Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Casablanca, 1 million d'années
Publié dans La Gazette du Maroc le 23 - 04 - 2007

1 million d'années à travers des vestiges rares pour retracer l'Histoire de Casablanca. Autant de vestiges exposés jusqu'au 25 avril 2007 à la Cathédrale Sacré-Coeur de Casablanca.
Il s'agit là, d'un retour amont. Un long périple dans la mémoire du temps. C'est là, d'ailleurs, le but de l'exposition conçue autour du thème «Casablanca, il y a un million d'années» qui se tient depuis le 30 mars dernier à la Cathédrale Sacré-Coeur, de Casablanca. Le grand intérêt d'une telle exposition est de faire le lien entre l'histoire récente de la ville et son enracinement dans l'Histoire humaine. Et c'est par le biais d'une myriade de vestiges archéologiques, qui sont autant de richesses inestimables, fruits des fouilles réalisées dans divers sites préhistoriques dont certains sont mondialement connus. C'est notamment le cas des sites de Sidi Abderrahmane (classé patrimoine national en 1951), Oulad Hamida1 et la carrière Thomas1, que le public marocain, et surtout Casablancais peut remonter dans le temps et dans l'espace pour un voyage initiatique.
Sites du patrimoine humain
Pour nous, il est question des sites qui ont livré de nombreux restes humains. Résultats de grandes fouilles archéologiques, tout ce qui a été déblayé et remonté à la surface, témoigne d'une présence très ancienne dans la région. Et le tout est bien conservé grâce, entre autres, aux conditions géologiques particulières, qui marquent cette partie du littoral atlantique. Selon les plus grands spécialistes comme Yves Coppens, auteur d'une magnifique série sur l'Odyssée de l'Espèce et le Roman de l'Homme, l'importance anthropologique de ces sites est indéniable, d'autant plus qu'ils permettent aux archéologues de comprendre «l'origine et l'évolution des peuplements humains de l'Afrique du Nord et des échanges avec l'Europe méridionale». Et pour mesurer le poids d'une telle exposition, il faut revenir aux vestiges qui remontent à 400.000, voire 600.000 ans. Des restes que les scientifiques ont rattaché «à l'homo erectus évolué, responsable de la culture acheuléenne, par exemple».
L'importance est tout aussi pédagogique et didactique. Comme le souligne Fethi Amani, chercheur à l'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine de Rabat, «Elle permet au grand public et notamment aux étudiants d'apprécier le riche patrimoine archéologique que recèle la ville de Casablanca».
Des objets rares
Nous sommes de plain-pied plongés dans l'histoire, grâce à quelques pièces et objets provenant tous des sites casablancais. Avec d'autres objets, qui nous viennent de villes comme Rabat ou Safi où d'autres fouilles ont été réalisées avec beaucoup de succès. Ce sont là des témoignages à vif sur une période particulièrement riche d'enseignements. Il faut surtout s'arrêter devant le crâne d'homo sapiens (Dar es Soltan II, Rabat), le crâne d'homo sapiens archaïque (Jbel Irhoud, région de Safi), un fragment de mandibule d'homo erectus (Carrière Thomas, culture acheuléenne) et quelques outils comme des bifaces venus des grottes des Rhinocéros (quartzite, culture acheuléenne).On peut également, admirer des vestiges d'animaux comme la corne d'un mâle de Pamularius anguisticornis (antilope, fossile proche du Rubale) et Ceratotheriuum mauritanicum (proche du rhinocéros) ou la mandibule d'un Hipporium. Et cette exposition apporte un plus dans la démonstration, ce qui confirme son sens pédagogique, puisque l'on peut apprécier des images de synthèses qui illustrent les techniques employées, pour façonner les outils sur pierre par l'homo sapiens ou l'homo erectus. Il faut aussi ajouter à cela qu'une telle exposition vient mettre en évidence les grandes lignes du projet du parc archéologique de Casablanca. Un ambitieux projet initié par le ministère de la Culture et dont l'objectif principal est de sauvegarder une partie du patrimoine marocain encore gisant dans le sous-sol de la ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.