Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    PLF 2021 : L'immobilier, un secteur abandonné...par le gouvernement    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Météo: formations brumeuses et temps frais ce mardi    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    Ahmad Ahmad lourdement sanctionné par la FIFA    Aéroport de Marrakech: baisse du trafic aérien à fin octobre 2020    La Mauritanie assouplit son visa pour les entrepreneurs marocains    #Démasquons_la_violence : 16 jours contre les violences faites aux femmes    Stratégie nationale de vaccination anti-Covid19 : Ait Taleb fait le point    Coronavirus au Maroc: la situation lundi 23 novembre    Hooligans : Interpellation de 13 supporters de football à Casablanca    Après Agadir, une autre ville mise sous cloche    Le Maroc réitère son attachement à la Convention sur les mines anti-personnel    Holmarcom s'allie à un danois pour se développer en Afrique    Milan et Ibrahimovic, fortes têtes à Naples    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Visa for Music 2020. Une édition digitale sous le signe de la résilience    Danone prévoit la suppression de 1 500 à 2 000 postes    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Pep Guardiola prolonge son contrat à Manchester City    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    La consommation excessive de viandes rouges et transformées, de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Mise en garde contre les conséquences de la violation du cessez-le-feu par le polisario    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    «Je te quitte», premier clip de la chanteuse Amina    La galerie 38 accueille son univers    Le FICMEC aura lieu du 14 au 19 décembre    Liverpool refroidit Leicester, Arsenal inquiète    Le Napoli rate sa chance, l'AC Milan seul leader    Pedro Sanchez. Le Maroc sous pression migratoire    Botola Pro : Une nouvelle identité visuelle !    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Italie: Plus de 100 personnalités apportent leur soutien au Maroc pour le Sahara    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    El Arabi testé positif : Son club, l'Olympiakos, proteste officiellement auprès de la FIFA !    "Hab Matmoura " , nouveau recueil poétique d'Amina Hassim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté
Publié dans Challenge le 30 - 10 - 2020

Annoncée pour être disponible à la fin du mois d'Octobre, le vaccin contre la grippe risque de créer des incidents surtout entre les pharmaciens et les clients. En cause, une décision de la DMP (direction du médicament et de la pharmacie) de faire exiger par les pharmaciens une ordonnance avant toute vente de vaccin, de rationner l'approvisionnement après que l'Etat ait prélevé pour lui-même 50% de la quantité commandée. Pénurie et crise de nerfs en vue.
La Confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc (CSPM) a déjà dégainé en faisant montre de sa déception à travers un communiqué publié après la rencontre en mode visio-conférence avec les responsables de la DMP de ce mercredi. Cette réunion consacrée à la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a tout simplement été l'occasion pour les autorités de fixer les (leurs) règles du jeu : le vaccin ne sera accessible que sur ordonnance, le prix de la dose passe de 79 dirhams (2019) à 123,50 dirhams cette année. Des décisions qui vont à l'encontre d'une volonté de vacciner le maximum de personnes possibles, ce qui permettrait d'éviter des confusions entre les symptômes de la grippe et ceux du coronavirus. Mais à y voir de plus près, cette décision brusque de requérir une ordonnance, qui de fait va renchérir le coût de la vaccination (frais de consultation, frais du vaccin, frais d'acte de vaccination) tient d'autre chose, de la non disponibilité des quantités nécessaires pour une vaccination de masse. L'Etat n'est-il donc pas arrivé à sécuriser un approvisionnement suffisant ?
Lire aussi | Casablanca. Saisie de smartphones Oppo à Derb Ghallef : une action diligentée depuis la France
Doses : l'Etat se sert d'abord et accorde 25 doses à chaque pharmacie
À en croire la faîtière des syndicats (CSPM), le ministère de la Santé n'a pas réussi à sécuriser les doses de vaccin en quantités suffisantes. Le pays avait reçu 600.000 doses en 2019 contre 300.000 cette année, soit une quantité divisée par 2, à distribuer via les grossistes à toutes les pharmacies du pays. Dès lors, la DMP a décidé d'exiger une ordonnance pour l'achat des vaccins et de prioriser les personnes âgées. Sauf que selon les indiscrétions, le pays aurait reçu au total quelque 550.000 doses. Le Ministère s'est réservé 200.00 à 250.000 doses pour le personnel de santé et d'autres catégories. Ce qui reviendrait à fournir à chacune des 12.000 pharmacies du Royaume, 25 boîtes de vaccin, alors que l'attente vis-à-vis de ce vaccin est énorme. De plus, la population ciblée par cette quantité à mettre à disposition dans les pharmacies est définie comme telle : personnes âgées de plus de 65 ans, avec des maladies chroniques comme l'hémodialyse, le diabète, hypertension artérielle, cancer, etc. Pour faire passer la pilule, la DMP a jugé bon d'exiger une ordonnance de médecin pour pouvoir acquérir les boites de vaccin, mais aussi de distribuer des cartes de vaccination. D'ailleurs, dans la profession, la colère est patente.
Toutes dispositions qui mettent les pharmaciens dans une position inconfortable face à des clients qui ont du mal à encaisser cette "pénurie" de vaccins, alors que le vaccin avait été annoncé pour être disponible dès le 28 octobre. À en croire certains praticiens, il leur serait demandé de faire des pré-commandes ; ce qui revient à demander à des clients généralement réguliers de dire exactement de combien de doses ils auront besoin. D'autant plus que cette "pénurie" vient s'ajouter à toutes celles que connaissent les pharmacies dans le cadre de cette pandémie et qui créent déjà des tensions avec les clients et les malades.
Lire aussi | Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI
Dans tous les cas, en exigeant une ordonnance, la DMP fait expressément le choix de ne pas servir tout le monde, mais surtout sa décision induit un renchérissement des coûts de la vaccination ; chose qui exclura d'office une partie de la population. À l'inverse, les médecins se voient octroyés à titre gracieux quelques centaines de dirhams en frais de consultation, là où ce besoin n'existait pas auparavant.
Si la décision surprend et étonne, la profession se demande pourquoi le fournisseur de ce vaccin n'a rien dit lors de son webinaire sur la vaccination.
Sanofi pouvait-il ne pas savoir ?
En effet, Sanofi Pasteur est le laboratoire qui devait fournir le vaccin au Maroc sur la saison. Le laboratoire pharmaceutique a d'ailleurs beaucoup communiqué ces dernières semaines sur son vaccin grippal « quadrivalent » qui a la spécificité de s'attaquer à 4 souches du virus. Ce qui devait permettre une large protection et une meilleure efficacité avait annoncé le groupe. D'ailleurs, le groupe avait organisé un webinaire sur le rôle du pharmacien dans la prévention de la grippe saisonnière au Maroc avec la profession. Mais de la pénurie en vue, le groupe n'en a dit mot. Le laboratoire ne savait-il pas ? Impossible de croire cela. Certains pharmaciens croient que le laboratoire était au courant de cette décision, bien avant même la rencontre entre la DMP et les pharmaciens. Toutefois, on peut comprendre qu'il n'appartienne pas à cet acteur privé d'annoncer une décision publique.
Lire aussi | Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois
Dans tous les cas, après cette décision, il appartient au Ministère de la Santé de prendre ses responsabilités et d'expliquer à la population les tenants et les aboutissants de cette décision. Pour l'instant, le Ministère laisse seuls les pharmaciens au front ... pour prendre les premiers coups (?).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.