Les ménages marocains vivent avec près de 3 sources de revenu    Paix et stabilité au Proche-Orient : Blinken salue le « rôle clé » joué par le Maroc    Les démêlés judiciaires de Brahim Ghali se poursuivent en Espagne, Santiago Pedraz Gómez enfonce le clou    Algérie : le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie et le mouvement Rachad classés «organisations terroristes» par le régime    Aménagement de 250 centres pour accueillir les mineurs migrants en Espagne    Bab Sebta: les autorités espagnoles utilisent des grenades lacrymogènes pour disperser les migrants (VIDEO)    Crise de Sebta: le Maroc rappelle son ambassadrice en Espagne    Déficit budgétaire de 21,4 MMDH à fin avril    Collectivités territoriales: le Maroc obtient un prêt du Japon    Hausse de 3,3% des primes émises à fin mars    FinanceCom devient O Capital Group    Réunion du Conseil de gouvernement: ce qui est prévu    Solidarité totale avec le peuple palestinien pour la défense de ses droits légitimes    Bayt Mal Al-Qods, un engagement indéfectible au service de la résilience de la ville sainte    France : Karim Benzema dans la sélection de Deschamps pour l'Euro    Le Real Madrid a trouvé un successeur pour Zidane    Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar se classe 3ème    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce mardi 18 mai (Maroc/Covid-19)    Alerte météo: il va faire très chaud dans ces régions du Maroc    Direction des prisons: bonne nouvelle pour les familles des détenus    Création de 342 salles d'enseignement préscolaire au titre de 2020-2021    MAScIR conçoit un dispositif pour le dépistage en temps réel et sans réactifs    Le Festival du Cinéma Méditerranéen de Tétouan en format digital    Lancement du concours d'art vidéo «Eye on the Street»    L'œuvre de Michel Ocelot à l'honneur    Deux migrants blessés à la frontière entre le Maroc et Sebta hospitalisés à Tétouan    Clientélisme, surenchère idéologique et démagogie : la recette d'El Habib Choubani pour les législatives de 2021    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 18 mai    Le sang des Palestiniens continue de couler    Le département d'Etat américain publie la déclaration tripartite Maroc-Etats-Unis-Israël sur son site    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    Younès Belhanda rejoint le championnat saoudien    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    La France efface la dette du Soudan    Dessalement : le marocain Hyrenco propose une technologie à faible coût    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Rabat: Le Café des Oudayas rouvre ses portes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers
Publié dans Challenge le 18 - 04 - 2021

La future généralisation de la protection sociale destinée à terme à couvrir 22 millions de personnes actuellement dépourvues d'assurance maladie, nécessitera des ressources humaines médicales pour sa réalisation. Le Maroc qui fait face à un déficit de praticiens a décidé d'ouvrir son secteur de la santé aux compétences étrangères et à l'investissement étranger.
Les médecins étrangers vont bientôt pouvoir exercer au Maroc. C'est une première. L'information est de taille mais est presque passée inaperçue. Pourtant, l'annonce a été faite par Mohamed Benchaaboun, lors de son allocution devant le Souverain dans le cadre du lancement de la généralisation du système de la couverture sociale, le 14 avril 2021, au Palais royal de Fès. Le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration, a indiqué que la généralisation de la couverture médicale nécessite de relever un ensemble de défis qui concernent en particulier le faible taux d'encadrement médical, l'important déficit en ressources humaines et leur répartition géographique inégale. Ainsi, pour lutter contre le déficit en matière de cadres sanitaires, il sera procédé à l'ouverture de la pratique de la médecine aux compétences étrangères, l'encouragement des établissements internationaux de santé à travailler et à investir au Maroc.
Lire aussi| The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains
Il faut dire que le Royaume est encore loin de son objectif de mettre chaque année sur le marché de la santé 3300 nouveaux médecins. En 2018, les facultés de médecine et de pharmacie du pays ont formé 2 282 médecins seulement, contre 1715 en 2007, soit une progression de 25%. En dépit de cette hausse significative, le retard à rattraper est de l'ordre de 1018 médecins. Ce déficit se creuse à cause de l'émigration, principalement en France, du départ à la retraite et de la retraite anticipée. Plus de 8 000 médecins marocains nés dans le Royaume exercent actuellement dans l'Hexagone. Selon une étude du Conseil national de l'Ordre des médecins en France, les praticiens nés au Maroc représentent la deuxième communauté de médecins nés à l'étranger.
Si ce manque de médecins au Maroc se fait sentir avec la crise du nouveau coronavirus, il risque de peser lourd dans la réussite de la généralisation du système de la couverture sociale qui vient d'être lancé. En effet, le Maroc ne compte que 27 266 médecins, dont 53% sont opèrent dans le secteur privé, avec un ratio de 7,1 médecins pour 10 000 habitants, loin du standard de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fixé à 15,3 médecins pour 10 000 habitants. Les régions de Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra concentrent, à elles seules, plus de 56% de l'effectif des médecins privés et 39% de l'effectif des médecins publics, ajouté au début du vieillissement de la population médicale. En fait, selon le ministère de la santé, 36% des médecins du public ont plus de 51 ans. A noter qu'avec à peine 1,65 personnel médical pour 1 000 habitants (contre un minimum requis de 4,45), le Maroc a un déficit de 97 161 personnes dans le secteur de la santé, dont 32 387 médecins et 64774 infirmiers et techniciens.
Lire aussi| Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner
Chaque année, le ministère de la Santé lance un concours pour les nouveaux diplômés. Mais cela ne suffit pas pour motiver les futurs praticiens à exercer dans certaines régions du royaume. Pour s'installer dans ces « déserts médicaux », les jeunes diplômés en médecine réclament une augmentation de salaire et une amélioration des conditions de travail. En plus, depuis quelques années, plus de 80% des diplômés en médecine sont des femmes. Ce qui complique leurs affectations dans ces régions. Certaines régions comme celles de Laâyoune Sakia El Hamra et Guelmim-Oued Noun, ne reçoivent presque aucune candidature.
Face à cette situation, quelques-unes ne sont pas restées les bras croisés. En fin 2017, le Conseil provincial de Tata, profitant de la convention d'établissement signé entre le Royaume et le Sénégal en 1964, a noué un partenariat avec l'Ordre national des médecins du Sénégal (ONMS) pour le recrutement de spécialistes sénégalais, afin de faire face à ses besoins en effectif médical, la région ne disposant à l'époque que de 8 médecins marocains pour 120.000 habitants. Ainsi, le 23 novembre 2017, l'ONMS publie un appel à candidature, invitant les spécialistes en gynécologie et en chirurgie intéressés par l'exercice dans des centres ruraux au Maroc, à déposer leurs dossiers. Dans ce cadre, la province de Tata a pu alors embaucher en 2018 par contrat 20 médecins sénégalais. Des postes que les médecins marocains bouderaient depuis des années malgré les appels du pied récurrents du ministère de la Santé.
Aujourd'hui, si l'Organisation mondiale de la santé recommande un minimum de 23 médecins pour 100.000 habitants, le royaume n'en comptabilise que 7,3.
Lire aussi| Industrie pharmaceutique : bientôt un institut dédié à la formation professionnelle


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.