Protection sociale: Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale    Service militaire 2022: Début au 7e CFA de la Marine Royale de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Espagne : Une vice-présidente de la Chambre basse du Parlement sur la liste des invités du Polisario    Botola Pro D1 / DHJ-IRT (2-2) : La perte des points à domicile continue pour les Jdidis !    Ibenge : « Le football, c'est la tête avant les jambes »    Maroc: le déficit budgétaire à fin avril 2022    Rabat: Akhannouch s'entretient avec la PDG d'Oracle Corporation    Tourisme: le Maroc sort la tête de l'eau    On en sait plus sur la réouverture imminente du point de passage Bab Sebta    France: Élisabeth Borne officiellement nommée première ministre    Il y a 19 ans, des attentats terroristes frappaient Casablanca (VIDEO)    Benkirane traite le président de la 1ère Chambre d'« âne » (VIDEO)    Délais de paiement, nouvelles nominations... Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Ligue des champions: Al Ahly se « résigne » à jouer la finale à Casablanca    Maroc/Covid-19: le bilan de ce lundi 16 mai    Météo Maroc: temps chaud sur l'extrême Sud ce mardi 17 mai    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France: fin du masque dans les transports en commun    Casablanca : Débat autour de la musique andalouse    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    Calendrier chargé pour les Lions de l'Atlas au mois de juin    Noussair Mazraoui témoigne sa reconnaissance à Labyad et Ziyech    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Renault vend ses actifs en Russie à l'Etat russe    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Températures prévues pour mardi 17 mai 2022    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Nayef Aguerd ne remporte pas le prix Marc-Vivien Foé    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »
Publié dans Challenge le 18 - 10 - 2021

L'idée d'un pass vaccinal obligatoire se fait de plus en plus familière dans la bouche des marocains. Nécessité sanitaire? Mesure autoritaire et contre le sens de la liberté? Le Maroc se dirige-t-il vers cette option et quel intérêt pour la situation épidémique nationale ? Voici la réponse du Dr Said Afif, membre du Comité scientifique de la vaccination anti-Covid.
Actuellement, la campagne de vaccination connait un ralentissement notable et inquiétant. Les autorités après avoir encouragé et incité maintes fois les citoyens à se rendre aux centres de vaccination songeraient à instaurer un pass vaccinal obligatoire.
Il y'a quelques semaines le Dr Said Afif nous disait « qu'on ne pouvait parler de l'obligation de détenir un pass vaccinal pour accéder aux espaces publics qu'après avoir atteint un taux conséquent du nombre de vaccinés. » Aux yeux du spécialiste, le vaccin n'est pas obligatoire mais néanmoins la pandémie est une priorité nationale. « Avant on ne pouvait pas parler d'obligation du pass vacinnal avec des taux de 20% ou 30% de vaccinés seulement car la majorité aurait été mise à l'écart. Maintenant que la majorité est vaccinée il faut donc songer à l'adopter à l'image des autres pays afin de protéger cette majorité qui a décidé de se vacciner pour se protéger de cette pandémie. »
« Au Maroc, on peut désormais parler de pass vaccinal car nous sommes arrivés à 78% de personnes vaccinées avec la première dose et 70% vaccinées avec les deux doses ». Pour le docteur Said Afif, le pass vaccinal obligatoire permettra d'une part aux marocains de reprendre le train de vie normale et de s'épanouir en exerçant différentes activités (salles de sport, Hammams, accéder aux cinémas, terrains de sport…) et d'une autre part à l'économie de se relancer en ouvrant la porte à plus de secteurs qui ont été gravement affectés à l'image du tourisme. Le pass vaccinal obligatoire permettrait donc un boost social, économique et psychologique à l'ensemble de la nation.
Lire aussi |Dr Saïd Afif : «Il est encore très tôt pour parler de la vaccination des 3-11 ans»
« Actuellement, nous sommes à environs 24 millions de personnes vaccinés. Afin d'atteindre ladite immunité collective qui est de 80% de la population cible soit 30 millions le pass vaccinal obligatoire est une piste qui a démontré sa réussite dans d'autres pays( la France, les USA…). Aussi, au vu de la cadence des primo-vaccinés qui baisse nous tarderons à atteindre cette immunité collective sans l'obligation du pass vaccinal. »
Cependant, le Dr Said Afif insiste que l'instauration du pass vaccinal obligatoire à elle seule n'est pas suffisante pour combattre le virus. « Nous avons deux solutions qui ont démontré leurs efficacités à travers le monde : la première qui restera jusqu'à la disparition du virus c'est le respect des mesures barrières. C'est très important. La deuxième est la vaccination. La vaccination ça a été très important oui. 90% des personnes vaccinés n'arrivent pas en réanimation selon une étude sur la vaccination en France. Au Maroc, nous avons une situation épidémiologique qui s'améliore car nous sommes passés d'un taux d'occupation de lits de réanimation de 50% à 8%. Le nombre de décès a baissé de façon importante et nous sommes passés de 29% de tests positifs à 4%. A ces données s'ajoute que nous avons passé deux examens avec succès : tout d'abord celui des élections du 8 septembre et celui de la rentrée scolaire (notamment grâce à la vaccination des élèves -81% première dose et 51% deuxième dose-). Dans ce cas précis, la vaccination a permis aux élèves de reprendre les cours en présentiel et d'avoir un semblant de vie scolaire normale. Mais malgré une vaccination effective, le respect des mesures et gestes barrières doit persister. » Insiste-t-il.
Le pass vaccinal serait conçu spécialement pour les endroits fermés qui connaissent une grande fréquentation et qui sont des espaces très propices à la propagation et la transmission du virus. Dr Said Afif a ajouté que « Avant de représenter une menace pour la situation épidémique et la maîtrise du virus, les personnes non vaccinées s'exposent d'abord eux-mêmes au danger ». « Les personnes qui se rendent dans des endroits fermés et à grande affluence doivent être complètement vaccinées et continuer de respecter tous les gestes barrière, allant du port du masque à la distanciation en passant pas la désinfection ».
Lire aussi |Dr Said Afif : «Le pass vaccinal deviendra obligatoire dès que nous aurons atteint un taux élevé de vaccination»
Pour Dr Said Afif, si l'obligation du pass vaccinal permettra d'atteindre les résultats observés à l'étranger ( soit la reprise économique et l'épanouissement de la population) il faut donc l'instaurer. Le respect des libertés ne sera à aucun moment négligé mais combattre la situation épidémique est une priorité nationale.
A noter que certaines mesures relatives au pass vaccinal commencent déjà à faire objet de discussion. Il y a quelques semaines de cela, le Comité Directeur de la Fédération Royale Marocaine de Football prévoyait un retour « progressif » du public dans les stades sous réserve d'une décision favorable des autorités compétentes, avec « la nécessité d'être muni du pass vaccinal ».
L'imposition, ou non, du pass vaccinal est un sujet épineux qui fait débat depuis des mois et continuera à faire débat quelque soit la décision entamée. Toutefois, afin de préserver la santé des Marocains, la vaccination doit atteindre les ratios fixés par le comité scientifique. Cette situation permettrait d'alléger davantage le déconfinement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.