HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien : UM6SS : «L'établissement donnera accès à tous les débouchés classiques»
Publié dans Finances news le 04 - 09 - 2014

L'Université Mohammed VI des Sciences de la santé abrite actuellement quatre établissements : la Faculté de médecine, la Faculté des sciences infirmières et des techniques de santé, l'Ecole supérieure de génie biomédical et l'Ecole supérieure de santé publique et de management des systèmes de Santé.
Plus de détails avec Professeur Mohammed El Andaloussi, président de l'Université Mohammed VI des Sciences de la santé.
Finances News Hebdo : Quelle sera la place de l'UM6SS dans le paysage de la formation médicale, et comment s'alignera-t-elle par rapport aux universités publiques (complémentarité, concurrence...) ?
Mohammed El Andaloussi : L'Université Mohammed VI des Sciences de la santé de Casablanca est née de la volonté de contribuer, aux côtés des autres institutions nationales, à la formation de professionnels qualifiés en sciences de la santé, et ce afin de combler le besoin au Maroc en professionnels de la santé. En effet, l'initiative gouvernementale de 2006 visant à former 3.300 médecins par an à horizon 2020, n'a été mise en oeuvre que partiellement.
C'est après mûre réflexion et dans un souci de combler le déficit en personnel de la santé que la décision a été prise de lancer cette université.
F.N.H. : Quels sont les critères d'admission pour les futurs étudiants ?
M. E. A. : Concernant la Faculté de médecine, les critères d'admission sont exactement les mêmes que ceux appliqués pour l'accès aux facultés publiques.
Il y a eu un appel à pré-inscription des bacheliers disposant d'une mention. Ceux-ci ont passé un concours le 6 août 2014 organisé avec les enseignants de l'Académie régionale de Casablanca relevant du ministère de l'Education Nationale comme c'est le cas pour les Facultés publiques.
Concernant la Faculté des sciences infirmières et techniques de la santé, les candidats doivent être titulaires d'un baccalauréat scientifique et les sélections se font sur la base d'une étude de dossier et d'un entretien. La procédure est la même pour les candidats à l'Ecole supérieure de génie biomédical.
F.N.H. : A combien s'élèvent les frais de scolarité ?
M. E. A. : Les frais de scolarité de la Faculté des sciences infirmières et techniques de la santé et ceux de l'Ecole supérieure de génie biomédical s'élèvent à 40.000 DH par an. Pour l'Ecole supérieure de santé publique et de management des systèmes de santé, ces frais de scolarité annuels sont fixés à 60.000 DH.
Quant aux frais de scolarité de la Faculté de médecine, ils sont de 130.000 DH par an. Ce montant qui à première vue peut paraître élevé, permet de couvrir les frais de formation de l'étudiant en médecine. Selon une étude menée en 2008, le coût supporté par l'Etat pour la formation d'un étudiant en médecine généraliste se situe entre 87.000 DH et 126.000 DH par an.
Par ailleurs, des bourses seront octroyées aux étudiants méritants issus de milieux modestes.
L'UM6SS est un établissement à but non lucratif et d'utilité publique. Les frais de scolarité des différentes formations ont été déterminés de sorte à pouvoir assurer la pérennité de l'Université, et non dans un objectif de profitabilité.
F.N.H. : Concernant le corps enseignant, les professeurs exercent-ils aussi dans le secteur public ?
M. E. A. : Vous n'êtes pas sans savoir qu'enseigner c'est aussi se former. Un enseignant qui professe dans plusieurs institutions est celui qui va acquérir beaucoup d'expérience et enrichir ses compétences. Notre université va demander aussi aux Facultés de médecine étrangères, de science et d'ingénierie leur contribution à notre enseignement. A noter par exemple, qu'en 1962 quand la Faculté de médecine de Rabat a ouvert ses portes il y avait une majorité d'enseignants français, mais il y avait aussi des compétences marocaines aussi bien dans le secteur de la santé publique que dans le secteur privé qui ont assuré cet enseignement pendant plusieurs années.
F.N.H. : Quels seront les débouchés de votre formation et quel sera le statut des lauréats ?
M. E. A. : Quelle que soit la filière choisie, nous allons utiliser les technologies les plus modernes et encadrer nos étudiants par des professionnels de renom. Nos formations sont reconnues par l'Etat et donneront ainsi accès à tous les débouchés classiques.
F.N.H. : Quelles sont les perspectives de développement de l'université ?
M. E. A. : L'UM6SS va nouer des relations de partenariat aussi bien avec des institutions nationales qu'internationales dans les domaines de l'enseignement et de la recherche scientifique.
Elle va privilégier l'innovation et les spécialités nouvelles, et ce dans un souci de complémentarité avec les établissements publics.
F.N.H. : Que répondez-vous aux détracteurs qui affirment que la formation en médecine ne doit pas être privatisée sachant que votre établissement n'est pas privé mais d'utilité publique et à but non lucratif ?
M. E. A. : Comme nous le disions auparavant, l'Université Mohammed VI des Sciences de la santé de Casablanca a été créée afin de répondre à un besoin de formation de compétences dans le domaine médical. Le débat n'est pas entre le public et le privé. Il s'agit seulement d'une complémentarité entre les deux types d'institutions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.