Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Covid-19 : Le ministère de la santé dément les rumeurs concernant un décès lié au vaccin Pfizer    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition: horticulteur attentionné
Publié dans Finances news le 18 - 09 - 2021

L'artiste peintre présentera à L'Atelier 21 ses floraisons végétales à l'esthétique rigoureuse et sensuelle.

Par R. K. Houdaïfa

Qui aujourd'hui prend le temps de regarder les végétations ? Qui, avec patience et respect, organise ce face-à-face silencieux avec des plantes, comme si c'était des êtres en chair et en os ? Il s'agit d'Abderrahim Yamou, artiste issu d'une famille originaire du sud du Maroc, né à Casablanca en 1959. Jeunesse passée au Maroc, il mit le cap sur la France à l'âge de 19 ans pour entreprendre des études de biologie. Parallèlement à un doctorat en sociologie sur la problématique de «l'identité dans la peinture marocaine» à la Sorbonne, il assiste à des cours sur l'histoire de l'art et - il fallait bien faire bouillir la marmite - s'inscrit aux ateliers de dessin de l'université de Toulouse.
Nomade culturel, il avait choisi l'exil, cette manière d'extraterritorialité mentale, afin que le champ libre soit laissé à son art. C'est ainsi que ses premières toiles se mouvaient dans un lancinant entre deux (Maroc-Occident). Mais à mesure qu'elle mûrissait, sa peinture désenclavait les territoires, s'affranchissait des bunkers géographiques.
Sérénité
Yamou fit ses classes dans la calligraphie, qu'il s'appliqua à renouveler, quitte à se voir taxer d'hérésie. En effet, au grand dam des orthodoxes, il la revisite en la dessinant en bouquets et en mouvementes, de sorte qu'elle se retrouve dessertie du sens dont elle est porteuse. Trahison, claironneront les tenants de la calligraphie décorative. Venu à la peinture par le truchement du dessin, Yamou n'en a cure, il se préoccupe, par dessus tout, d'affiner son art dans le sens de la rigueur, de l'austérité et de la puissance évocatrice. Au départ, ses tableaux abstraits éprouvent la matière : il couvre d'une épaisse couche de terre ou de sable brun la surface du tableau, qui est ensuite martelée, comme une surface sculptée. Puis, peu à peu, l'envie de retrouver une matière plus picturale, libre et fine, se fait sentir et les figures apparaissent. Après le travail des années 90 sur le bestiaire rupestre et le signe originel empreint de matérialité, Yamou retravaille l'esprit du Haïku et du jardin. Dès lors, son travail glisse vers le paysagisme floral, variation colorée, fluide et désincarnée d'une nature en devenir. Il se rapproche même de ses arborescences, creusant la lumière distillée à travers les feuillages, racines et feuilles.
Portée par une passion pour les couleurs naturelles, sa peinture est une recherche sur la matière et ses possibilités esthétiques. Il crée une œuvre qui, sensible à ses composants, se transforme en une scène où le geste, le recouvrement, le grattage prennent toute leur ampleur, dans l'agencement d'une matière expressive, disparate, offerte au regard interrogateur de l'autre. La surface, travaillée, créée, se révèle fertile, prometteuse, férocement hospitalière. Etant de la même essence que les plantes, Yamou s'évertue à retranscrire la mémoire de l'élément vivant, le végétal, au cœur de son jardin plastique. Moyennant sa passion pour la luxuriance végétale et son plaisir du verdoyant, il nous convie à la redécouverte, de la substance vivante dans sa genèse, son devenir, son foisonnement exubérant, son épanouissement sans limites.
Autant de qualités palpables lors de cette exposition, «Efflorescence», qui révélera le spectacle, rare, d'une peinture originelle, que la critique d'art Hanane Harrath évoque ainsi «On se tient devant un tableau de Yamou comme se tiendrait un enfant à l'orée d'une majestueuse forêt, à la fois attiré et intimidé par son puissant et silencieux mystère. On se sent invité, et même plus, littéralement convoqué, à retrouver un monde à la fois familier et inconnu. Familier parce que l'on reconnaît, ou l'on devine, les éléments d'une nature généreuse et vivante, et inconnu parce que l'âme et le pinceau de Yamou nous donnent à la voir comme jamais auparavant». Raison suffisante pour s'inviter à une évasion au cœur d'une peinture atypique, qui donne à voir des interpénétrations, entrelacements entre des éléments végétaux.

*«Efflorescence», 5 octobre au 8 novembre 2021 à L'Atelier 21, Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.