Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Publicité : La profession rappelée à l’ordre
Publié dans Finances news le 30 - 10 - 2008

* Les publicités hors-la-loi demeurent souvent soumises à une appréciation discrétionnaire des autorités de régulation de l’espace audiovisuel.
* La loi 03/77 ne peut couvrir tous les cas de dénigrement de produits concurrents.
Si les cahiers des charges des opérateurs audiovisuels les obligent à faire le premier «contrôle» des spots publicitaires, la saisie de la HACA (Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle) demeure automatique du point de vue de ses compétences. Un débat parlementaire a eu lieu autour de la responsabilité de l’Autorité de régulation dans le cas où des publicités pourraient s’avérer dommageables aux concurrents qui n’ont pas le même poids économique. Répondant à une question orale devant la Chambre des conseillers, le ministre de la Communication, Khalid Naciri, a catégoriquement nié tout rôle de son département de tutelle sur le contrôle des spots publicitaires. «C’est la HACA et non pas le gouvernement, a-t-il fait remarquer, qui doit vérifier le degré de conformité des opérateurs aux exigences légales. C’est la HACA qui contrôle les spots publicitaires et ce n’est donc pas le gouvernement qui doit être responsabilisé», a-t-il précisé.
Le débat a été soulevé après que certains conseillers ont estimé que la publicité du produit de la compagnie «Messidor» «porte atteinte à l’image de la laine produite et vendue par les petits agriculteurs de plusieurs régions du pays». L’alibi présenté par les conseillers est que le spot publicitaire diffusé «dénigre la laine marocaine en général produite par les petits agriculteurs, alors que la concurrence menée par Messidor devait plutôt viser des compagnies et non pas de petits agriculteurs».
D’un point de vue strictement juridique, la loi 03/77 sur la communication audiovisuelle interdit «les publicités comportant, sous quelque forme que ce soit, des allégations de nature à induire en erreur les consommateurs». Cette précision apportée par l’article 2 de la loi se contente d’une liste où la communication audiovisuelle devient interdite.
Cela concerne notamment : «Les publicités contenant des éléments de discrimination en raison de la race, du sexe, de la nationalité ou de la religion, ou comportant des scènes de violence… ». Ce qui veut dire qu’il va falloir peut-être trouver dans la charte de la concurrence ce qui peut concerner le cas relevé par les conseillers. En effet, la relation entre professionnels en matière de publicité sort du cadre strict de la protection du consommateur pour établir des règles réciproques en vue d’éviter le dénigrement des produits concurrents.
Sur ce point, le cas relevé par les conseillers révèle en effet que les professions dites «non organisées» semblent être la principale «victime» en cas de dénigrement de leurs produits. Souvent, l’absence d’associations et d’organisations représentatives de ces professions rend malaisée toute tentative de réparer le préjudice subi.
D’un autre point de vue, les opérateurs privés de communication audiovisuelle doivent respecter un cahier des charges précisant, selon l’article 26 de la loi 03-77, «la part et les conditions d’insertion des messages publicitaires, des parrainages et des émissions de téléachat». «S’ils contiennent une comparaison, souligne la loi, les messages publicitaires ne doivent pas induire en erreur les consommateurs et sélectionner des faits objectivement vérifiables et choisis loyalement». L’article 68 note, pour sa part, que les publicités mensongères demeurent toujours sévèrement punies. Si elles ont pour objectif «d’induire en erreur via des allégations, indications ou présentations fausses». Cette définition très large englobe effectivement tous les cas où les concepteurs d’un spot publicitaire procèderaient à des allusions qui ont pour but de dénigrer les produits concurrents. Les article 70 et suivants dressent toute une liste de sanctions pénales et civiles en cas de non-respect de la loi 03-77.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.