Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agences immobilières : La profession unie contre l'informel
Publié dans Finances news le 17 - 03 - 2017

Contrairement à l'idée dominante suggérant que les agences immobilières tirent de gros profits sur les transactions, la réalité paraît davantage complexe.
Au Maroc, les intermédiaires (agences immobilières, «samsars» professionnels ou occasionnels) sont devenus des acteurs incontournables du marché de la vente ou de la location de biens immobiliers, quel que soit l'usage auquel ceux-ci sont destinés (habitation, bureaux, commerces, etc.). Se pencher sur le business des agences immobilières en pleine mutation n'est peutêtre pas légitimé par l'actualité, mais à la centralité accrue de ces professionnels dans le marché de l'achat et de location de biens immeubles, chiffré à plusieurs milliards de dirhams au Maroc. L'intérêt de tenter de cerner l'activité précitée peut aussi être relié au fait que certaines agences immobilières ont mauvaise presse auprès d'une partie de la population en raison des commissions ou marges appliquées jugées exorbitantes. Contacté par nos soins dans l'optique d'apporter un éclairage sur ce business, Mehdi Lahlou, Directeur général de l'agence Immo Clair Service de Casablanca et trésorier de l'Association marocaine des agences immobilières (Amai), a fait des révélations de taille.
Mauvaise passe ? «Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, les agences immobilières structurées traversent des moments difficiles, certaines sont d'ailleurs contraintes de mettre la clef sous la porte», confie le trésorier de l'Amai. La profession avance comme argument le recul des transactions de vente au cours des 5 dernières années, et ce en raison de la hausse des prix qui ont progressé de l'ordre de 100% en une décennie pour certains segments (moyen et haut standing). Toutefois, au cours des deux dernières années, il y a lieu de souligner qu'une stagnation est constatée au niveau des prix de vente. Il faut y voir l'effet de l'abondance de l'offre, notamment dans les grandes villes. Au-delà de cette configuration du marché, les agences immobilières légalement constituées au Maroc pâtissent également du foisonnement de l'informel. «N'importe qui s'improvise agent immobilier ou samsar», déplore Mehdi Lahlou, qui fait remarquer que ce métier nécessite des compétences (maîtrise des lois) et une expertise pointue utile pour le conseil des acquéreurs et des vendeurs. A l'accusation des commissions excessives appliquées par les agences immobilières, notre interlocuteur rétorque : «Même un concierge, samsar occasionnel, exige un mois de loyer dans le cadre d'une transaction locative. Et contrairement à un agent immobilier professionnel, celui-ci ne paye ni impôts ni charges sociales pour les employés». Cela dit, les professionnels estiment qu'Internet ne constitue pas une menace pour l'activité, puisque la plupart des sites spécialisés, d'ailleurs investis par les samsars, mettent en relation les particuliers (acheteurs et vendeurs). Cela dit, du côté de l'Amai, l'heure est à la réflexion pour la contribution à l'élaboration d'une nouvelle loi prenant en compte les nouveaux défis qui se posent à l'activité.
Revendication d'une carte professionnelle Les professionnels estiment que la mise en place d'une nouvelle loi est une occasion d'assainir le secteur, qui doit être débarrassé des pseudo agents immobiliers n'ayant pas pignon sur rue et ne disposant d'aucune connaissance dans le domaine immobilier. D'ailleurs, le patron de l'agence Immo Clair Service plaide, dans un premier temps, pour le recensement des agences immobilières exerçant de façon légale, avant de passer à l'étape de l'octroi de cartes professionnelles à l'instar de ce qui se fait en France. Faudrait-il rappeler que dans l'Hexagone, l'acheteur et le vendeur d'un bien immobilier peuvent signer un compromis de vente chez l'agent immobilier, qui est avant tout un conseiller avisé. C'est dire l'importance accordée à ce professionnel de l'immobilier.
Par M. Diao

Missions de l'Amai
L'association dirigée par Mohamed Lahlou regroupe une bonne partie des agences immobilières exerçant dans la ville de Casablanca. En effet, n'adhère pas qui veut à l'Amai, puisque les conditions d'adhésion sont sérieuses. Il y a lieu de citer le paiement de la patente et l'exercice de l'activité dans un local dédié. Soulignons que l'Amai a plusieurs missions, parmi lesquelles la représentation et la défense des intérêts des agences Immobilières. L'assainissement et l'organisation de la profession par l'adoption des procédures (mandat de vente/location, procédure inter-agence) uniformes entres les agences immobilières constitue aussi un axe prioritaire. De plus, l'association joue de surcroît le rôle d'interface et de facilitateur de dialogue auprès des différentes autorités publiques. Elle s'emploie aussi à améliorer la réputation des agences immobilières auprès des citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.