Etat-Conseils communaux. À chacun son rôle    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Chine-Afrique: Bank Of Africa et CADFund signent une convention de partenariat    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    La France sous cloche à 18h Contrôles aux frontières renforcés    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Le Groupe d'amitié parlementaire HondurasMaroc réitère son soutien au plan d' autonomie    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinéma : «Je ne cherche pas à choquer pour choquer ou à provoquer pour provoquer»
Publié dans Finances news le 05 - 04 - 2012

Après le film «Les anges de Satan», le réalisateur marocain sort son dernier long métrage «Le retour du fils».
Ahmed Boulane, nous dévoile les coulisses de son dernier film.
• Finances News Hebdo : Tout d'abord, pourquoi ce film est spécial pour vous ?
• Ahmed Boulane : Toute œuvre de chaque personne est personnelle. On ne peut pas dissocier une création de son auteur. Tous mes films sont plus ou moins personnels. Toutefois, les scénarios ne doivent jamais être à 100% personnels et à 100% autobiographiques, il faut toujours ajouter de la fiction. Il faut toujours maquiller et créer afin qu'elle puisse arriver facilement au public. J'écris des films pour que les gens les comprennent, pour que les gens aillent les voir, je ne veux pas être très compliqué ni très ambigu.
«Le retour du fils» n'a aucun lien avec ma propre histoire, c'est une fiction inspirée librement de ma propre histoire. Dans ce film, j'ai prémédité un scénario. Mais, il se peut que la police à l'aéroport lui demande sa carte d'identité comme elle le fait avec tous les Marocains titulaires d'un passeport étranger alors qu'elle détient toutes les informations nécessaires dans l'ordinateur, chose que je trouve anormale.
• F. N. H. : Pourquoi le film a-t-il traîné plus de 10 ans avant de voir le jour ?
• A. B. : J'ai commencé à écrire le scénario juste après le départ de mon épouse, qui a décidé de partir avec les enfants et avec mon consentement pour leur garantir une bonne éducation. Car elle ne voulait pas les éduquer à la française ni a l'école américaine qui coûte une fortune. J'ai écrit plusieurs versions de scénarios qui ont été rejetées par le fonds d'aide à 3 reprises au début des années 2000. Dans le nouveau scénario il y a seulement 20% des anciennes versions. Entre temps, j'ai écrit et réalisé une comédie pour la télévision « Moi, ma mère et Bettina» et réalisé «Les anges de Satan» avant de pouvoir terminer celui-là.
• F. N. H. : Comment pensez-vous que le public va réagir face à ce film, sachant que votre dernier long métrage «Les anges de Satan» a connu un grand succès ?
• A. B. : Tous mes films ont été soit aimés soit critiqués. «Les anges de Satan» qui était un fait divers avait été le premier dans le box-office. Pour le film «Ali, Rabiaa et les autres» qui a été censuré après la première semaine dans 13 salles à l'époque, car il paraît que c'était un film choquant. J'écris tous mes films avec le souci que le public ira les voir, parce que le cinéma est un art populaire et si certains films ne séduisent pas le public (qui se fait rare de plus en plus à cause du piratage) c'est parce que certains réalisateurs disent qu'ils font des film pour eux. Je trouve ça égoïste. Et si c'est leur souhait, ils n'ont qu'à le faire avec leurs propres moyens et non pas avec l'argent du public.
• F. N. H. : Le film ne comporte pas de scène choquante contrairement à certains films actuels. Est-ce que c'est un choix ?
• A. B. : Je me suis toujours exprimé dans mes films librement et sans contrainte. Je ne cherche pas à choquer pour choquer ou à provoquer pour provoquer, sinon à raconter des histoires comme je les imagine.
• F. N. H. : Aujourd'hui, une nouvelle commission vient d'être nommée pour la subvention cinématographique. En tant que réalisateur qu'en attendez-vous ?
• A. B. : C'est une commission bien choisie. Elle est composée d'intellectuels pour la lecture et de professionnels de la production pour l'évaluation des budgets, ce qui est une très bonne chose.
• F. N. H. : Quel regard portez-vous sur le cinéma marocain ?
• A. B. : Le cinéma marocain avance bien depuis les 20 dernières années par rapport aux autres cinématographies africaines et arabes. Nous sommes avec l'Egypte et l'Afrique du Sud les leaders dans le continent africain et même dans le Monde arabe. Il faut juste qu'on pense davantage au public tout en lui racontant des histoires intelligentes et de qualité pour que le cinéma marocain puisse réellement exister.
• F. N. H. : La monté du PJD a suscité des avis partagés dans le milieux artistique ; qu'en pensez-vous ?
• A. B. : Pourquoi doit-on se méfier du PJD qui est un parti politique composé de musulmans pratiquants sachant que la majorité des Marocains sont des pratiquants depuis toujours ? Nous nous sommes exprimés dans des temps beaucoup plus difficiles. Pour mon prochain film je vais le faire comme je veux, comme c'était le cas pour ceux qui l'ont précédé.
• F. N. H. : Quels sont vos projets ?
• A. B. : Mon prochain film s'appelle «La isla». C'est une comédie politique du conflit maroco- espagnol sur l'île Leila. J'ai écrit le scénario en 2009 et si tous va bien il sera tourné en 2013.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.