Covid-19 : le Maroc dément avoir fermé l'accès à quelques villes du pays    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    BTP/Maroc: Les ventes de ciment progressent de 24,4% à fin juin (DEPF)    La Bourse de Casablanca dans le vert du 19 au 23 juillet    Aéroport d'Essaouira: forte chute du trafic aérien à fin juin    Covid-19 au Maroc: la vaccination élargie aux 25-29 ans    DGSN : Attaque à l'arme blanche dans un café, trois multirécidivistes interpellés    VIDEO// Paris - Cap Vert à vélo, l'incroyable challenge climatique de Nordine Fayek    Covid-19: les centres de vaccination ouverts tous les jours jusqu'à 20 heures    Casablanca-Settat : Les entreprises du secteur privé appelées à privilégier le télétravail    L'ICESCO apporte un fort soutien au système éducatif au Maroc    JO-2020 : Le programme de dimanche    JO Tokyo : Le programme des Lions de l'Atlas    JO-2020 (taekwondo/-58 kg) : Médaille d'argent pour le Tunisien Khelil Jendoubi    Une délégation américaine de haut rang en visite au Maroc dans les prochains jours    Pegasus : selon Me Olivier Baratelli, l'objet de la procédure lancée est de faire tomber les masques    La DGM se dote du supercalculateur le plus puissant des centres météorologiques africains    Pluies de mousson en Inde: au moins 76 morts et des dizaines de disparus    Maghreb-Afrique subsaharienne. Les hypothèses injustifiées de certains think tanks allemands [Par Lahcen Haddad]    Compteur Coronavirus : Explosion des contaminations, 5.494 nouveaux cas en 24H !    JO / Foot féminin : Deux joueuses ont marqué 7 buts lors du match Zambie-Chine (4-4)    La 4ème édition du festival du film éducatif pour les enfants des centres d'estivage du 28 au 31 juillet    Le marché monétaire retrouve légèrement son souffle (AGR)    Port d'Essaouira : Les débarquements de la pêche côtière et artisanale en baisse de 55% à fin juin    Décès de l'ancien dirigeant sportif Mohamed Moufid, à l'âge de 80 ans    Hakim Ziyech vers un prêt au Milan AC ?    JO-2020: le programme des épreuves olympiques perturbé par un typhon    368 migrants secourus en Méditerranée par la Marine royale    Un élan de développement tous azimuts, grâce au programme « Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit »    La moyenne des délais de paiement à 40,4 jours à fin juin 2021 (DEPP)    ONU : la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale en septembre, en présentiel à New York    Tunisie: prolongation de l'état d'urgence de six mois    France : les députés adoptent le projet de loi controversé visant l'islamisme    Fête du Trône 2021: les festivités et cérémonies reportées    Noyades : L'OMS appelle à l'action pour prévenir une cause majeure des décès    Fête du Trône: Report des festivités    Parlement: Présentation du PLF-2022, mercredi prochain    En Allemagne, 180 morts dans les inondations, selon un nouveau bilan    Maroc/Météo: Temps chaud, ce samedi 24 juillet    Israël rejoint l'Union africaine en tant qu'observateur    Le message du roi Mohammed VI au président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Une première, Rhita, chanteuse marocaine sur le billboard du Times Square    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Alliance des Economistes Istiqlaliens (AEI) appelle au respect de la souveraineté
Publié dans L'opinion le 10 - 02 - 2020

Le Partenariat UE-Maroc doit veiller au respect de la souveraineté économique et fiscale, au développement et à la stabilité de chacun des partenaires.
L'Alliance des Economistes Istiqlaliens (AEI) se félicite de l'ambition partagée, et récemment renouvelée, d'ériger le Partenariat euro-marocain en « un cadre novateur d'une relation stratégique et privilégiée au service des intérêts mutuels ».
Parallèlement, l'AEI suit, avec préoccupation, les derniers développements relatifs à la question de la convergence fiscale entre le Maroc et l'Union Européenne en vue de sortir de la « liste grise » des paradis fiscaux.
