Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    PLF 2021 : L'immobilier, un secteur abandonné...par le gouvernement    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Météo: formations brumeuses et temps frais ce mardi    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    Ahmad Ahmad lourdement sanctionné par la FIFA    Aéroport de Marrakech: baisse du trafic aérien à fin octobre 2020    La Mauritanie assouplit son visa pour les entrepreneurs marocains    #Démasquons_la_violence : 16 jours contre les violences faites aux femmes    Stratégie nationale de vaccination anti-Covid19 : Ait Taleb fait le point    Coronavirus au Maroc: la situation lundi 23 novembre    Hooligans : Interpellation de 13 supporters de football à Casablanca    Après Agadir, une autre ville mise sous cloche    Le Maroc réitère son attachement à la Convention sur les mines anti-personnel    Holmarcom s'allie à un danois pour se développer en Afrique    Milan et Ibrahimovic, fortes têtes à Naples    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Visa for Music 2020. Une édition digitale sous le signe de la résilience    Danone prévoit la suppression de 1 500 à 2 000 postes    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Pep Guardiola prolonge son contrat à Manchester City    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    La consommation excessive de viandes rouges et transformées, de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Mise en garde contre les conséquences de la violation du cessez-le-feu par le polisario    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    «Je te quitte», premier clip de la chanteuse Amina    La galerie 38 accueille son univers    Le FICMEC aura lieu du 14 au 19 décembre    Liverpool refroidit Leicester, Arsenal inquiète    Le Napoli rate sa chance, l'AC Milan seul leader    Pedro Sanchez. Le Maroc sous pression migratoire    Botola Pro : Une nouvelle identité visuelle !    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Italie: Plus de 100 personnalités apportent leur soutien au Maroc pour le Sahara    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    El Arabi testé positif : Son club, l'Olympiakos, proteste officiellement auprès de la FIFA !    "Hab Matmoura " , nouveau recueil poétique d'Amina Hassim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vaccin anti-grippal: le risque de pénurie se précise
Publié dans L'opinion le 29 - 10 - 2020

Sans doute pour pallier un risque évident de pénurie, le ministère de la Santé vient de soumettre l'achat du vaccin anti-grippe à prescription médicale et présentation d'ordonnance. Le but étant de rattraper sa décision d'importer uniquement 300.000 doses contre 500.000 en 2019.
Alors que la pandémie bat son plein, que les chiffres des contaminations s'affolent pour se situer au-dessus de la barre des 4.000 par jour et surtout que la saison froide commence, le risque de confusion entre grippe normale et Sars-Cov 2 est une réalité qui était plus que prévisible.
Pour prévenir ce risque, la majorité des pays ont choisi de miser sur le vaccin anti-grippe dont l'utilité, cette année, est de réduire les cas de grippe et donc de minimiser autant que faire se peut le risque de confusion avec le Covid. Etrangement, nos autorités sanitaire, elles, ont choisi de réduire les quantités de doses importées. En effet, selon un communiqué de la Confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc (CSPM), parvenu à «L'Opinion», le lot de «Vaxigrip» importé cette année ne dépasse guère les 300.000 contre 500.000 l'année précédente. Une quantité qui semble infinitésimale en comparaison avec les 7 millions de doses mises sur le marché français par exemple depuis la mi-octobre et écoulées en moins de dix jours.
Afin de contenir le risque évident de pénurie qui se profile, le ministère de la Santé n'a rien trouvé de mieux que de soumettre la vente de ces doses à prescription médicale sur présentation d'ordonnance. Ce que dénonce le communiqué de la confédération des syndicats de pharmaciens qui rappelle qu'une telle mesure n'aura pour autre effet que d'augmenter la pression sur les officines qui ne manqueront pas d'être assiégées par les citoyens soucieux de prévenir le risque de grippe, notamment ceux en proie à des maladies chroniques. En filigrane du communiqué du syndicat, l'impression qui se dégage est que cette ordonnance médicale n'est qu'une façon détournée pour la tutelle pour mieux rationaliser la distribution des vaccins dont l'offre est largement limitée.
Quoiqu'il en soit, l'obligation de l'ordonnance n'aidera pas à encourager la population qui compte déjà beaucoup de vaccino-sceptiques à se faire vacciner contre la grippe saisonnière, conformément aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), déplore le syndicat. Les professionnels dénoncent également le prix élevé dudit vaccin qui constitue également un frein contre une vaccination de masse.
Une fois de plus, le gouvernement et notamment, le ministère de la Santé, expose son manque de manque de vision, d'anticipation et de planification, à un moment où le Maroc a besoin, plus que jamais, d'une vision claire et que le secteur de la santé assiégé par la pandémie, devrait être soulagé pour avoir les coudées plus franches dans un contexte de surcharge des hôpitaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.