Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dépistage gratuit pour les parlementaires : la coquetterie de trop ?
Publié dans Challenge le 12 - 08 - 2020

L'indignation est palpable sur les réseaux sociaux et l'incompréhension la nourrit. L'information apportée par le site Bled News a de quoi déchaîner les passions et conspuer ceux qui, déjà, sont considérés comme les « privilégiés » de ce pays, du fait des largesses financières dont ils bénéficient durant et après leur mandat électif.
Ceux-ci, ce sont les parlementaires dont il est rapporté que le test de dépistage au coronavirus rendu obligatoire pour accéder aux locaux du Parlement est pris en charge par ... les contribuables. En effet, selon le site, les tests effectués dans un laboratoire privé de Rabat du nom de Biolab, « unique laboratoire privé agréé pour effectuer les tests sérologiques et PCR », se font gratuitement pour les parlementaires. Et qui dit « gratuit » pour la poche du parlementaire comprend aisément que la facture est envoyée directement à l'institution dont se réclament les bénéficiaires, le Parlement ici en l'occurrence ... et par extension le contribuable à travers les divers impôts et taxes. Le hic dans l'histoire vient du fait que le choix du lieu de dépistage a été porté sur un laboratoire privé, alors même que les tests gratuits peuvent être effectués en passant par le Ministère de la Santé, au sein des délégations dudit ministère et dans certains établissements publics.
Lire aussi | En pleine crise du Covid-19, un groupe immobilier belge renforce sa présence au Maroc
Toujours selon le site, le tarif affiché pour les tests dans le privé oscille entre 600 et 700 dirhams. Le personnel du Parlement ne serait pas logé à la même enseigne puisque ses tests coûteront 200 dirhams par personne. Comment expliquer et justifier ce choix de l'institution législative par ces temps difficiles où nombre de citoyens trainent le diable par la queue ? Nos tentatives pour joindre le laboratoire d'analyses en question sont restées vaines. Les trois numéros disposés sur leur site sont restés hors réseau. Idem au Parlement où les contacts de l'Institution sont restés injoignables.
Lire aussi | Le groupe Oulmès se renforce en profils internationaux
Par ces temps de crise sanitaire où des milliers d'emploi sont perdus, des entreprises font faillite et où il est demandé des efforts à tout le monde, cette énième coquetterie des parlementaires passent mal. D'autant plus que les parlementaires n'ont versé au fonds Covid qu'un mois d'indemnités mensuelles au même moment que les membres du gouvernement. Et après que ces derniers ont renouvelé l'action, les parlementaires sont restés aphones sur une possible reconduction de cette action. D'ailleurs, pointait un confrère en ligne, certains « parlementaires avaient montré réticence et égoïsme lorsque des présidents de différents groupes parlementaires avaient expliqué à leurs collègues qu'ils devraient renoncer provisoirement et pour 3 mois d'affilée (à verser au fonds Covid) à certains avantages à cause du coronavirus qui touche le pays ». Les avantages en question concernaient les frais de gasoil, de chambre d'hôtel, de restauration auxquels il fallait ajouter ceux liés aux journées d'études régulièrement organisées par les députés ou aux voyages à l'étranger, en plus d'un mois de salaire. Leur manque de solidarité n'était pas passé inaperçu à l'époque.
Lire aussi | Poutine annonce la découverte du premier vaccin contre le coronavirus
Pour rappel, le Président de la Chambre des Représentants avait, dans une récente correspondance, adressé aux chefs des groupes parlementaires la décision rendant obligatoire le test des élus avant qu'ils ne siègent dans l'Hémicycle. Un changement en profondeur des mécanismes et avantages accordés à ces élus s'impose-t-il désormais ?
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.