Chasse et pêche, le Maroc en force en Sologne    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 25 La naissance, le développement du christianisme, du vivant de Jésus et après sa mort    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Essaouira accueille les états généraux des entreprises citoyennes    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Le Onze national à pied d'œuvre au Caire    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Comité des 24 des Nations unies    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Mohammedia : Elle invente son kidnapping pour passer la nuit avec son ex-fiancé    OPV Maroc Telecom : Une vague bienvenue de liquidités pour la Bourse de Casablanca    Quand « L'Opinion » publiait les résultats du bac …    Les œuvres de Linda Bougherara à Dar Moulay Ali à Marrakech    «Valeurs humaines », exposition de Soly Cissé à la Galerie 38 de Casablanca    Jossour se produira à l'IF de Marrakech    Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    Maroc/FADES : Signature de deux accords de financement    Il fait l'actu : Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la Coopération africaine    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    CAN-2019. Les pays qui y participent pour la première fois    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    Succession de May : Boris Johnson en position de force    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    Un deuxième centre pour Intelcia au Sénégal    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    L'ASMEX: Une nouvelle feuille de route à horizon 2025    Femmes, l'éternel défi    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    Réguler le Net, un impératif    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean-Claude Bouveur, un Ch’ti sous le soleil marocain
Publié dans Finances news le 22 - 05 - 2008

Passionnante est l’histoire de Jean-Claude Bouveur, le Président Directeur général de Delattre Levivier Maroc. En fait, rien ne prédisposait ce Ch’ti à vivre sous le soleil du Maroc. Et pourtant, dans la vie, il faut s’attendre à tout.
Né en 1942 dans le Nord de la France dans une famille en exode ayant fui la région de Gravelines après la guerre de 40, il incarne ce qu’on appelle «le retour du prisonnier». Il est né après le retour de son père de sa détention en Allemagne par l’armée nazie.
Petit dernier de quatre enfants, il passe une enfance tranquille malgré la période peu propice que vit l’Europe. «Notre ville Dunkerque a été complètement rasée et nous vivions dans des baraquements provisoires».
Né d’un père ouvrier de cartonnerie et d’une mère épicière, Jean-Claude chope très tôt le virus des affaires. «D’ailleurs, j’aidais énormément ma mère dans son commerce, en mangeant ses bonbons». Très joyeux, studieux, enfant, il était un tantinet espiègle aussi.
Après le secondaire, il intègre les écoles techniques d’où il ressort avec un diplôme de technicien supérieur. «Ce diplôme m’a permis d’intégrer Delattre Levivier France où j’ai fait mes premiers pas en tant que métallurgiste».
Il avait, à l’époque, 22 ans et avait déjà passé son service militaire au Commissariat de l’armée de l’air. «Nous avions de beaux costumes !».
Immergé dans cette industrie lourde de métal, il est avide de connaissance et gravit les échelons de la construction des fourneaux aux laminoirs. Il sera, pendant de longues années, responsable de vie à Valenciennes, jusqu’à être «nommé» ingénieur-cadre grâce à l’excellent travail qu’il avait réalisé dans le service montage.
C’est cette honorable expérience dans ce service qui incitera les responsables de DLF à l’envoyer au Maroc en tant qu’expatrié pour, justement, prendre la direction de l’atelier Montage de Delatre Levivier Maroc en 1971.
Il avait à l’époque 29 ans et, depuis, il n’a plus quitté le Maroc ! En 1973, DLM, qui était à 100 % filiale de DLF, a vu son capital cédé à 50 % à un actionnariat marocain. En effet, en France, DLF traversait une période difficile, tandis qu’au Maroc DLM, elle, suivait son développement avec la construction en 1975 d’une nouvelle unité de production : l’Usine Sud, sise à Casablanca. DLM contribue avec sa nouvelle capacité de production à d’importants chantiers, notamment à Jorf Lasfar. Jean-Claude Bouveur contribue pour sa part au développement de la société en tant qu’expatrié à la tête du Département montage. Mais entre 75 et 80, la conjoncture est difficile. DLF cède entièrement sa participation au capital de DLM pour se concentrer sur ses propres soucis financiers. Mais DLM n’est pas au bout de ses peines puisque, peu après, les actionnaires marocains pensaient à céder leurs parts.
