Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'art de réécrire l'histoire
Publié dans Finances news le 24 - 01 - 2021

“L'homme qui tua la lune” de Abdallah El Amrani aux Editions Orion.

Abdallah El Amrani est journaliste. Tout au long des 400 pages de ce roman fleuve, nous ressentons cette verve journalistique qui s'apparente à l'investigation, à l'enquête, au reportage historique. Mais la narration et le souffle sont ceux d'un romancier aguerri.
Tout y est : le rythme soutenu, le style propre qui invente ses propres règles, la force narrative, le passage d'un registre romanesque à un autre, le tout, avec autant de maîtrise et d'aisance. L'auteur réussit le pari de concilier entre le style éditorial qui a marqué ses écrits journalistiques et la narration romanesque qui semble mettre à sa disposition des moyens nouveaux pour faire une autre lecture de l'Histoire entre levée de voile et démystification.
Roman historique s'il en est, « L'homme qui tua la lune » se lit comme une saga, celle d'une région, et partant, d'un pays, enter hier et aujourd'hui. L'auteur revient sur des pans inconnus de notre histoire collective et les déterre pour les remettre au goût du jour, dans une approche romanesque entre le récit historique qui s'appuie sur des faits concrets et la fiction, qui remplit, ici, sa fonction de liant entre vérité et faux-semblants.
Car le propos de ce roman et de démasquer les fausses vérités de l'Histoire oubliée d'un pays qui se doit de reconstruire cet héritage séculaire si méconnu.
C'est dans ce sens que Abdallah El Amrani revient sur ce passé radieux que les Marocains devraient revendiquer aujourd'hui, à un moment où le flou couvre de son voile opaque la grandeur d'un peuple et l'enracinement d'une nation.
Tous ces temps forts de notre histoire défilent entre les lignes pour créer des univers multiples qui versent tous dans une unique direction, comme, à titre d'exemple : faire revive l'épopée fantastique du Chérif d'Ouezzane, entre autres figures et situations. L'auteur évoque à maintes reprises ce grand Chérif d'Ouezzane et son épouse, l'Anglaise, Lady Emily Keene... d'ailleurs, la maison de Moulay Ahmed, un des deux fils du fameux couple mixte tangérois à Ouazzane, est celle qu'habite depuis soixante ans la famille du défunt frère de l'auteur.
Quand la grande Histoire rejoint la petite, celle d'une famille, entre autres, qui voit sa destinée liée aux grands tournant de tout un pays. Les connaisseurs peuvent rencontrer cette femme d'une autre époque au détour d'une lecture de son livre autobiographique, intitulé « L'histoire de ma vie ».
Abdallah El Amrani plonge plus profondément dans cette histoire pour nous restituer l'influence de la maison d'Ouezzane (Dar Dmana) dans un pays comme l'Algérie. Au point que les services français de l'époque estiment, en 1872, le nombre des affiliés à la confrérie dans la seule ville d'Oran à plus de vingt mille adeptes. C'est dire toute l'actualité d'un roman à un moment où toute la région du Maghreb vit au rythme d'un conflit qui n'en finit pas et dont le Maroc sort à chaque fois vainqueur.
Toute cette complexité du propos nous est livrée à travers le personnage de Youssef qui découvre que l'inaction est traîtresse et donne corps, souvent, à des vérités suspectes. C'est dans ce sens que le romancier se trouve ici, impliqué, malgré lui, dans un événement historique qui le dépasse, mais qui imprime en filigrane, toute la trajectoire du récit. Comme c'est le cas, avec la découverte de la bataille de Salé de 1851. Une station historique majeure dont nos manuels scolaires ne parlent jamais.
Pourtant, c'est là une date charnière dans l'Histoire du Maroc. Roman-clef de toute une époque, « L'homme qui tua la lune » est un récit qui va au-delà du territoire géographique marocain pour englober tout le Maghreb et l'histoire des occupations multiples de la région. Roman très actuel, c'est un témoignage documenté sur le passé qui éclaire le futur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.