Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le déséquilibre !
Publié dans Finances news le 24 - 05 - 2007

* Le rang des Etats-Unis comme client de référence du Maroc a connu un recul durant les 5 dernières années, en passant de la 6ème à la 10ème position.
* Si les Américains déclarent que leurs importations en provenance du Maroc ont enregistré une croissance de 17%, le ministère du Commerce déclare une détérioration des exportations marocaines de 15,8% en les situant à 2,13 milliards de DH.
* Les exportations des Etats-Unis vers le Maroc ont progressé de 50%.
À qui profite l’ouverture sur le marché américain ? C’est une question qui engendre des avis divers. En effet, si le volume global des échanges entre le Royaume et la première puissance mondiale a enregistré, durant l’année 2006, une progression de 30% pour dépasser le seuil de 11,2 milliards de DH, selon les statistiques du ministère du Commerce extérieur, le taux de couverture des importations par les exportations est devenu de plus en plus déficitaire, en se situant à 23,3%. Bien que ce taux ait affiché durant les cinq dernières années une moyenne de 50,6 %, il s’est enfoncé dans le rouge dès la première année de l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange.
Il est à signaler que cette évolution du volume global des échanges entre les deux pays, pendant la même année, reste nimbée de mystère. Les Américains déclarent une augmentation de 44% qui correspond à une valeur de 1,39 milliard de dollars (11,49 milliards de DH). Mieux encore, les Américains indiquent, selon un communiqué publié par l’Agence française de presse, que leurs importations en provenance du Maroc ont enregistré une croissance de 17% pour atteindre 521,2 millions de dollars, soit 4,27 milliards de DH, alors que le ministère du Commerce déclare une détérioration des exportations marocaines de 15,8% en les situant à 2,13 milliards de DH (257 millions de dollars). Ce déphasage en termes de données statistiques s’explique par la différence des méthodes de calcul adoptées par les deux parties. En fait, les Américains introduisent dans leurs bases de données comme importations tous les produits marocains qui accèdent à leur territoire, quelle qu’en soit l’origine. En revanche, seuls les produits exportés à partir du Maroc font l’objet d’un traitement comptable auprès du ministère du Commerce extérieur. Fallait-il soulever ce type d’ambivalence durant les sept longs rounds de négociations pour que l’écart au niveau des chiffres ne se pose pas avec autant d’acuité et que les chiffres reflètent la réalité économique des échanges ?
Les exportations en régression
Le rang des Etats-Unis comme client de référence du Maroc a connu un recul durant les 5 dernières années, en passant de la 6ème à la 10ème position, sachant que ce reflux s’est accéléré durant les deux dernières années. Suivant cette tendance, les exportations des produits du secteur agro-alimentaire vers cette destination se trouvent au bout du rouleau. En effet, les conserves de fruits et confitures, de légumes et de poisson ont enregistré respectivement des baisses de 92%, 61% et 27%. Et si les évolutions réalisées au niveau des exportations de légumes et de fruits sont respectivement de 34% et 43,0%, les parts des agrumes et de l’huile d’olive ont connu des chutes respectives de 44% et 49%. Hassan Debbagh souligne, en tant que Président de la fédération des industries de la conserverie des produits agricoles du Maroc, que : «En général, les produits alimentaires marocains ont un potentiel important aux Etats-Unis. Mais il n'en est pas de même pour tous les produits destinés à l'exportation où ils varient selon la concurrence présente sur le marché ou selon le degré d'adaptation de l'offre à la demande». Il précise que : «la difficulté réelle de ce marché, à mon sens, réside dans les démarches à entreprendre pour pouvoir exporter aux USA pour ceux qui ne l'ont jamais fait, mais surtout la taille critique à avoir pour répondre aux besoins énormes». A ce titre, il est à signaler que le programme américain de l’agriculture et l’agrobusiness intégré destiné à faire bénéficier les opérateurs marocains de l’ALE, stipule quatre axes de travail : l’amélioration du cadre réglementaire et institutionnel de l’agriculture; le développement en termes de productivité et de diversité de la production; le renforcement de l’agro-industrie et l’amélioration des capacités de l’agrobusiness chez les entreprises. Debbagh affirme à ce niveau que «le problème de cette industrie réside plutôt à son amont qu’à son aval. Si l'industrie est approvisionnée en quantité et en qualité, la conquête du marché américain, avec l'ALE, est quelque chose de relativement aisé, notamment avec tous les programmes d'appui et d'assistance technique disponibles». S’agissant du secteur du textile et de l’habillement, les producteurs de vêtements confectionnés sont considérés comme les nouveaux Raiders des exportations. Les exportations de produits confectionnés ont enregistré une augmentation sans précédent avec un taux de croissance de 122%. Par contre, la part de la demande consacrée au textile a fondu comme neige au soleil. Pour preuve, les demandes de tissus de coton et de fibre synthétique s’inscrivent respectivement dans une diminution de 48% et 66%.
Une augmentation de 50% des
importations
Les importations en provenance des Etats-Unis ont enregistré une croissance accrue, en passant de 6,1 milliards de DH en 2005 à
9,1 milliards en 2006. Au point culminant se classent les avions ; avec une progression de 88% des acquisitions de produits aérodynes, le Maroc s’est préparé, en renforçant sa flotte aérienne, à une autre ouverture : l’Open Sky. S’agissant des autres produits importés, seuls les moteurs thermiques et une partie des appareils acquis constituent des biens d’équipement, alors que la majeure partie des importations est formée des biens destinés à une consommation finale (coke, tabac, maïs, blé…).
En résumé, au train où vont les choses, on constate que l’ouverture commerciale sur le pays de l’oncle Sam fait de l’économie marocaine une vache à lait. C’est une leçon dont il faut tirer le maximum d’enseignement, alors qu’on se trouve seulement dans la première année de l’ouverture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.