L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    CAN U20 (Février-Mars) : Les arbitres marocains écartés !    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Deuxième hat-trick pour Youssef En-Nesyri    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Les inscriptions des étudiants étrangers au Maroc mises à l'épreuve    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Ile Maurice blacklistée par l'Union Européenne – une aubaine pour le Maroc ?
Publié dans Challenge le 14 - 10 - 2020

Depuis l'instauration en 2017 par l'Union Européenne (UE) de ses fameuses listes noires et grises des pays non (ou peu) coopératifs en matière fiscale et de lutte contre l'évasion fiscale des multinationales et des grandes fortunes, le Maroc et l'île Maurice qui aspirent, chacun de son côté, à s'ériger au rang de première place financière africaine, se livrent à un véritable duel à distance.
En effet, tant Port Louis que Casablanca cherchent par tous les moyens de mettre en place les mesures nécessaires pour entrer en bonne grâce d'un espace économique qui fait partie des premiers émetteurs de capitaux privés et d'aide au développement... notamment vers l'Afrique. Et ce duel semble tourner aujourd'hui en faveur du Maroc... qui a grandement besoin des capitaux étrangers pour remonter la pente de la crise économique sans précédent causée par la pandémie du Covid-19.
Aussi, si au pays d'Ibn Batouta on déplore tout même depuis quelques jours le maintien dans la dernière liste grise de l'UE (publiée la semaine dernière) mais en étant optimiste quant aux chances de notre pays d'en sortir dès février 2021 au lendemain de la finalisation de l'évaluation par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) du nouveau régime fiscal de Casablanca Finance City (procédure qui a pris du retard à cause de la pandémie de Covid-19), il en va tout autrement du côté de l'île principale de l'archipel des Mascareignes. Celle-ci vient carrément de faire officiellement son entrée dans la liste noire de l'UE en raison, selon des diplomates européens, « des carences stratégiques qui font peser une menace significative sur le système financier de l'Union ». Le petit pays de l'Océan Indien rejoint ainsi la Barbade, le Botswana, le Cambodge, le Ghana, la Jamaïque, la Mongolie, le Myanmar (Birmanie), le Nicaragua, le Panama et le Zimbabwe dans la liste des pays les plus stigmatisés pour leur manque de lutte contre le blanchiment de capitaux et les financements illicites.
Lire aussi| Londres : l'ONMT présente sa feuille de route
Une telle stigmatisation par l'UE est lourde de conséquences car les pays ainsi épinglés font face à plusieurs types de sanctions. Financièrement d'abord, puisque les fonds accordés par plusieurs programmes comme le Fonds européen pour le développement durable (FESD) ou les Fonds européens pour l'investissement stratégique (EFSI) pourront encore être investis dans ces nations, mais seulement sous la forme d'investissements directs, et non plus par l'intermédiaire d'entités implantées dans ces juridictions.
Ensuite, la Commission Européenne enjoint également les pays membres d'adopter des sanctions coordonnées contre ces pays. Enfin, le maintien dans la liste noire de l'UE risque aussi de dissuader certains groupes internationaux d'ériger leurs sièges régionaux ou continentaux à Port Louis, voire d'intimer à d'autres de transférer les leurs (déjà implantés sur place) vers d'autres pays africains qui ne sont pas « blacklistés » par l'Union Européenne et qui peuvent se vanter d'offrir des avantages comparables. Cela pourrait bien être le cas d'autres capitales financières africaines à commencer par Casablanca qui aspire à travers Casablanca Finance City, à s'imposer à l'échelle continentale comme une place financière de premier ordre et qui, bien souvent, s'impose d'ores et déjà comme une alternative crédible à l'île Maurice pour les investisseurs et les institutions qui élisent leurs quartiers généraux et/ou domicilient leurs holdings de tête pour le continent noir, en fonction de critères où la compétition fait justement rage entre le Maroc et l'Île Maurice. On en cite le classement Doing Business de la Banque Mondiale, la bonne gouvernance, la fiabilité et la solidité du système bancaire, l'existence d'une main-d'œuvre qualifiée et bilingue si possible (anglais et français), un système juridique rassurant, une stabilité politique, une fiscalité attrayante (élément de moins en moins évident avec les contraintes imposées justement par l'UE) et de nombreux accords bilatéraux et multilatéraux avec les pays africains (notamment dans les domaines de la fiscalité, du commerce et de l'investissement).
Lire aussi| Agenda chargé pour le ministre français de l'Intérieur à Rabat
Notons que l'offshore mauricien abrite près d'un millier de fonds d'investissements, 450 structures de capital risque et 23 banques internationales. Ayant été mis en place pour l'essentiel dans les années 1990, cette activité génère une manne substantielle de devises et de revenus pour le pays dont les services financiers incarnent le pan le plus prépondérant dans le PIB.
Rappelons qu'à la suite de plusieurs scandales dont les Panama Papers et Lux Leaks, la mise en place en 2017 des listes européennes (noires et grises) des juridictions non coopératives à des fins fiscales est devenue l'outil de prédilection de l'UE en matière de fiscalité. Elles visent à contribuer aux efforts en cours pour promouvoir la bonne gouvernance fiscale dans le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.