La Commission régionale des droits de l'Homme de Casablanca-Settat tient sa deuxième réunion ordinaire    Les vols directs entre le Maroc et Israël commencent dans les deux mois à venir    Galerie Living 4 Art: Une exposition collective de 19 artistes peintres    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    Stupeur et condamnation en France après des actes ciblant les musulmans    Les Ligues régionales de football en réunion à Laâyoune : Les présidents pour un 3e mandat du président actuel de la FRMF    Covid-19: la troisième vague sera plus féroce que la deuxième, estime un expert en systèmes de santé    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Justice: avec la pandémie, le secteur contraint d'accélérer les réformes    La prestation d'Achraf Hakimi contre Cagliari    Future débâcle des Lions de l'Atlas : La procédure habituelle est lancée    Footballeurs marocains de l'étranger : Hamdallah convoqué devant la Commission de Discipline de la Fédération saoudienne    Covid-19: En France, la vaccination ouverte dès lundi aux 55 ans et plus    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un repris de justice dangereux    Ligue des champions : Le Zamalek accuse Attarajji et le Mouloudia d'entente illicite    Adoption d'un nouveau statut pour les enseignants chercheurs : Le démenti du ministère de l'Education    En Algérie, la pénurie d'huile à l'origine de scènes de chaos et de files d'attente interminables    Interview avec Me Mohammed Mehdi Salmouni Zerhouni: "Le projet de la loi n°95/17 me semble être contraire à la Constitution"    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    «Des assassinats au goutte-à-goutte» : l'ONU condamne des exécutions extrajudiciaires au Tindouf opérées par l'Algérie    Relance économique: la nouvelle charte de l'investissement, un dispositif suffisant ?    Nigeria : des djihadistes attaquent des installations humanitaires    L'Association marocaine des droits des victimes, contre l'impunité et la complaisance envers les bourreaux    LDC Afrique : Les 8 équipes qualifiées pour les quarts de finale    Hamdaouia, les flammes d'une belle âme    Théâtre: Fedwa Misk et nos mères    OCP Africa et la BID au chevet de la riziculture ivoirienne    Combien y a-t-il de végans au Maroc ?    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19 : Bientôt, le Maroc recevra 10 millions de doses du vaccin de Sinopharm    Réforme électorale : la Cour constitutionnelle inflige un revers au PJD, qui s'insurge    Développement du sourcing local: Marjane Holding s'engage auprès des industriels locaux    Contribution professionnelle unique: La DGI annule les pénalités de dépassement des délais d'inscription au-delà du 4 avril    Météo Maroc: les températures en hausse ce dimanche 11 avril 2021    Heure légale GMT. Marocains, n'oubliez pas de régler vos montres !    Hamid El Aouni brigue un second mandat à la tête de la FRMSPSH    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    Liga: Real Madrid bat FC Barcelone 2-1 et s'empare du fauteuil de leader    19è festival du film éducatif de Fès : ''Hakakech'' remporte le prix de l'œuvre complète    La France, un «ennemi traditionnel et éternel», fulmine un ministre algérien    Somalie : un kamikaze se fait exploser, au moins six morts    Exemption de visa : Le journal colombien El Tiempo promeut le Maroc comme destination touristique post-pandémie    La BM disposée à apporter son appui financier et technique aux différents chantiers de réformes lancés par le Maroc    Covid-19: Otmani attendu lundi au Parlement    Lois électorales: la Cour constitutionnelle a tranché    Marrakech : Une vente aux enchères d'oeuvres artistiques en hommage à l'artiste peintre Mohamed Melehi    Lamiaa Chraibi, productrice: "L'inégalité du genre dans l'industrie du film est systémique et non pas un simple phénomène "    Tourisme patrimonial : Volubilis mènera son expérience «phygital»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'honneur attribué par l'Islam à la femme épouse
Publié dans Jeunes du Maroc le 23 - 08 - 2010

Le bon le traitement que l'homme fait subir à sa femme, conformément aux ordonnances d'Allah, n'est pas une grâce octroyée par lui selon son humeur, non. Lui donner ses droits, sans la léser, est un devoir à pied d'égalité avec la “Salat” pour la négligence de laquelle il faut rendre compte.
Ce sens doit s'ancrer dans l'esprit de tout Musulman qui veut se rapprocher d'Allah et éviter Son châtiment.
Article écrit par Monsieur Amr Khaled pour le Magazine Al-Yaqdha en date du 28/112003.
Ci-après le texte intégral de l'article :
A quoi s'attend le Musulman à entendre de la bouche du Messager d'Allah (B.S. sur lui) au moment où il rend son dernier souffle ? J'aimerais que le lecteur devine avant qu'on lui donne la réponse… Il a dit : “La Salat, La Salat et ceux que vous avez sous la main. Ne leur faites pas subir ce qui est au-dessus de leur force. Craignez Allah (que Son nom soit glorifié), craignez Allah pour ce que vous faîtes aux femmes. Ce sont des aides entre vos mains, vous les avez prises en dépôt chez vous et vous avez scellé votre intimité avec elles au nom d'Allah.” Rapporté par Ahmed et Ibn Mâdjah.
