Réforme de la retraite : enfin le bout du tunnel ?    Le Nobel de chimie à un trio américano-danois    Le sélectionneur national vise une place au mondial    Le Bayern Munich explose le Viktoria Plzen et prend le large    Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de football pour amputés    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc de l'Oliveraie de « Ghabat Chabab »    «L'image et l'imaginaire dans le cinéma»    Le Nobel de médecine au Suédois Svante Pääbo    Une soirée littéraire à la Maison de la Poésie    Maroc : Une première réunion de la commission chargée de la réforme de retraite    Casablanca : Table-ronde sur la gestion de l'eau    Twitter : Métamorphose en «application à tout faire»    Le Ministère du Commerce et BIM Maroc signent un partenariat pour le développement du local sourcing    Forum mondial de l'Alliance des civilisations: Moratinos exprime ses remerciements au Roi    Regards croisés sur le partenariat euro-africain    Coupe du Monde 2030 : L'Ukraine rejoint la candidature de l'Espagne et du Portugal    Le ministre yéménite des AE dénonce le rôle de l'Iran dans l'émergence du séparatisme houthi    L'ambassadeur Samir Dhar : «Alger est obsédé par la question du Sahara mais assure ne pas se considérer comme partie prenante du dossier, cela fait sourire»    Attijariwafa bank et l'AMCI célèbrent les lauréats internationaux de la Coopération du Maroc    CPS de l'UA : Rabat a placé la protection des enfants parmi ses priorités, dit la délégation marocaine    Une star de la téléréalité française obtient la nationalité marocaine (PHOTO)    Nouveaux détails sur le démantèlement de la cellule terroriste à Melilla    Refus du visa Schengen: protestations devant le siège de la Délégation de l'UE à Rabat (VIDEO)    Coronavirus au Maroc: 24 contaminations enregistrées ce mercredi, toujours aucun décès    Mauvais traitements : l'administration pénitentiaire dément les allégations de l'entourage d'un ancien détenu    Casablanca : «WeCasablancaFestival» revient pour une 3e édition du 6 au 8 octobre    Leyton Maroc propose un emploi inédit à des étudiants d'Al Akhawayn    Migration : Deux embarcations transportant des Marocains atteignent les côtes espagnoles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc étrille l'Argentine (4-0) et file en quarts de finale    Sahara : José Manuel Albares rencontre Staffan de Mistura    Belgique : Hassan Iquioussen pourrait «ne jamais revenir en France»    Pénurie de céréales : le Maroc pourrait se tourner vers la France    La problématique de l'eau au cœur de l'intrigue du roman de Siham Kartobi    Le Festival national du samaâ et de madih à Fès promet un show spirituel    Casablanca: arrestation d'une employée de pharmacie pour tentative d'achat d'un nourrisson    Algérie – Maroc, duel annoncé pour l'organisation de la CAN 2025    Valladolid : Jawad El Yamiq indisponible pendant un mois    Contribuables nouvellement identifiés:laDGI rappelle la prorogation des mesures d'encouragement    L'ANRAC délivre 10 autorisations d'exercice des activités de transformation et de fabrication du cannabis    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mercredi 5 octobre    La campagne de sensibilisation au dépistage précoce du cancer de sein lancée    Zelensky revendique des avancées « rapides » de ses troupes dans le Sud    La Bourse de Casablanca débute dans le vert ce mercredi    Maroc : Nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,8 degrés au large de Driouch    Algérie: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Espagne : feu vert du gouvernement au budget 2023    Production audiovisuelle : Mehdi Bensaid rencontre des responsables de Netflix    ONU : Une sahraouie dénonce la responsabilité de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi j'écris l'histoire d'El Jadida et pourquoi en français
Publié dans Eljadida 24 le 28 - 05 - 2014

Issu de l'école publique bilingue, j'ai fait mes études à El Jadida puis à Casablanca dans les deux langues, arabe et français, du primaire au baccalauréat obtenu en 1972. Mes études universitaires, elles, se sont faites en arabe à Rabat. Il faut dire aussi, qu'à cette époque, les élèves pouvaient facilement maîtriser les deux langues grâce à des enseignants marocains et français motivés et engagés.
Ces enseignants compétents aidaient les jeunes à assimiler les cours de littérature mais également ceux des matières scientifiques. Autre élément déterminant : la lecture dans les deux langues avait une place primordiale dans l'ensemble de cet apprentissage.
Grâce à ce climat culturel motivant, je me suis découvert un don pour la culture et, de là, pour l'écriture. Au début de mon parcours, j'ai opté pour l'imaginaire littéraire à travers l'écriture de nouvelles en arabe dans le quotidien Al-Alam. J'étais donc plus à l'aise pour écrire en arabe, ce qui m'a encouragé à publier, à compte d'auteur, mon premier recueil de nouvelles. Puis, avec une plus grande maîtrise des techniques narratives, j'ai pu faire paraître, à compte d'éditeur, trois autres recueils en arabe dont deux en dehors du Maroc, sous l'égide de l'Union des écrivains arabes.
Pendant presque une quinzaine d'années, de 1975 à 1990, j'ai constaté que la diffusion de mes écrits littéraires en arabe restait bien limitée en termes de vente, d'échange et de feed-back. Il en était d'ailleurs de même pour plusieurs de mes amis écrivains arabophones de ma génération. Les nouvellistes et les poètes en langue arabe abondaient dans un marché où le lectorat local arabophone était très réduit. Mes fréquentes discussions avec plusieurs de mes amis écrivains m'ont révélé qu'ils vivaient la même situation. Le vétéran Mohammed Zefzaf, romancier de talent, connu dans le monde arabe, nous dira, un jour, parlant de sa propre expérience, avec sa franchise habituelle mêlée d'amertume, que s'il avait écrit en une autre langue il serait devenu plus célèbre et plus riche. Ce constat hélas est bien réel. Le problème ici n'a rien à voir avec la langue mais avec le lectorat.
