Installation des jurys du Prix national des études et recherches sur l' action parlementaire....    S.M le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Le Polisario et l'Algérie pris la main dans le sac    Taqa Morocco améliore son RNPG au premier trimestre    Vigon Systems lève deux millions de dirhams auprès deWitamax One    Avec des infrastructures modernes, le Maroc renforce sa vocation de hub commercial    Le Maroc, grand défenseur du droit des Palestiniens à établir un Etat indépendant    L'ambassadeur de Palestine exprime ses remerciements et sa gratitude à S.M Mohammed VI    Sit-in de solidarité avec le peuple palestinien    Coupe d'Angleterre :Tielemans et Leicester foudroient Chelsea    Ligue des champions : Le WAC a dicté son standing à Alger    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Journée internationale des musées: Accès exceptionnel et gratuit mardi aux musées de la FNM    La situation épidémiologique au 16 mai 2021 à 16H00    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    OCI: Les ministres des AE saluent le rôle du Comité Al-Qods dans la protection de la ville sainte    Calcio : La Juve toujours en course pour une place en C1    Officiel : la campagne vaccination élargie aux 45-50 ans    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Ahmed Fouad El Filali, Directeur de SINMARCO : Difficulté de recouvrement et trésorerie, les questions cruciales de l'après Covid-19    Coupe de la CAF/ Quart de finale aller : Le Raja arrache le nul en déplacement face à Orlando Pirates (1-1)    Covid-19: Aucun décès enregistré ce dimanche au Maroc    Coupe de la CAF: le RAJA ramène un nul précieux de Johannesburg    Casablanca : Inauguration des nouveaux sièges de la BNPJ et du Laboratoire de la Police Scientifique (reportage)    Le groupe ODM rachète la « Polyclinique Atlas Casablanca »    Maroc-Turquie : la nouvelle version de l'accord de libre- échange est entrée en vigueur    Situation en Palestine : Le Maroc participe à la réunion d'urgence des ministres des AE de l'OCI    Jebel Irhoud : Abdelouahed Ben-Ncer nous dit tout sur l'ouverture au public du site    Botola / MAS-RSB à 19h15 : Première sortie officielle du nouvel entraîneur, le Tunisien Jebal    Foot espagnol : Xavi Hernandez futur coach du Barça la saison prochaine !    Liga / Real : Zidane partant, Raul probable arrivant !    Covid: Les personnes vaccinées doivent garder le masque dans les régions à forte transmission (OMS)    47ème anniversaire de la disparition du Zaïm Allal El Fassi: Le combat du « Zaïm » pour l'éveil de la conscience    Maroc : Le déficit budgétaire s'établit à 22,5 Mds de DH à fin avril    La riposte marocaine !    Covid : Le patron de l'OMS appelle à ne pas vacciner les enfants pour donner les doses à Covax    En marge du webinaire de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens: Faire de l'acte culturel et créatif, un acte économique    Concours: foncez jeunesse !    Solidaires dans le meilleur et dans le pire    Algérie : le DG marocain d'Amana Assurance prié de rendre les clés de l'entreprise    Conférence internationale sur l'agriculture durable, en octobre prochain à Béni Mellal    Frappe aérienne sur Gaza: 17 Palestiniens tués    Arrivée en Jordanie du premier lot de l'aide humanitaire d'urgence destinée aux Palestiniens    Jordanie: Arrivée du deuxième lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens sur Très Hautes Instructions Royales    Rabat: Le mythique café des Oudayas rouvre ses portes après sa rénovation    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise de la dette, prochaine crise mondiale ?
Publié dans Finances news le 19 - 04 - 2021


Partie 1 : Les crises historiques de la dette

Cet article est le premier d'une série de trois articles sur la crise de la dette.

Par Amine El Bied, MBA, PhD Economiste, Expert en Finance et Stratégie

Beaucoup de pays, fragilisés par la crise économique et sanitaire, ont vu leur niveau d'endettement littéralement exploser. On peut craindre dans ce contexte le déclenchement de nouvelles crises de la dette. L'analyse historique de ce type de crises montre que leurs causes sont pratiquement toujours les mêmes. A la lumière du passé, il est possible d'identifier les mécanismes en jeu entraînant un pays dans une crise de la dette. Des enseignements utiles peuvent en être tirés et des règles de gestion peuvent être identifiées.
Ces règles restent néanmoins difficiles à appliquer en ces temps de pandémie et le risque de crise de la dette est aujourd'hui bien réel. Bien des pays risquent d'être pris dans le piège ou sont en train d'y tomber. Des voix s'élèvent en faveur de l'annulation de la dette, tandis que d'autres laissent entendre qu'elle est un faux problème.
Les arguments sont discutables, nous en montrons les limites. Nous discutons des risques d'une nouvelle crise de la dette, et si l'on peut craindre une future crise planétaire, et à quel horizon.
Les crises historiques de la dette
Dans un premier temps, passons en revue les crises de la dette qui ont jalonné l'histoire économique e ces cinquante dernières années, pour identifier les mécanismes en jeu et en tirer des enseignements.

