La Colombie et le Maroc partagent la même vision d'une politique migratoire humanitaire, selon la diplomatie des deux pays    Casablanca / Fonds de solidarité des avocats : Le bâtonnier dévoile les prélèvements    Compteur coronavirus : 303 nouveaux cas en 24h, 1.32 millions troisièmes doses administrées    La Russie resserre ses relations économiques et politiques avec la Libye et l'Algérie    La Commission Islamique de Melilia : l'Espagne appelée à régulariser la situation des Marocains bloqués    Dette publique: Recul de 9,7% des souscriptions sur le MAVT à fin septembre    Equatorial Coca-Cola Bottling Company installe son siège à Casablanca    Sahara : l'Eswatini pointe la "prééminence" de l'initiative d'autonomie comme "seule solution"    Prolongation de l'état d'urgence au Maroc    La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d'un détenu pour son refus de se faire vacciner    Scolarisation des enfants en situation de handicap : Le taux de 55% dépassé, des efforts à soutenir    Maroc-Etats-Unis: La guerre de l'intégrité territoriale se poursuit toujours    Gazoduc GME : l'Algérie veut expédier vers l'Espagne plus de gaz par voie maritime, les observateurs dépaysés    Déficit de médecins urgentistes au Maroc: Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Lutte contre le cancer du sein au Maroc: Un combat qui est loin d'être gagné    Sondage du CESE sur légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles    «Le Maroc jouit d'un important soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara», estime un média espagnol    Une amazighité encore à accomplir    ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"    Fonction publique: En 10 ans, le salaire mensuel moyen grimpe de plus de 15%    Pékin «s'oppose fermement» aux contacts militaires entre Taïwan et les Etats-Unis    Botola Pro D1 / Fin de la 7ème journée : Ce jeudi, le classico FAR-WAC à partir de 18h15    Barça : Limogé, Koeman recevrait un chèque de 20 millions d'euros !    Tourisme au Maroc: les opérateurs au fond du gouffre    Thé au Maroc : 400 marques se partagent le marché local    BMCE Capital présente ses nouvelles prévisions 2021-2022    Jusqu'au 19 mars 2022 : La Galerie Banque Populaire expose les photographies de Marcelin Flandrain    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Gouvernance économique : Le financement du PLF assuré sans emprunt national    Conseil de la ville de Casablanca : les préparatifs de la session extraordinaire bouclés    L'Assemblée Générale du Raja : Anis Mahfoud, le secrétaire général démissionnaire, nouveau président    L'ONU alerte sur une crise humanitaire qui « s'aggrave » en Syrie    De plus en plus de prisonniers politiques dans la Russie de Poutine    L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Belgique : 24 migrants secourus    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tendresse et affects sentimentaux
Publié dans Finances news le 24 - 12 - 2020

Il ne reste que quelques jours (jusqu'au 1er janvier) pour filer à Cas'Art Gallery du Sofitel Casablanca Tour Blanche découvrir les nouvelles créations de Hanan Bouanani, une artiste-peintre passionnée et passionnante.
On s'y est engouffré à la poursuite de l'amour. Celui qui fait bondir le cœur, rougir ou pâlir, et rend parfois les mains moites. On s'est d'emblée retrouvé face à un cœur géant vibrant et palpitant (boum, boum), entouré de déclarations qui font frissonner…
Marguerite Duras : «Et puis il n'avait plus su quoi lui dire. Et puis il le lui avait dit. Il lui avait dit que c'était comme avant, qu'il l'aimait encore, qu'il ne pourrait jamais cesser de l'aimer, qu'il l'aimerait jusqu'à la mort.» Kamel Daoud : «L'amour. Quelle sensation étrange, non ? Ça ressemble à de l'ébriété. On éprouve la perte de l'équilibre et des sens, mais qui s'accompagne d'une acuité étrangement précise et inutile.»
Sacrebleu. C'est quoi l'amour ? Et de quel amour parle-t-on ? Nous n'avons qu'un petit mot fourre-tout, quand le grec ancien fut bien plus précis en distinguant le désir, la passion charnelle (éros), l'amour familial (storgê), l'amour désintéressé (agápê), l'amitié, le lien social (philía)…
Le monde s'est rétréci d'un coup en 2020, limitant l'horizon et stoppant brutalement notre vie sociale. Nos certitudes ont volé en éclats et il nous a fallu apprendre à vivre au jour le jour, masqués et fuyant le contact de l'autre. Ô combien notre espèce a-t-elle besoin (aujourd'hui et plus que jamais ?!) de se réchauffer les yeux à la lueur de l'amour.
Pure coïncidence ou réaction souterraine après une année d'hémorragie sentimentale, Cas'Art Gallery cède ses cimaises à Hanan Bouanani qui place le sentiment amoureux au centre de ses toiles. Beau, engageant… cette exposition que sert l'établissement, intitulée «Quand l'art inspire les arts de vivre».
Or, chez Hanan, ce n'est pas des journées d'amour, mais la passion qui est racontée. La totalité de ses œuvres transpire son adoration pour la beauté des femmes, pour leurs yeux de chat – sinon sous forme de poissons -, pour leurs lèvres pulpeuses, pour leurs cheveux souples ou rebelles et leurs courbes – toujours – parfaites…
Techniquement, elle manie l'acrylique, l'huile sur toile et l'aquarelle, pour faire chanter le pinceau dans un registre expressionniste rappelant celui allemand et autrichien. Du vécu aux rêves, on découle un art qui ne s'explique pas, mais, qui se ressent. Doux et loufoques.
Des mystères s'égrènent, d'autant que ses œuvres «cherchent à préserver un secret, son secret», lit-on dans un communiqué. Peindre, selon Hanan, «est une manière de voir le monde autrement, de le sentir et de comprendre soi. C'est un voyage poétique qui ne se limite pas à des coups de pinceaux».
Voilà quelqu'un qui a su capturer «les arts de vivre», qui a su déchiffrer les rouages de l'âme, en combinant une esthétique magnifique et une finesse chromatique incroyable. Une peinture qui donne chaud !


Lire aussi : Un jour, une œuvre - Hanan Bouanani, peintre aux toiles «heureuses»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.