A titre personnel, je pouvais continuer, en toute tranquillité, à mon rythme, dans mon cadre littéraire d'origine. C'est-à-dire, continuer à produire des recueils de nouvelles en arabe, qui ne seraient, en fin de compte, lus qu'entre nous, mais le hasard d'un constat, un jour, m'a fait changer d'avis.
En fait, c'est à Rabat, dans les années quatre-vingts du siècle dernier, lors de mes études universitaires, que j'ai constaté de visu que les centres d'intérêt des lecteurs n'étaient pas forcément littéraires. Pour de multiples raisons sociales, culturelles et politiques, d'autres domaines plus pragmatiques captaient l'intérêt des lecteurs comme l'histoire, la sociologie, l'économie, les mémoires ou les études monographiques.
Je me suis alors posé la question suivante : comment pourrais-je en tant qu'écrivain me rendre utile à ma communauté et aux générations montantes ? Cela a coïncidé, à l'époque, avec la création à El Jadida d'une Faculté des lettres. Les étudiants, futurs licenciés en histoire, étaient amenés, en fin de cursus, à écrire un mémoire sur un sujet touchant à l'histoire de la ville. Les étudiants, à cette époque, ne trouvaient localement ni documentation ni archives susceptibles de les aider dans leurs recherches.
C'est pour cela que je fus contacté en 1987 par bon nombre de ces étudiants qui avaient lu mon article intitulé « El Jadida : histoire d'une ville » paru dans la défunte revue mensuelle Lamalif. Et c'est ainsi que me vint l'idée d'écrire sur l'histoire locale d'El Jadida. Ces jeunes avaient beaucoup de difficultés à dénicher la documentation nécessaire pour approfondir le sujet qu'ils avaient choisi. Mais, hormis ces jeunes, j'ai rencontré des Jdidis plus âgés qui étaient, eux aussi, à l'affût de l'histoire touchant leur environnement proche. Ces personnes se sentaient bouleversées par les changements survenus dans le paysage urbain de leur antique cité. J'ai alors proposé à groupe de ces personnes, marocaines et étrangères nées dans la ville au temps du Protectorat, de participer à une rencontre sur le thème : « L'histoire d'El Jadida racontée par ses anciens habitants ». Cette rencontre, qui eut lieu à l'Institut français, leur a permis de s'exprimer sur ce passé commun en voie de disparition. L'assistance était vivement séduite par les vibrants témoignages présentés. Cependant, détail sans doute révélateur, la majorité des témoins marocains invités n'y ont pas assisté.
L'intérêt suscité par cette première rencontre avait fait qu'elle fut rééditée à deux reprises en 1988 et 1989. Ces trois tables rondes furent très appréciées. J'ai donc profité de mon séjour à Rabat pour faire un premier inventaire des écrits sur El Jadida et les Doukkala à la Bibliothèque nationale, au centre de documentation La Source, à la Chambre de commerce et au Centre des études arabes. Je notais dans un cahier tout ce que je pouvais trouver comme référence. C'était l'ébauche de mon premier travail bibliographique sur l'histoire d'El Jadida.
Dans ces différents centres, je constatai que la documentation disponible et accessible sur les villes du Maroc était principalement en français. D'autant plus que, travaillant sur le témoignage oral en rapport avec la ville, j'ai reçu ces éléments très facilement d'anciens Français de la ville et, dans une moindre mesure, de Marocains. Le choix du français pour la rédaction de mes ouvrages d'histoire locale s'est donc naturellement imposé par son aspect pragmatique. En effet :
L'ensemble de la documentation accessible étant majoritairement francophone, il me paraissait, en toute logique, plus pertinent de l'utiliser comme telle. Ceci n'excluait pas le recours à certaines documentations écrites en arabe ;
- Le fait de traduire en arabe des documents accessibles en français ajouterait une difficulté supplémentaire pour le chercheur bénévole que j'étais ;
- La publication en français me permettait de communiquer avec un lectorat francophone multiple et plus large.
Mais il faut reconnaître aussi un autre point qui, dans mon humble parcours, me paraît déterminant : c'est ma rencontre fructueuse avec d'éminents historiens et chercheurs francophones, marocains par naissance ou par appartenance affective : Guy Martinet, Abdelkébir Khatibi et Nelcya Delanoë.
L'historien Guy Martinet (1920-2003) m'avait aidé par ses conseils et ses corrections et m'avait encadré dans l'animation de rencontres notamment à Casablanca et El Jadida. Quant à Abdelkébir Khatibi (1938-2009), sociologue et romancier originaire d'El Jadida, il m'a, à plusieurs reprises, encouragé à continuer mes recherches sur la mémoire locale. Il joua d'ailleurs, un rôle déterminant pour la parution de ma bibliographie. Enfin, Nelcya Delanoë, professeur d'histoire à l'Université française, et originaire d'une famille jdidie, m'a souvent conseillé et a également préfacé l'un de mes livres.
S'il est un autre point très réconfortant, c'est bien l'échange avec mes lecteurs. Certains m'abordent dans la rue pour me signifier qu'ils ont découvert dans mes ouvrages des facettes cachées de leur ville qu'ils ignoraient jusque-là ou même sur leurs familles. L'autres, notamment des Français, m'écrivent leurs impressions et leurs sentiments sur mes travaux en me remerciant d'avoir eu le mérite de m'intéresser à cette mémoire commune. Mémoire qui, au fil des ans, risquait de disparaître à tout jamais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.