Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien : UM6SS : «L'établissement donnera accès à tous les débouchés classiques»
Publié dans Finances news le 04 - 09 - 2014

L'Université Mohammed VI des Sciences de la santé abrite actuellement quatre établissements : la Faculté de médecine, la Faculté des sciences infirmières et des techniques de santé, l'Ecole supérieure de génie biomédical et l'Ecole supérieure de santé publique et de management des systèmes de Santé.
Plus de détails avec Professeur Mohammed El Andaloussi, président de l'Université Mohammed VI des Sciences de la santé.
Finances News Hebdo : Quelle sera la place de l'UM6SS dans le paysage de la formation médicale, et comment s'alignera-t-elle par rapport aux universités publiques (complémentarité, concurrence...) ?
Mohammed El Andaloussi : L'Université Mohammed VI des Sciences de la santé de Casablanca est née de la volonté de contribuer, aux côtés des autres institutions nationales, à la formation de professionnels qualifiés en sciences de la santé, et ce afin de combler le besoin au Maroc en professionnels de la santé. En effet, l'initiative gouvernementale de 2006 visant à former 3.300 médecins par an à horizon 2020, n'a été mise en oeuvre que partiellement.
C'est après mûre réflexion et dans un souci de combler le déficit en personnel de la santé que la décision a été prise de lancer cette université.
F.N.H. : Quels sont les critères d'admission pour les futurs étudiants ?
M. E. A. : Concernant la Faculté de médecine, les critères d'admission sont exactement les mêmes que ceux appliqués pour l'accès aux facultés publiques.
Il y a eu un appel à pré-inscription des bacheliers disposant d'une mention. Ceux-ci ont passé un concours le 6 août 2014 organisé avec les enseignants de l'Académie régionale de Casablanca relevant du ministère de l'Education Nationale comme c'est le cas pour les Facultés publiques.
Concernant la Faculté des sciences infirmières et techniques de la santé, les candidats doivent être titulaires d'un baccalauréat scientifique et les sélections se font sur la base d'une étude de dossier et d'un entretien. La procédure est la même pour les candidats à l'Ecole supérieure de génie biomédical.
F.N.H. : A combien s'élèvent les frais de scolarité ?
M. E. A. : Les frais de scolarité de la Faculté des sciences infirmières et techniques de la santé et ceux de l'Ecole supérieure de génie biomédical s'élèvent à 40.000 DH par an. Pour l'Ecole supérieure de santé publique et de management des systèmes de santé, ces frais de scolarité annuels sont fixés à 60.000 DH.
Quant aux frais de scolarité de la Faculté de médecine, ils sont de 130.000 DH par an. Ce montant qui à première vue peut paraître élevé, permet de couvrir les frais de formation de l'étudiant en médecine. Selon une étude menée en 2008, le coût supporté par l'Etat pour la formation d'un étudiant en médecine généraliste se situe entre 87.000 DH et 126.000 DH par an.
Par ailleurs, des bourses seront octroyées aux étudiants méritants issus de milieux modestes.
L'UM6SS est un établissement à but non lucratif et d'utilité publique. Les frais de scolarité des différentes formations ont été déterminés de sorte à pouvoir assurer la pérennité de l'Université, et non dans un objectif de profitabilité.
F.N.H. : Concernant le corps enseignant, les professeurs exercent-ils aussi dans le secteur public ?
M. E. A. : Vous n'êtes pas sans savoir qu'enseigner c'est aussi se former. Un enseignant qui professe dans plusieurs institutions est celui qui va acquérir beaucoup d'expérience et enrichir ses compétences. Notre université va demander aussi aux Facultés de médecine étrangères, de science et d'ingénierie leur contribution à notre enseignement. A noter par exemple, qu'en 1962 quand la Faculté de médecine de Rabat a ouvert ses portes il y avait une majorité d'enseignants français, mais il y avait aussi des compétences marocaines aussi bien dans le secteur de la santé publique que dans le secteur privé qui ont assuré cet enseignement pendant plusieurs années.
F.N.H. : Quels seront les débouchés de votre formation et quel sera le statut des lauréats ?
M. E. A. : Quelle que soit la filière choisie, nous allons utiliser les technologies les plus modernes et encadrer nos étudiants par des professionnels de renom. Nos formations sont reconnues par l'Etat et donneront ainsi accès à tous les débouchés classiques.
F.N.H. : Quelles sont les perspectives de développement de l'université ?
M. E. A. : L'UM6SS va nouer des relations de partenariat aussi bien avec des institutions nationales qu'internationales dans les domaines de l'enseignement et de la recherche scientifique.
Elle va privilégier l'innovation et les spécialités nouvelles, et ce dans un souci de complémentarité avec les établissements publics.
F.N.H. : Que répondez-vous aux détracteurs qui affirment que la formation en médecine ne doit pas être privatisée sachant que votre établissement n'est pas privé mais d'utilité publique et à but non lucratif ?
M. E. A. : Comme nous le disions auparavant, l'Université Mohammed VI des Sciences de la santé de Casablanca a été créée afin de répondre à un besoin de formation de compétences dans le domaine médical. Le débat n'est pas entre le public et le privé. Il s'agit seulement d'une complémentarité entre les deux types d'institutions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.