans Challenge le 10 - 04 - 2020

Le cabinet Rekrute vient de publier une étude sur le comportement des cadres depuis que le confinement a été décrété par les autorités dans le royaume pour limiter la propagation du covid-19. On y apprend beaucoup sur les habitudes des cadres des entreprises dans cette période exceptionnelle où l'activité économique tourne au ralenti.
« Plus 50% des cadres au Maroc sont en télétravail pendant le confinement », tranchent d'entrée les auteurs de cette enquête. Soulignons que parmi les secteurs qui ont déployé le télétravail figure le secteur IT qui comporte 15% des entreprises ayant mis en œuvre le télétravail en quelques jours, suivi du secteur Education et de la Formation (8%), du secteur Conseils / Etudes (7%), et 16% des entreprises font partie du secteur Banque / Finance. Dans le détail, 56% des cadres sont en télétravail, 24% travaillent toujours du bureau, 6% sont en congés payés et 6% sont en congés sans soldes. De même, il faut savoir que 48.61% des cadres en télétravail sont des jeunes entre 25 et 34 ans et 66% de ceux en congés sans solde sont ces mêmes jeunes.
Lire aussi: Coronavirus : le projet de loi sur les mesures exceptionnelles adopté
« Les résultats montrent que 42% des cadres en télétravail travaillent avec le matériel informatique de leurs entreprises contre 19% qui travaillent avec leur propre matériel. En outre, 20% des cadres travaillent avec le téléphone de leur entreprise contre 19% qui travaillent avec leur propre téléphone. A noter aussi que 33% des cadres en télétravail n'ont pas d'espace bureau, ce qui pourrait influer sur leur productivité et la qualité de leur travail », fait remarquer l'étude. On apprend également que 60% des cadres en télétravail font fréquemment des réunions de reporting avec leurs managers, équipes, clients et partenaires.
« 68.14% des cadres qui font des réunions pensent qu'elles sont plus efficaces contre 31,86% qui déclarent qu'elles ne le sont pas tout en sachant que 57% ont déclaré qu'ils rencontrent des problèmes techniques pendant ces réunions à distance », note-t-on. En ce qui concerne la productivité, 54% des cadres déclarent qu'ils sont productifs en télétravail contre 14% qui ne le pensent pas. Toutefois, qui sont ces cadres qui se sentent les plus productifs ? A cette question, l'étude répond que les jeunes ayant entre 25 et 34 ans sont les plus à l'aise avec le télétravail et attribuent une note moyenne de 3,66/5 à leur niveau de productivité.
Par contre, les cadres ayant 55 ans et plus se sentent moins à l'aise avec l'outil et attribuent une note moyenne de 3,2 /5 à leur niveau de productivité ce qui est dû à différentes raisons. « La mauvaise connexion reste la première raison de la baisse de productivité en télétravail suivie par la gestion des enfants et le stress et/ou l'angoisse puis la démotivation ou l'inadaptation des outils qui arrivent en 3ème position. 28% des cadres en télétravail déclarent que leur productivité baisse à cause de la mauvaise connexion internet et 18% déclarent une baisse de productivité à cause de la gestion des enfants à égalité avec le stress et l'angoisse », indiquent les auteurs de l'étude.
On apprend aussi que 13% des cadres sont très satisfaits de ce mode de travail et déclarent que c'est un outil de travail extraordinaire, de même 41% qui sont satisfaits et déclarent que c'est un bon outil de travail. Par contre, 46% des cadres pensent qu'il faut l'améliorer encore, ou carrément l'éviter. « Malgré le grand nombre de cadres qui pensent que le télétravail est un outil à éviter, 90% des marocains souhaitent l'intégrer dans leur quotidien. 43% des cadres sont prêts à travailler à domicile plus de 3 jours par semaine et presque 50% sont prêts à le faire mais 1 ou 2 jours maximum par semaine. 7% seulement ne sont pas prêts à travailler à domicile », souligne l'enquête.
Par ailleurs, les deux points les plus appréciés au niveau du télétravail par les cadres sont le gain de temps et la souplesse dans l'organisation du travail. Ainsi, 19% des cadres marocains ont déclaré un gain de temps et une souplesse dans l'organisation du travail comme les principaux avantages du télétravail. 18% pensent que l'avantage du télétravail est le meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et 16% ont déclaré la réduction du stress et de la fatigue comme un des avantages du travail à domicile. Il va sans dire que le confinement aura permis de faire évoluer les positions des uns et des autres sur ce mode de travail au Maroc. Reste à savoir maintenant si le législateur pourra suivre le rythme de cette évolution, notamment en votant des textes qui viendront davantage clarifier les conditions du télétravail au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.