J'aimerais que nous interagissions avec ce hadith d'une façon digne de la situation où il a été mentionné. A un moment pareil, les petits détails s'effacent et les questions importantes deviennent très évidentes. Parmi ces dernières, sur lesquelles il faut attirer l'attention, souligner leur sérieux et leur portée et avertir contre leur négligence, il y a la crainte d'Allah dans le traitement de la femme comme amie et épouse.
Le bon traitement que l'homme fait subir à sa femme, conformément aux ordonnances d'Allah, n'est pas une grâce octroyée par lui selon son humeur, jamais. Lui donner ses droits, sans la léser, est un devoir à pied d'égalité avec la “Salat”, pour la négligence de laquelle il faut rendre compte.
Ce sens doit s'ancrer dans l'esprit de tout Musulman qui veut se rapprocher d'Allah et éviter Son châtiment.
J'ai vu que cette introduction était importante avant d'approfondir les détails de l'honneur attribué par l'Islam à la femme comme épouse. Je pense également que cela sera une surprise pour la plupart des lecteurs à cause de tout le bien qu'il comporte et que l'Islam lui octroie.
La femme n'avait pas une position enviée ou un rang jalousé chez les anciens Arabes. Ils l'humiliaient et la traitaient en esclave au point de la transmettre en héritage.
Al-Boukâry et Abou Dawûd ont rapporté ceci : “A la mort de l'homme, ses héritiers avaient plus de droits sur son épouse que les parents de la femme même. Ils pouvaient l'épouser, lui faire épouser un autre ou la garder veuve.” (Rapporté par Al-Boukhâry d'après Ibn Abbâs avec une chaîne de garants qui remonte au Prophète)
A Yathrib (ancien nom pour Médine), l'homme laissait sa femme à son héritier qui l'empêchait de se marier jusqu'à ce qu'elle se rachetât moyennant une somme d'argent.
Qu'a donc fait l'Islam ? Il l'a libérée et lui a rendu sa dignité humaine et l'a dégagée de l'injustice et de l'oppression contre lesquelles elle ne pouvait que s'y soumettre et se laisser faire. Cela est arrivé grâce à un seul verset dans la sourate “An-Nissâ'” (Les Femmes) –ce qui peut être traduit comme- [“Ô les croyants ! Il ne vous est pas licite d'hériter des femmes contre leur gré. Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu'elles ne viennent à commettre un péché prouvé. Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l'aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien”] (TSC1, “An-Nissâ'” (Les Femmes) :19.) “ Il ne vous est pas licite d'hériter des femmes contre leur gré” signifie que vous ne devez pas suivre les gens de la “Djâhilya” (état d'ignorance d'avant l'Islam) dans leur injustice contre les femmes en faisant d'elle, contre leur gré, un objet d'héritage comme les biens, les esclaves ou autre chose.
Et “Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné” signifie que vous ne devez pas prendre les femmes en héritage, les priver ou leur faire du mal pour les obliger à vous haïr, à vouloir fuir votre autorité et votre oppression et à se racheter avec de l'argent.
L'Islam a dissipé cette humiliation à laquelle la femme était exposée, après avoir fondé une “Umma” nation qui vénérait les révélations du ciel et les faisait triompher de toute tradition nuisible ou tout bien hérité.
L'appel avec cette interjection “ Ô les croyants !” venue au début de ce verset, était capable de faire changer très facilement la direction d'une société d'un angle de 180° degrés. Et la dignité de la femme ne se rétablira qu'avec l'invasion des cœurs de la société où elle vit par la foi.
Cette image humiliante n'était pas la seule scène d'oppression de la femme comme épouse. Si au moins les Arabes et autres qui, dans leurs lois et vécu n'avaient aucune place pour la dignité de la femme, s'étaient suffis de cette offense ; Il y en a qui ont été beaucoup plus loin, puisque leurs lois obligeaient celle dont le mari mourrait à être brûlée vive pour être enterrée avec lui en signe de fidélité et comme preuve de leur parfaite entente.
Si quelqu'un devait demander pourquoi elle devait être tuée, la réponse serait “Parce que c'est une épouse”. Je dis : “Il n'y a de pouvoir ni de puissance qu'en Allah le Très-Haut, le Majestueux.”[1]
L'épouse dans l'Islam a une position différente de celle où l'emprisonne les lois et les règles des autres, ceux avant lui ou ceux qui ont duré partout au monde et qui n'ont pas été guidés par la sagesse du ciel. Le philosophe anglais Herbert Spencer, qui fait partie de ces derniers a attesté dans son livre de Sociologie que : “Les hommes vendaient les épouses en Angleterre ente le Vième et le XIième siècle (P.J.).
Le tribunal ecclésiastique avait décrété une loi qui stipulait qu'un homme pouvait donner son épouse à un autre pendant une période limitée contre une certaine somme d'argent. Cette loi a duré longtemps et la femme en Europe, jusqu'à dernièrement, n'avait pas le droit de paraître devant le tribunal, de signer des contrats, de vendre ou de don sans l'association de son mari dans l'acte ou une autorisation écrite de sa part. C'est ce qui était de cours en plein cœur de l'Europe pendant six siècles avant l'Islam et quatre après lui quand la femme musulmane vivait la plus honorable, la plus noble et la plus digne vie qui soit.
Notre discussion a une suite Insh'Allah.
(1) TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée.
Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.
Source : http://amrkhaled.net


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.