Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Ramadan: le tramway de Casablanca change ses horaires    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Salmane    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    David Govrin, représentant d'Israël au Maroc, nous ouvre son coeur (TEASER)    Jamel Sellami Out, Lassaad Chabbi In !    Le Japonais Hideki Matsuyama remporte le Masters d'Augusta    Maroc/Covid-19: le bilan de ce mardi 13 avril    Le mariage des mineures, un phénomène d'une grande actualité au sein de la société    Ventre vide, tables garnies    Covid-19 au Maroc : 684 nouvelles contaminations, 6 décès    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Musée «Leila Mezian Benjelloun» prêt dans deux ans    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Ramadan: voici les nouveaux horaires des cours diffusés à la télévision    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Transport: la nouvelle flotte de bus fait le bonheur des Casablancais    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Le joli 4 sur 4 du Raja en Coupe de la Confédération    Décès sur le terrain de Reda Saki, joueur de l'Etoile    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Le mois sacré de Ramadan débutera mercredi au Maroc    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Conseil de gouvernement : Le menu de la réunion de jeudi prochain    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    Ramadan: Joe Biden adresse ses vœux aux musulmans    France: Indignation suite aux tags antimusulmans à Rennes    Hicham Idelcaid chante «Mali Mali»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le stress hydrique se confirme pour le Maroc
Publié dans Challenge le 28 - 08 - 2015

Le Maroc est classé à la 19ème place du classement des pays menacés par une pénurie d'eau à l'horizon 2040. C'est ce qui ressort du rapport alarmant que vient de publier des chercheurs du centre américain World Ressources Institute (WRI). Le royaume figure même parmi les 33 pays concernés par un stress hydrique « extrêmement élevé ».
Le WRI a dressé un classement de 167 pays dans le monde en termes de risque de stress hydrique sur les 25 prochaines années. Les projections établies par le centre de recherche se basent sur des scénarios socioéconomiques (développement économique, démographique, urbain, etc.) et des modèles climatiques (pluviométrie, changements climatiques, etc.) pour analyser leur impact sur l'équilibre de l'offre et de la demande d'eau. Chaque pays obtient une note sur 5, soit autant de catégories de stress hydrique (1 : Faible, 2 : Faible à moyen, 3 : moyen à élevé, 4 : élevé, 5 extrêmement élevé).
Tous secteurs d'activités confondus, le Maroc obtient une note de 4,68, ce qui le place dans la catégorie des pays menacés par une pénurie d'eau extrêmement élevée. Les chercheurs du WRI ont affiné leurs analyses, en ventilant ce classement selon les 3 secteurs les plus hydrovores, à savoir l'industrie, l'agriculture et les ménages. Pour ces trois usages, le Maroc obtient respectivement les notes de 4,65, 4,63 et 4,69, confirmant le risque élevé de pénurie d'eau.
Pénurie d'eau en 2040 ?
Cette étude confirme l'urgence d'une action volontariste sur la mobilisation des ressources, mais également en termes d'économies d'eau et de diversification des sources d'approvisionnement. Selon les chiffres officiels, le déficit en eau devrait passer à 5 milliards de m3 en 2030. L'origine en est, comme le confirme l'étude du WRI, la conjonction entre les besoins agricoles, industriels et domestiques, en hausse constante du fait notamment d'une pluviométrie volatile, et d'un assèchement constant des nappes souterraines.
Et pourtant, le Maroc semble avoir pris la juste mesure de la rareté de l'eau. La stratégie nationale de l'eau, lancée en 2010, a apporté un certain équilibre entre les actions sur l'offre et ceux sur la demande en eau, favorisant les programmes d'économies d'eau, et ouvrant la voie à la réutilisation des eaux usées. Mais il semblerait que ces efforts ne sont pas suffisants pour lever la menace qui pèse encore sur le Maroc en matière de mobilisation et durabilité des ressources en eau. Le dernier rapport du WRI prouve encore une fois que le développement économique est une bonne chose, mais qu'il ne devrait pas se faire au détriment d'un bien aussi stratégique que l'eau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.