Utilisation abusive
Pour rappel, le Royaume du Maroc a signé, en juin 2019 avec l'OCDE, la Convention multilatérale pour la mise en oeuvre des mesures relatives aux conventions fiscales en vue de prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices. Appliquant ainsi les standards minimums, notre pays cherche aussi à prévenir l'utilisation abusive des conventions fiscales et les différends qui pourraient en résulter et, le cas échéant, à en améliorer le règlement.
La loi de finances 2020 a permis à l'administration fiscale marocaine d'exercer le droit de communication et d'échange d'informations avec les administrations fiscales étrangères et a instauré l'obligation de déclaration de la répartition mondiale des bénéfices des groupes de sociétés établies au Maroc.
Avant même la sortie et l'aboutissement des résolutions des dernières assises de la fiscalité, et plus particulièrement de la loi de programmation fiscale actuellement en cours d'adoption, notre pays a également procédé, dans le cadre de la loi de finances 2020, à une refonte substantielle des régimes fiscaux incitatifs appliqués à l'export. Il s'agit particulièrement de la requalification des zones franches en zones d'accélération industrielle avec le relèvement du taux d'imposition pour les sociétés installées, de la suppression de l'exonération quinquennale de l'IS pour les exportateurs, du relèvement du taux d'imposition pour les sociétés exportatrices et celles ayant le statut Casablanca Finance City.
Politique fiscale
Nous rappelons que l'AEI avait, en son temps, exprimé son désaccord par rapport à ce retour sur des incitations accordées à des exportateurs opérant dans un pays où le tissu industriel est en phase d'émergence, signataire d'accords de libre-échange avec des partenaires dont les industries ont bénéficié de nombreuses mesures de soutien ayant contribué à leur maturité actuelle.
Compte tenu des grands efforts, sérieux et crédibles, déployés par le Royaume du Maroc en matière de fiscalité, l'AEI déplore le fait que des doutes puissent encore subsister au sein de la Commission Européenne pour la sortie du Maroc de la liste grise des paradis fiscaux.
Profondément attachée au principe de souveraineté économique et fiscale de notre pays, l'AEI considère que chaque pays a le droit, dans le respect de la légalité internationale, de définir librement sa politique fiscale.
Elle rappelle par ailleurs que ce principe est partagé au sein même des pays de l'UE où cohabitent des régimes incitatifs d'imposition très divers.
Traitement particulier
En définitive, l'AEI réitère son souhait de voir le partenariat euro-marocain aboutir à davantage de prospérité partagée.
Elle invite par conséquent les responsables européens concernés à envisager un traitement particulier des relations économiques et des conventions fiscales établies entre l'Union Européenne et le Maroc.
En effet, en exerçant une pression non soutenable en termes de convergence fiscale sur le Maroc, l'UE prend le risque de mettre à mal l'attractivité de l'un de ses principaux partenaires de la rive Sud de la Méditerranée. L'impact potentiellement défavorable y afférent, notamment sur le niveau des investissements et de la demande adressée au Maroc, risquerait d'engendrer des tensions sociales et des pressions migratoires non souhaitables par les deux parties.
Les listes fluctuantes de l'OCDE
Le 12 mars 2019, 21 territoires ont quitté la liste grise dressée par l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique) après que la Commission européenne ait estimé qu'ils ont tenu leurs engagements fiscaux. Ces pays sont le Bahreïn, la Corée du Sud, Grenade,le Groenland, Guernesey, Hong-Kong, l'Île de Man, les Îles Féroé, les Îles Turques-et-Caïques, la Jamaïque, Jersey, Macao, la Malaisie, Montserrat, la Nouvelle-Calédonie, le Panama, le Qatar, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Taïwan, la Tunisie et l'Uruguay. Le 17 mai, les Barbades et les Bermudes suivent et le 10 octobre l'Albanie, le Costa Rica, l'Ile Maurice, la Serbie et la Suisse quittent également la liste grise.
Tandis que les îles Marshall passent de la liste noire à la grise alors qu'Aruba, Saint Domingue et les Emirats Arabes Unis passent directement de la liste noire à la liste blanche, sans passer par la case grise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.