Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'art de réécrire l'histoire
Publié dans Finances news le 24 - 01 - 2021

“L'homme qui tua la lune” de Abdallah El Amrani aux Editions Orion.

Abdallah El Amrani est journaliste. Tout au long des 400 pages de ce roman fleuve, nous ressentons cette verve journalistique qui s'apparente à l'investigation, à l'enquête, au reportage historique. Mais la narration et le souffle sont ceux d'un romancier aguerri.
Tout y est : le rythme soutenu, le style propre qui invente ses propres règles, la force narrative, le passage d'un registre romanesque à un autre, le tout, avec autant de maîtrise et d'aisance. L'auteur réussit le pari de concilier entre le style éditorial qui a marqué ses écrits journalistiques et la narration romanesque qui semble mettre à sa disposition des moyens nouveaux pour faire une autre lecture de l'Histoire entre levée de voile et démystification.
Roman historique s'il en est, « L'homme qui tua la lune » se lit comme une saga, celle d'une région, et partant, d'un pays, enter hier et aujourd'hui. L'auteur revient sur des pans inconnus de notre histoire collective et les déterre pour les remettre au goût du jour, dans une approche romanesque entre le récit historique qui s'appuie sur des faits concrets et la fiction, qui remplit, ici, sa fonction de liant entre vérité et faux-semblants.
Car le propos de ce roman et de démasquer les fausses vérités de l'Histoire oubliée d'un pays qui se doit de reconstruire cet héritage séculaire si méconnu.
C'est dans ce sens que Abdallah El Amrani revient sur ce passé radieux que les Marocains devraient revendiquer aujourd'hui, à un moment où le flou couvre de son voile opaque la grandeur d'un peuple et l'enracinement d'une nation.
Tous ces temps forts de notre histoire défilent entre les lignes pour créer des univers multiples qui versent tous dans une unique direction, comme, à titre d'exemple : faire revive l'épopée fantastique du Chérif d'Ouezzane, entre autres figures et situations. L'auteur évoque à maintes reprises ce grand Chérif d'Ouezzane et son épouse, l'Anglaise, Lady Emily Keene... d'ailleurs, la maison de Moulay Ahmed, un des deux fils du fameux couple mixte tangérois à Ouazzane, est celle qu'habite depuis soixante ans la famille du défunt frère de l'auteur.
Quand la grande Histoire rejoint la petite, celle d'une famille, entre autres, qui voit sa destinée liée aux grands tournant de tout un pays. Les connaisseurs peuvent rencontrer cette femme d'une autre époque au détour d'une lecture de son livre autobiographique, intitulé « L'histoire de ma vie ».
Abdallah El Amrani plonge plus profondément dans cette histoire pour nous restituer l'influence de la maison d'Ouezzane (Dar Dmana) dans un pays comme l'Algérie. Au point que les services français de l'époque estiment, en 1872, le nombre des affiliés à la confrérie dans la seule ville d'Oran à plus de vingt mille adeptes. C'est dire toute l'actualité d'un roman à un moment où toute la région du Maghreb vit au rythme d'un conflit qui n'en finit pas et dont le Maroc sort à chaque fois vainqueur.
Toute cette complexité du propos nous est livrée à travers le personnage de Youssef qui découvre que l'inaction est traîtresse et donne corps, souvent, à des vérités suspectes. C'est dans ce sens que le romancier se trouve ici, impliqué, malgré lui, dans un événement historique qui le dépasse, mais qui imprime en filigrane, toute la trajectoire du récit. Comme c'est le cas, avec la découverte de la bataille de Salé de 1851. Une station historique majeure dont nos manuels scolaires ne parlent jamais.
Pourtant, c'est là une date charnière dans l'Histoire du Maroc. Roman-clef de toute une époque, « L'homme qui tua la lune » est un récit qui va au-delà du territoire géographique marocain pour englober tout le Maghreb et l'histoire des occupations multiples de la région. Roman très actuel, c'est un témoignage documenté sur le passé qui éclaire le futur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.