La crise de 1982
Après le premier choc pétrolier de 1973, et la hausse des cours du pétrole, plusieurs pays pétroliers s'étaient endettés auprès de banques qui disposaient alors de gigantesques dépôts de pétrodollars. Cet endettement avait beaucoup servi à combler des déficits budgétaires, au détriment de l'investissement, alors qu'en 1978 allait survenir le second choc pétrolier. De plus, la dette était surtout à taux variable et à court terme, ce qui fait que la hausse des taux courts américains en 1979 l'a encore alourdie.
Au point qu'en 1982 s'est produite une crise de la dette des pays en voie de développement. Plusieurs pays très endettés se sont révélés incapables de rembourser leurs emprunts contractés. Cette crise de la dette a entraîné une crise du crédit puis une crise bancaire au niveau mondial.
La surévaluation de la Rouble
En 1998 s'est produit une grave crise en Russie. Cette crise vient à la suite de la crise économique asiatique de 1997, et du ralentissement économique mondial. La Russie pâtit d'une baisse de la demande en matières premières et d'une surévaluation de la rouble qui pénalisait la compétitivité du pays dans les échanges internationaux. Cette surévaluation était due à des taux élevés visant à contenir l'inflation. La Russie était également dans une impasse budgétaire, à cause d'une insuffisance des recettes fiscales due à la situation économique.
Des prêts conséquents accordés par le FMI et la Banque mondiale à la Russie provoquent la défiance des investisseurs étrangers et la fuite des capitaux, ce qui a forcé le gouvernement à dévaluer la rouble. L'inflation atteint 84%. Par ailleurs, la Russie émettait des titres de créance négociables à court terme appelés GKO à des taux élevés pour rembourser les précédentes dettes jusqu'à ce que les lourds intérêts obligent la Russie à se déclarer en défaut de paiement sur sa dette, provoquant une crise financière russe qui se répandra sur les marchés obligataires mondiaux, provoquant une «fuite vers la qualité» (Flight to quality) et la quasi-faillite du Hedgefund Long Term Capital Management (LTCM), sauvé in extremis par recapitalisation pour éviter une crise systémique.
La fuite des capitaux au Brésil
En 2002, la crise argentine qui a suivi la crise asiatique et l'éclatement de la bulle Internet a entraîné une hausse de la prime de risque des emprunts brésiliens, le service de la dette publique a plus que doublé en dix ans (de 1992 à 2002), et les capitaux étrangers ne suffisaient plus à combler le déficit courant et à rembourser la dette. En 2002, le real brésilien est fortement déprécié et le Brésil fait face à une fuite des capitaux. Les créanciers de la dette publique brésilienne craignent que l'élection présidentielle du 27 octobre 2002 ne conduise à la victoire de Luíz Inácio da Silva, dit «Lula», et à sa décision de suspendre le paiement des intérêts, de se déclarer en défaut de paiement sur sa dette.
L'énorme prime des risques des emprunts brésiliens le laissait supposer. L'écart de rendement entre les obligations émises par le Brésil en Dollar et celles émises par les Etats-Unis ont atteint les 2.300 points de base ! Le FMI annonce un plan d'aide très important. Il accorde 30 milliards de dollars, mais dont 24 déblocables après l'élection, conditionnant son prêt à une politique d'austérité budgétaire drastique. Une fois élu, le président Lula accepte les conditions du FMI et rassure les marchés, mais tout en réitérant sa ferme volonté de lutter contre la pauvreté par des réformes agraires et fiscales dans un souci de redistribution des richesses.
La dette publique grecque
En 2009 a eu lieu la crise grecque, due à la crise économique mondiale, mais aussi à un grand déficit budgétaire et une forte dette publique, qui dépassaient largement les niveaux exigés par la zone Euro. Cette situation inquiétante résultait de dépenses publiques trop importantes, d'une fraude fiscale et de l'existence d'une grande économie souterraine qui rendait difficile la collecte de l'impôt. Mais elle était aussi liée au manque de transparence du gouvernement grec, qui avait pris soin d'occulter la réalité de son déficit et de sa dette.
La Grèce par ailleurs ne dispose pas de ressources minières, agricoles et industrielles qui pourraient lui permettre de faire face à cette crise économique. La dette publique grecque devient un véritable fardeau, le paiement des intérêts pèse lourdement et la crainte d'un défaut de paiement crée un climat de défiance chez les investisseurs. La crise grecque menace même de se propager à d'autres pays européens fragilisés par la crise mondiale. L'Union européenne et le FMI accordent une aide conséquente à la Grèce pour éviter un défaut de paiement, qu'ils vont même renouveler craignant le déclenchement d'une crise généralisée.
La bulle immobilière espagnole
