La direction des prisons dément une nouvelle fake news    Les préparatifs de la session extraordinaire au menu d' une réunion du bureau de la Chambre des représentants    Visa For Music 2021: l'appel à candidatures est lancé !    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La TVA a une incidence directe sur le secteur informel (HCP)    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Le Maroc a reçu lundi son 5ème lot de vaccins, 8 millions de doses au total    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Casablanca : Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Edito : Régions centralisées    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Alliance des Economistes Istiqlaliens (AEI) appelle au respect de la souveraineté
Publié dans L'opinion le 10 - 02 - 2020

Le Partenariat UE-Maroc doit veiller au respect de la souveraineté économique et fiscale, au développement et à la stabilité de chacun des partenaires.
L'Alliance des Economistes Istiqlaliens (AEI) se félicite de l'ambition partagée, et récemment renouvelée, d'ériger le Partenariat euro-marocain en « un cadre novateur d'une relation stratégique et privilégiée au service des intérêts mutuels ».
Parallèlement, l'AEI suit, avec préoccupation, les derniers développements relatifs à la question de la convergence fiscale entre le Maroc et l'Union Européenne en vue de sortir de la « liste grise » des paradis fiscaux.
Utilisation abusive
Pour rappel, le Royaume du Maroc a signé, en juin 2019 avec l'OCDE, la Convention multilatérale pour la mise en oeuvre des mesures relatives aux conventions fiscales en vue de prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices. Appliquant ainsi les standards minimums, notre pays cherche aussi à prévenir l'utilisation abusive des conventions fiscales et les différends qui pourraient en résulter et, le cas échéant, à en améliorer le règlement.
La loi de finances 2020 a permis à l'administration fiscale marocaine d'exercer le droit de communication et d'échange d'informations avec les administrations fiscales étrangères et a instauré l'obligation de déclaration de la répartition mondiale des bénéfices des groupes de sociétés établies au Maroc.
Avant même la sortie et l'aboutissement des résolutions des dernières assises de la fiscalité, et plus particulièrement de la loi de programmation fiscale actuellement en cours d'adoption, notre pays a également procédé, dans le cadre de la loi de finances 2020, à une refonte substantielle des régimes fiscaux incitatifs appliqués à l'export. Il s'agit particulièrement de la requalification des zones franches en zones d'accélération industrielle avec le relèvement du taux d'imposition pour les sociétés installées, de la suppression de l'exonération quinquennale de l'IS pour les exportateurs, du relèvement du taux d'imposition pour les sociétés exportatrices et celles ayant le statut Casablanca Finance City.
Politique fiscale
Nous rappelons que l'AEI avait, en son temps, exprimé son désaccord par rapport à ce retour sur des incitations accordées à des exportateurs opérant dans un pays où le tissu industriel est en phase d'émergence, signataire d'accords de libre-échange avec des partenaires dont les industries ont bénéficié de nombreuses mesures de soutien ayant contribué à leur maturité actuelle.
Compte tenu des grands efforts, sérieux et crédibles, déployés par le Royaume du Maroc en matière de fiscalité, l'AEI déplore le fait que des doutes puissent encore subsister au sein de la Commission Européenne pour la sortie du Maroc de la liste grise des paradis fiscaux.
Profondément attachée au principe de souveraineté économique et fiscale de notre pays, l'AEI considère que chaque pays a le droit, dans le respect de la légalité internationale, de définir librement sa politique fiscale.
Elle rappelle par ailleurs que ce principe est partagé au sein même des pays de l'UE où cohabitent des régimes incitatifs d'imposition très divers.
Traitement particulier
En définitive, l'AEI réitère son souhait de voir le partenariat euro-marocain aboutir à davantage de prospérité partagée.
Elle invite par conséquent les responsables européens concernés à envisager un traitement particulier des relations économiques et des conventions fiscales établies entre l'Union Européenne et le Maroc.
En effet, en exerçant une pression non soutenable en termes de convergence fiscale sur le Maroc, l'UE prend le risque de mettre à mal l'attractivité de l'un de ses principaux partenaires de la rive Sud de la Méditerranée. L'impact potentiellement défavorable y afférent, notamment sur le niveau des investissements et de la demande adressée au Maroc, risquerait d'engendrer des tensions sociales et des pressions migratoires non souhaitables par les deux parties.
Les listes fluctuantes de l'OCDE
Le 12 mars 2019, 21 territoires ont quitté la liste grise dressée par l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique) après que la Commission européenne ait estimé qu'ils ont tenu leurs engagements fiscaux. Ces pays sont le Bahreïn, la Corée du Sud, Grenade,le Groenland, Guernesey, Hong-Kong, l'Île de Man, les Îles Féroé, les Îles Turques-et-Caïques, la Jamaïque, Jersey, Macao, la Malaisie, Montserrat, la Nouvelle-Calédonie, le Panama, le Qatar, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Taïwan, la Tunisie et l'Uruguay. Le 17 mai, les Barbades et les Bermudes suivent et le 10 octobre l'Albanie, le Costa Rica, l'Ile Maurice, la Serbie et la Suisse quittent également la liste grise.
Tandis que les îles Marshall passent de la liste noire à la grise alors qu'Aruba, Saint Domingue et les Emirats Arabes Unis passent directement de la liste noire à la liste blanche, sans passer par la case grise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.