Jean-Claude Bouveur, qui s’était attaché à l’entreprise et qui connaissait ses potentialités décide, à côté d’un actionnaire marocain, de reprendre le groupe. Mais au bout de quelques années, ce dernier, pour des raisons personnelles sort du capital. Et c’est Jean-Claude qui reprend tout le capital en 2000. Il a assuré seul la continuité, avec les concours des partenaires : banques et fournisseurs du groupe. Et il va y arriver brillamment avec le concours de ses partenaires bancaires et autres fournisseurs …
En 2002, il est rejoint par Eric Cecconello, en tant qu’Administrateur Directeur général. «J’ai été très occupé et j’ai ressenti le besoin d’être épaulé. Eric est arrivé avec du sang neuf et des idées de développement plein la tête». À eux deux, ils constituent un bon tandem. L’activité se développe et avec un carnet de commandes de plus d’un milliard de DH et des projets de développement, notamment la construction d’une nouvelle unité à Tit Mellil, l’introduction en Bourse est pour eux un bel outil de financement. Epaulés par leur banque, ils franchissent le pas.
«Le fait que nos propres salariés achètent les actions de DLM prouve qu’ils font confiance au groupe et c’est un élément de fierté pour moi».
Et il y a de quoi, car DLM s’est développée en Afrique, notamment dans des mines d’or situées au Sénégal ou avec Areva au Niger. Au Congo, le groupe a décroché un marché à l’international pour la construction de plates-formes pétrolières. Export, éolien ou offshore pétrolier, les motifs de fierté pour Jean-Claude Bouveur sont multiples.
Si DLM a été le centre de sa vie, il n’en demeure pas moins que Jean-Claude Bouveur a également œuvré dans d’autres secteurs, notamment le textile, un secteur dans lequel on l’a appelé à la rescousse pour aider des entreprises en difficulté. Il a également beaucoup donné de son temps pour rapprocher économiquement le Maroc, son pays d’accueil, et la France, son pays d’origine. Il est ainsi Président des Conseillers du Commerce Extérieur de France, après avoir été Président de la Chambre Française de Commerce et d’industrie du Maroc, dont il est d’ailleurs le Président d’honneur. Ces efforts lui ont valu d’être nommé Chevalier de la Légion d’Honneur. Homme fidèle, il estime qu’une entreprise sans fidélité est une entreprise sans avenir.
Autre valeur qu’a cultivée Jean-Claude Bouveur, le respect des engagements. C’est certainement ce trait de caractère qui a fait que cet homme a pu venir à bout de tous les obstacles qu’il a rencontrés dans la vie, soutenu par des femmes et des hommes qui ont eu confiance en lui.
Jean-Claude Bouveur a, par ailleurs, toujours eu confiance en ses équipes en prônant une grande collaboration dans la gestion du groupe. «On ne réussit jamais rien tout seul ! Je me considère comme un manager au sens sportif du terme et je dois également donner l’exemple à suivre».
Père de deux filles et grand-père de trois petits-enfants, se retrouver en famille est, pour lui, un vrai moment de plaisir. «Surtout avec les petits-enfants où je ne suis pas dans le rôle de l’éducateur. Soulagé de cette responsabilité, les retrouvailles avec les petits-enfants, ce n’est que du pur plaisir !».
Avec du recul sur ses 35 ans, voire davantage, passés au Maroc, Jean-Claude Bouveur estime avoir eu beaucoup de chance. L’invraisemblance de la vie a voulu qu’il se retrouve à la tête de DLM à un moment où tous quittaient le navire. Lui, il y a cru et il n’a pas eu tort. «J’ai l’impression que ce parcours m’a été offert, j’en suis satisfait ! Je n’ai jamais fait cela pour l’argent, mais pour le challenge, car de toute façon, même si l’argent peut être perçu comme un indicateur de réussite, pour moi il n’a jamais été le moteur de mon existence ou de ma vie professionnelle. Ma seule motivation est de relever les défis».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.