Agadir: Lancement des travaux du 4ème congrès international de l'arganier    Mugabe pourrait être destitué durant les deux prochains jours    L'Office des changes déclare hors la loi les usagers des Bitcoins    Le Roi Mohammed VI demande plus d'encadrement pour les actions associatives    L'Allemagne en crise tente d'éviter des élections anticipées    Il fait l'actu : Ahmed Ghazali, nouveau président de la FNAM    Bousculade d'Essaouira : Le Roi Mohamed VI ordonne un encadrement juridique des appels à la générosité publique    Pour Lekjaa, le Maroc a les moyens de son ambition en Russie    Packtory ajoute Safilait à son portefeuille    Bousculade d'Essaouira : nouvelles instructions royales    Le guide d'achat d'un SUV    Projection «Justice League» au Imax Morocco Mall    Présentation du catalogue raisonné de Mohamed Kacimi à Rabat    Le Maroc participe au projet «La mémoire du monde arabe»    Sherine jugée le 23 décembre    Un tiers des Marocains n'a pas accès à des toilettes décentes    Un tramway déraille à Casablanca    L'économie solidaire contribue à hauteur de 2% au PIB    CHAN2018, Avantage au Maroc    Bâtiment : Sadet et le groupe chinois OVM signent un accord    Tourisme sportif : Un marché en plein essor    Le Maroc appelle à épargner la région arabe de davantage de guerres    Morocco Awards 2017 : La Banque Populaire doublement primée    A l'occasion de l'ouverture de l'Université d'automne de la jeunesse socialiste à Asilah    Tanger : Arrestation d'un individu pour vols qualifiés et meurtre avec préméditation    Cérémonie commémorative à la mémoire de Feu Abdelkrim Ghallab    Noureddine Modiane, lors de la discussion du PLF 2018 à la Chambre des Représentants :    «Opération Al Wassit» : Restitution des résultats    Casablanca : Arrestation à l'aéroport d'un ressortissant d'un pays arabe en possession de 1,365 kg de cocaïne    Maguy Kakon livre les recettes savoureuses de l'art culinaire juif    Instances élues : Une proposition de loi pour interdire la multitude des allocations    Le Raja s'adjuge la 60e édition    Parlement : Quatre nouveaux sièges déclarés    LES DEPUTEES MAROCAINES IGNORENT-ELLES LEURS MISSIONS LEGISLATIVES?    Le cinéma, cet art majestueux aux milles effets magiques    Benatiq : La politique nationale d'immigration couronne les engagements internationaux du Maroc    l'Ittihad de Tanger se sépare de son entraîneur Badou Zaki    Premier League : Les Reds convoitent Romain Saiss    L'ESTG de Guelmim, un établissement ancré dans la dynamique de développement    La cigarette bientôt interdite dans les films français    Insolite : La Lamborghini du pape    La démocratie pour éviter le pire !    Saad Hariri va rentrer à Beyrouth pour clarifier sa position    Premier League Manchester City en altitude, Tottenham tombe, United en fête    Liga : Atletico et Real se neutralisent, le Barça s'échappe    Plaidoyer pour un diagnostic précoce de la surdité chez les enfants    "La Nuit des Galeries" Des toiles de jeunes plasticiens sous les feux des projecteurs à Marrakech    Le groupe AC/DC perd son cofondateur Malcolm Young    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Reda Chami, un ministre branché… Net
Publié dans Finances news le 04 - 02 - 2010

Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.