Idiotorial : L'ovalie a son virus    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Météo : le temps et les températures prévus ce lundi au Maroc    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance : Le pire est-il derrière nous ?
Publié dans Finances news le 24 - 03 - 2017

Le premier Conseil de la Banque centrale de l'année 2017 s'est conclu sur une note plutôt optimiste : la croissance, notamment sa composante non agricole, repart, tandis que le crédit bancaire confirme qu'il retrouve des couleurs, au grand soulagement de Abdellatif Jouahri.
Premier Conseil de Bank Al-Maghrib de l'année 2017, et sans surprise, le taux directeur demeure inchangé à 2,25%, compte tenu des perspectives macroéconomiques à moyen-terme et de l'évolution attendue de l'inflation. Celle-ci devrait rester maîtrisée à 1,1% en 2017, et tend vers un taux de 1,7% en 2018, avec notamment un prix du baril qui devrait se stabiliser autour des 55 dollars dans les prochains mois, même si la situation reste incertaine, comme l'a souligné Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib.
2017 devrait surtout être l'année du retour de la croissance, après une année 2016 «calamiteuse» où la croissance du PIB n'aura finalement progressé que de 1,1%. «C'était d'ailleurs notre prévision initiale», rappelle malicieusement le wali, comme un clin d'œil à ceux qui lui étaient tombés dessus à bras raccourcis, lui reprochant de produire des prévisions volontairement pessimistes pour gêner le précédent gouvernement. Finalement, le temps, et surtout les chiffres, lui auront donné raison. Et pour cause, avec ses 35 millions de quintaux, l'année précédente a connu l'une des pires campagnes agricoles de ces 30 dernières années.
Pour 2017, la Banque centrale table sur un retour de la campagne agricole à ses niveaux normatifs, autour de 78 millions de quintaux. De quoi booster la croissance du PIB, qui devrait être, toujours selon l'Institut d'émission, de 4,3%.
Mais au-delà de la bonne pluviométrie, ce qui réjouit le plus A. Jouahri, c'est le frémissement à la hausse des activités non-agricoles (industries et services), moribondes ces dernières années. «Le non agricole commence à progresser de manière intéressante», note le wali. BAM prévoit ainsi en 2017 une croissance du PIB non agricole de 3,5% en 2017, après avoir progressé de seulement 2,5% l'an dernier. Mieux ! Pour 2018, la croissance du PIB non agricole pourrait même frôler les 4%, profitant d'une amélioration de la demande étrangère adressée au Maroc.
Ces perspectives plutôt optimistes ont-elles convaincu les deux agences de notation, que le gouverneur de BAM vient de recevoir récemment, pour confirmer la note du Maroc ? «Les premières discussions que nous avons eues étaient prometteuses, positives», assure le wali.
Crédits : «Les résultats sont là»
L'amélioration du rythme d'octroi du crédit bancaire est l'autre motif de satisfaction d'A. Jouahri. «En 2016 rappelle-t-il, nous avions établi un mémorandum (avec le GPBM et la CGEM) pour alerter sur la baisse du crédit bancaire, et trouver les solutions pour le booster, notamment à destination des entreprises à travers une série de mesures (communication des notations internes de leurs clients, motivation du refus de crédit, etc.) Aujourd'hui, les résultats sont là».
La progression des crédits aux sociétés non financières est en effet passée de 0,3% en 2015 à 3,9% en 2016. Pour 2017, la Banque centrale prévoit une croissance de 4,5% et de 5% en 2018. «Ce sont des chiffres plus rassurants», commente-t-il. Une réunion avec les représentants du secteur bancaire aura lieu en mai, pour faire le point sur le déploiement des mesures prises dans le cadre du mémorandum.
Si «les choses sont relativement meilleures» au niveau du crédit bancaire, c'est aussi parce que BAM «a travaillé très fort sur la transmission de la politique monétaire». Le wali en veut pour preuve que depuis le troisième trimestre 2014, date à laquelle la Banque centrale opérait la première de ses trois baisses du taux directeur de 25 pbs (soit 75 pbs), les taux débiteurs moyens appliqués par les banques à leur clientèle ont eux baissé de 86 pbs, avec un recul particulièrement important des taux débiteurs des crédits à l'équipement (-158 pbs). Il faut dire que la concurrence entre les banques est acharnée, parfois même «anarchique» (Voir encadré).
«Nous espérons que la mauvaise passe du crédit bancaire est derrière nous, et que l'on s'engage dans une pente vertueuse de la croissance des crédits», déclare Jouahri. ■
Jouahri siffle la fin de la guerre des taux
Interrogé sur la concurrence acharnée que se livrent les banques sur les taux des crédits, Jouahri estime que certaines pratiques peuvent être nuisibles au secteur bancaire. «J'ai envoyé une lettre au GPBM en leur rappelant le risque de taux qui peut naître. Certaines banques appliquent un taux de 4,3% fixe sur une période de 25 ans. Le GPBM (Groupement professionnel des banques du Maroc) lui-même m'a demandé de les rappeler à l'ordre», assure-t-il, pour mettre fin à une «concurrence anarchique». Ces pratiques, selon le wali, constituent un risque de taux, et portent atteinte à la solidité et à la rentabilité de la banque elle-même. L'injonction sera-t-elle entendue ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.