L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Le festival d'Angoulême en mars    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Chine : La croissance du PIB atteint 8,1% en 2021    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    CAN 2021 : La voiture de service de Samuel Eto'o impliquée dans un accident mortel    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Les ventes mondiales de Renault Group en baisse de 4,5% en 2021    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Agression mortelle d'une ressortissante française : Les habitants de Tiznit sous le choc après le drame (vidéo)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    La série phare «Salamat Abu Al Banat» revient pour une 4ème saison    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Opposition : La Kabylie annonce la couleur
Publié dans La Gazette du Maroc le 10 - 04 - 2009

Comme il fallait s'y attendre, la fin de la campagne électorale a pris fin sans pour autant marquer l'opinion publique, c'est presque un remake de la précédente campagne de 2004. Les autres candidats ont été unanimes pour dénoncer le bilan négatif de la décennie du président sortant, et néanmoins, candidat à sa propre succession.
Des cinq candidats en course pour El Mouradia, on retiendra la hargne du président du F.N.A Moussa Touati, qui a tiré à boulets rouges sur le système, qui, dit-il «a échoué à faire de l'Algérie un Etat prospère malgré ses richesses» en se référant aux réalisations et progrès réalisés par les pays voisins qui ne disposent pourtant pas des mêmes richesses que l'Algérie. Il citera le projet Tanger-Med et le T.G.V entrepris par le Maroc. L'autre candidat Dahid Younsi, a tout simplement lancé un défi à Bouteflika, l'invitant à un face à face télévisé. Cependant, les critiques les plus acerbes sont venues du camp du boycott prôné par les deux leaders de la Kabylie. Le président du R.C.D et le premier secrétaire du F.F.S ont réussi à mobiliser toute la vallée de la Soummam, fief historique de la révolution algérienne. On connaissait depuis longtemps la position du parti d'Aït Ahmed, qui refuse tout compromis avec le pouvoir en place depuis l'indépendance. Le leader charismatique des forces socialistes reste fidèle à son principe «ni Etat policier ni Etat intégriste». Il qualifie l'un de «peste» l'autre de «choléra». Toutefois, c'est le R.C.D de Saïd Sadi qui vient de ravir la vedette à tous les autres acteurs de la scène politique. Le Dr Sadi ose s'attaquer au régime en lui lançant un grave défi. Afin de dénoncer cette «grande supercherie», le rassemblement pour la culture et la démocratie a décidé de hisser un étendard noir au niveau de ses représentations en signe de deuil et de répliquer à la campagne de dénigrement par une lettre ouverte au chef de l'Etat. Le leader du R.C.D estime qu'il ne faut pas répondre à la quincaillerie politique du pouvoir et s'adresse directement à Bouteflika en lui disant ouvertement «celui qui a endeuillé l'Algérie, ce n'est pas le R.C.D. c'est plutôt vous Mr Bouteflika et vos partisans» en ajoutant que «le R.C.D n'est pas une institution administrative, mais un parti politique et nous ne sommes pas obligés de hisser le drapeau national sur le fronton de notre siège» pour répliquer à ses détracteurs du courant nationaliste. Il ira plus loin en haussant le ton en déclarant «qu'un président de la république jouit d'une légitimité électorale, alors qu'un chef de l'Etat n'est que l'auteur de la confiscation physique de l'Etat» et c'est en cette qualité qu'il s'adresse à Bouteflika qu'il interpelle sur un ton plutôt orageux «vous avez grevé le budget de l'Etat dans une campagne hystérique qui relève du viol de la cité algérienne, vous avez confisqué les médias …». Selon Saïd Sadi, le candidat Bouteflika aurait dépensait 869 milliards de centimes au 11ème jour de sa campagne et ce, uniquement pour ses déplacements et affiches. Parlant toujours de la campagne, le chef de file du R.C.D s'en prend au Premier ministre Ouyahya. Ce dernier a qualifié les partisans de boycott de traîtres. Dans sa contre-attaque, Saïd Sadi lance une dernière estocade à l'U.G.T.A, le syndicat unique qui s'implique dans la politique, au lieu de défendre les droits des travailleurs. Rappelons que ce syndicat qui a toujours soutenu les candidats du pouvoir, a fait aujourd'hui face à de sérieux rivaux (SNAPAP ET CNAPEST) syndicats indépendants. Si le vote du 9 avril est sans surprise, il y a par contre une réelle volonté des principaux acteurs politiques de poursuivre le combat pour l'instauration d'un Etat de droit et surtout de la levée de l'état d'urgence instauré au lendemain de la victoire du F.I.S aux premières législatives sous le multipartisme. Les dernières mobilisations en Kabylie annoncent des lendemains difficiles et Bouteflika est loin d'ignorer ce que représente cette terre amazigh. L'Algérie ne peut se permettre un autre printemps noir, après le 9 avril, le pouvoir ne peut ignorer cette nouvelle donne politique, le 3ème mandat de Bouteflika sera celui de la transition ou de la rupture tout court. ■

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.