Chambre des Conseillers: La Charte des services publics adoptée à l'unanimité    Botola Pro : WAC et RCAZ se neutralisent    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Euro 2020 : L'Italie se qualifie pour les 8èmes de finale    Bourita attire l'attention sur l'impact des nouvelles technologies    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    La 2è manche du championnat des circuits de vitesse à Marrakech    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Diplomatie : le NMD présenté aux ambassadeurs    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Fnideq : la nouvelle zone d'activités économiques "recrute" ses investisseurs    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Botola / WAC-RCAZ (0-0) : Un Wydad faiblard et épuisé à quelques jours de sa demi-finale africaine !    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Quand la polygamie séduit les Marocains    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Invité par le PJD, le Chef du Hamas Ismaïl Haniyeh en visite au Maroc    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Congrès péruvien refuse l'interférence de l'Europe dans la crise entre Madrid et Rabat    Les Bleus s'imposent dans la douleur contre l'Allemagne    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    L'ONMT lance l'opération Welcome Back    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 au Maroc : 500 nouveaux cas et 165 000 doses dispensées en 24 heures    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Carte sanitaire au Maroc : Ces chiffres à retenir...    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les transferts d'argents des migrants résistent à la crise du COVID-19 (Banque Mondiale)
Publié dans 2M le 16 - 05 - 2021

En dépit de la pandémie de COVID-19, les transferts d'argent des migrants sont restés solides en 2020, avec un fléchissement plus faible qu'anticipé, selon la dernière note de la Banque mondiale sur les migrations et le développement.
Les envois de fonds officiellement enregistrés vers les pays à revenu faible et intermédiaire ont ainsi atteint 540 milliards de dollars l'an dernier, soit à peine 1,6 % de moins qu'en 2019, avant la crise sanitaire. « Ce repli est moins net que lors de la crise financière de 2009, où la baisse des remises migratoires avait atteint 4,8 %.
Par ailleurs, le fléchissement est nettement moins brutal que pour les investissements directs étrangers (IDE) vers les pays à revenu faible et intermédiaire qui, sans compter la Chine, ont chuté de plus de 30 % en 2020 », a noté l'institution financière internationale basée à Washington.
Par conséquent, les remises migratoires ont dépassé l'année dernière le total des flux d'IDE (259 milliards de dollars) et d'aide publique au développement (179 milliards).
Pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, les transferts d'argent des migrants l'an dernier ont augmenté de 2,3 %, à environ 56 milliards de dollars — une évolution à imputer essentiellement, selon la Banque Mondiale, « à la solidité des transferts vers l'Egypte et le Maroc: ils ont grimpé de 11 % dans le cas de l'Egypte, pour atteindre un niveau record de pratiquement 30 milliards de dollars, et de 6,5 % pour le Maroc ».
La Tunisie a également bénéficié de cette tendance, avec une progression de 2,5 %. Des pays comme Djibouti, le Liban, l'Irak et la Jordanie ont connu une dynamique inverse, avec un repli supérieur à 10 % en 2020.
La constance des envois de fonds des migrants peut en grande partie s'expliquer, précise-t-on, par les mesures de soutien budgétaire dans les pays d'accueil, qui ont contribué à une conjoncture économique plus favorable qu'attendu, la généralisation des transactions par voie numérique plutôt qu'en liquide et le recours accru aux canaux formels, ainsi que par les fluctuations cycliques des prix du pétrole et des taux de change.
Le volume réel des transferts, formels et informels, est probablement supérieur aux données officielles, même si l'impact de la pandémie de COVID-19 sur les flux informels est difficile à apprécier.
« Alors que le COVID-19 exerce toujours un effet dévastateur sur les familles du monde entier, les remises migratoires confirment leur rôle de planche de salut pour les populations pauvres et vulnérables », souligne, dans un communiqué, le directeur mondial du pôle Protection sociale et emploi de la Banque mondiale, Michal Rutkowski.
Pour les autres régions, les remises en faveur de l'Amérique latine et des Caraïbes ont progressé de 6,5 %, contre 5,2 % pour l'Asie du Sud. Mais la situation inverse est observée dans les régions Asie de l'Est-Pacifique (-7,9 %), Europe-Asie centrale (-9,7 %) et en Afrique subsaharienne (-12,5 %).
Selon la Banque Mondiale, « l'effondrement » des flux vers l'Afrique subsaharienne est pratiquement entièrement dû à la chute de près de 28 % des envois destinés au Nigeria. Dans la lignée du rebond attendu de la croissance mondiale en 2021 et 2022, les remises migratoires vers les pays à revenu faible et intermédiaire devraient augmenter de 2,6 % en 2021, à 553 milliards de dollars, puis de 2,2 % en 2022, à 565 milliards, selon les projections de la Banque Mondiale.
Malgré les avancées significatives de la plupart des pays à revenu élevé sur le front de la vaccination, le niveau d'infections au coronavirus reste élevé dans plusieurs grandes économies en développement, laissant planer une certaine incertitude concernant l'évolution des transferts de fonds.
Pour 2021, les remises migratoires vers la région MENA devraient néanmoins progresser de 2,6 %, à la faveur d'une reprise modeste dans la zone euro et sur fond de ralentissement des envois en provenance des pays du Conseil de coopération du Golfe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.