En 2010, la Grèce n'est pas la seule en Europe à connaître une crise de la dette, c'est aussi le cas de l'Espagne, et d'autres pays comme l'Irlande, le Portugal, Chypre… L'Espagne est également touchée par la crise économique mondiale. Elle souffre par ailleurs d'un important déficit commercial et d'une bulle immobilière dans les années 2000 qui a impacté le secteur de la construction mais aussi le secteur bancaire, qui est entré en crise. La crise économique espagnole de 2010 a causé une aggravation de la dette privée et publique, et une dégradation de la notation de la dette espagnole, entraînant une fuite des capitaux. L'économie espagnole est entrée en récession.
L'économie libanaise en déroute
En 2020, un très lourd endettement du Liban le conduit à se déclarer en défaut de paiement sur sa dette. L'Etat libanais emprunte pour rembourser les emprunts, creusant de plus en plus la dette, et se voit contraint de payer des taux d'intérêts de plus en plus élevés, dans un climat de méfiance générale alimentée par une gouvernance jugée défaillante, un manque de transparence dans les comptes publics et des problèmes de corruption. Cette crise de la dette a amené les Libanais à anticiper une dévaluation de la Livre libanaise, les incitant à convertir en Dollar leur monnaie nationale, entraînant une crise de la liquidité, les banques ne disposant pas de réserves de change suffisantes pour faire face à la demande.
L'économie libanaise, fortement importatrice de denrées alimentaires et de biens d'équipement, ne peut plus payer, ne disposant plus assez de dollars, les banques limitant les opérations de change avec cette monnaie. Cela favorise le développement d'un marché informel et un effondrement de la Livre libanaise par rapport au Dollar. Pour compenser la hausse du prix du Dollar, les produits importés se vendent plus chers. L'inflation monte en flèche. La consommation baisse drastiquement, et la population s'appauvrit. La crise de la liquidité provoque une crise sociale.
A cela, rajoutez la crise sanitaire mondiale de la Covid-19, la crise au Liban de l'électricité, la crise de confiance de la diaspora libanaise qui a limité ses transferts d'argent vers le pays alors que cela représentait une manne importante pour l'économie nationale. Et enfin, le coup de grâce, l'explosion au port de Beyrouth qui a ravagé la capitale libanaise et enfoncé encore plus profondément le pays dans une grave crise, économique, sociale et politique, au point qu'une sortie de crise n'est plus envisageable sans une aide extérieure de grande ampleur et de profondes réformes internes.
Les mécanismes de la crise de la dette
Comme on peut le constater, les mécanismes en jeu entraînant un pays dans une crise de la dette sont pratiquement toujours les mêmes. D'abord, c'est toujours dans un contexte de crise économique mondiale, ou lié aux effets à court/moyen terme d'une crise mondiale. Ce qui veut dire que les pays qui ont des faiblesses intrinsèques liées à leur endettement sont encore plus fragilisés quand la conjoncture internationale est mauvaise, cette dernière aggravant la situation au point de déclencher une crise de la dette.
Ensuite, le pays en lui-même, comme nous l'avions dit, présente un certain nombre de faiblesses, qui conjuguées entre elles créent un terrain favorable au déclenchement de la crise. Le pays souffre généralement d'un déficit budgétaire important lié à une insuffisance des recettes fiscales, à l'existence d'une grande économie souterraine, et à d'importantes dépenses publiques. Il peut souffrir aussi d'un important déficit commercial ou d'une dégradation de sa balance commerciale, à cause d'un manque de ressources internes, qu'elles soient minières, agricoles ou industrielles, ou à cause d'une baisse de la demande extérieure, ou encore d'une surévaluation de la monnaie nationale. Le fort endettement public du pays en crise a généralement plus servi à combler son déficit budgétaire qu'à favoriser l'investissement.
Quand la dette existante est à taux variable, elle est alourdie par une éventuelle hausse des taux qui pourrait survenir dans un contexte de retour d'inflation. Le pays doit aussi faire face à une augmentation du service de la dette publique à cause d'une hausse de la prime de risques des emprunts nationaux liée à une perte de confiance des créanciers. Il règne généralement un climat de défiance par rapport au gouvernement à cause de sa mauvaise gestion et de son manque de transparence, ou encore dû à des problèmes de corruption ou à sa décision attendue de se déclarer en défaut de paiement sur sa dette.
La crise de confiance touche également la diaspora qui limite ses transferts vers le pays. La défiance des investisseurs étrangers entraîne à l'inverse une fuite des capitaux. La crise de la dette, une économie très importatrice, le rapatriement des capitaux par les investisseurs étrangers, sont autant d'éléments qui précipitent et aggravent la dévaluation de la monnaie, entraînant une forte inflation et une crise de la liquidité, puis une crise sociale et enfin, politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.