Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouaceur, un hub de l'industrie aéronautique à Casablanca
Publié dans Challenge le 20 - 06 - 2017

Nouaceur à Casablanca est un hub de l'industrie aéronautique, avec à proximité de l'Aéroport Mohammed V et de ses sites de maintenance, la présence de deux zones majeures : l'Aéropôle et Midparc Free Zone, ainsi que la présence de centres de formation dédiés.
Inaugurée en septembre 2013, Midparc, située à Nouaceur, est l'une des 22 plateformes industrielles intégrées mises en place dans le cadre du Pacte Emergence. Située au cœur du pôle de Nouaceur, cette zone franche de 126 hectares est dédiée à l'aéronautique, ainsi qu'aux entreprises de haute technologie. Elle propose une offre package, qui comprend un accompagnement des industriels à chaque étape de leur projet. La plateforme propose deux types de formules : le locatif longue durée pour les petits ateliers et l'achat pour les grandes unités. Les PME peuvent ainsi louer des modules standards de 2000 m2 (dont 1 000 m2 d'ateliers et 300 m2 de bureaux et locaux sociaux). Le temps que leurs ateliers définitifs soient construits, les entreprises ont la possibilité de démarrer leur activité dans des locaux provisoires. Nombreuses sont les entreprises aéronautiques ayant fait le choix de s'implanter sur le Midparc : Bombardier, Eaton, NSE Aero Maroc, Innovelec, AHG, Goam, Alcoa fastening System, Stelia, Hexcel, Tecalemit... Aujourd'hui, si la première phase de la plateforme, opérationnelle depuis 2013, s'étend sur une superficie de 63 hectares, la société de gestion Midparc Investment, s'apprête à lancer une nouvelle extension du parc. Anticipant la montée en puissance de la demande des entreprises aéronautiques, elle avait sécurisé une réserve foncière de 62 hectares pour ses besoins d'extension. C'est sur cette portion justement que devrait porter le projet d'extension. Il faut dire que le seuil de commercialisation du site a dépassé les 60 % depuis l'arrivée sur le site des groupes Hexcel et Alcoa. MedZ, filiale du groupe public marocain Caisse de dépôt et de gestion (CDG) est l'aménageur de Midparc, et porteur des infrastructures via la société Midparc Investment. Elle espère surtout y caser certains des 120 équipementiers du futur écosystème Boeing annoncé par le constructeur américain au Maroc. A quelques mètres de Midparc dans ce quartier de Nouaceur, qui a vocation à se positionner à terme comme un pôle à part entière dédié aux technologies aéronautiques, l'Office national des aéroports (ONDA) s'active aussi à lancer une série d'appels d'offres internationaux pour l'attribution des lots de la deuxième tranche de l'aéropôle Casablanca Mohammed V. Il s'agit d'une réserve foncière de 20 hectares, qui s'ajoutera à la première phase (200 hectares). Le projet cible l'industrie aéronautique et les entreprises spécialisées dans les services aéronautiques. Lors de leur installation, les entreprises de l'Aéropôle de Casablanca bénéficient d'une assistance et de conseils facilitant leur implantation dans les meilleurs délais et leur permettant de se concentrer sur leur cœur d'activité. L'Aéropôle prévoit également un accompagnement personnalisé pour chacune de ces entreprises afin de leur donner toutes les chances de réussite et de développement.
Pour accompagner les besoins des entreprises, les travaux de construction d'un centre de vie seront lancés début 2018. Il comprendra notamment une zone commerciale, des hôtels, un centre international de conférences, des banques, un bureau de poste, un centre médical d'urgences et un restaurant collectif.
Pour l'heure, le pôle des industries aéronautiques de cet aéropôle accueille 21 entreprises aéronautiques. Parmi elles, Safran, Ratier Figeac (UTC Aerospaces systems), Aircelle Maroc, Lisi Aerospace Creuzet Maroc, Société de précision mécanique aéronautique, Sagem Maroc, Stelia Aerospace Maroc, Aerolia construction aeronautique du Maroc, SERMP, Simra Maroc...
Au total, le montant des investissements réalisés s'élève à plus de 1,21 milliard de DH et le nombre d'emplois atteint 2.937 postes. Le taux d'occupation du parc est actuellement de 68%.
Aref Hassani, DG de Midparc Casablanca Free Zone
La zone franche de Midparc est une plateforme industrielle intégrée et dédiée aux entreprises de l'industrie aéronautique et les autres secteurs industriels connexes à savoir le spatial, la défense, la sécurité, l'électronique embarquée, le composite, la fabrication additive. Midparc est le fruit d'un partenariat public/privé entre la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) et des industriels privés marocains et étrangers qui ont une très grande expérience dans ce secteur. Le parc a été inauguré par SM le Roi en septembre 2015 et emploie aujourd'hui près de 2000 personnes dans une quinzaine d'entreprises qui sont des multinationales pour certaines d'entre elles comme Bombardier, Stelia (filiale d'Airbus), Eaton, Thales, mais il y a aussi des PME à forte valeur ajoutée et qui ont vocation à fournir les grands donneurs d'ordre. Le Midparc a développé un business model qui est basé sur du locatif à longue durée sur la base de module « standard » ou « customisé ». Donc, le principe consiste à amener les entreprises à se consacrer à leur core business plutôt que de se préoccuper de l'acquisition du foncier, de la construction des bâtiments, etc. C'est Midparc avec ses équipes qui assurent le développement de ces bâtiments selon des cahiers des charges spécifiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.