La Chambre des conseillers adopte le PLF 2019    Le groupe Attijariwafa bank remporte à Londres deux prix d'excellence    Le taux de croissance au Maroc devrait s'établir à 3,6% en 2019, selon le CMC    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Le road show de la CCG au profit des banquiers fait escale à Laâyoune    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Attentats de Strasbourg : Qu'est-ce qu'un fiché S ?    La Cour des comptes pointe l'inefficacité de la hausse budgétaire de l'éducation    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    L'Africa Gaming Fest, c'est ce weekend à Casablanca    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Championnat arabe des Clubs: le Raja rallie les 1/4 de finale, après sa victoire face à Al-Ismaïly d'Egypte    Réfugiés. Le Maroc réactive les régularisations    E-Commerce : Le Maroc cinquième en Afrique    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Noël endeuillé pour Strasbourg    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Effet de dissuasion    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le centre de la DST à Témara vu de l'intérieur. Livre témoignage d'un détenu : «Tazmarrat 234».
Publié dans Lakome le 19 - 07 - 2011

Mohamed Mosadak Ben Khadra porte le triste titre de premier «locataire» du centre de détention secret de la DGST à Témarra. Ce Marroco-palestinien, militant du Front de libération de la Palestine (FLP) est un des organisateurs du détournement du bateau italien L'Achille Lauro en octobre 1985. Il raconte dans un livre-témoignage, paru en mai 2011 au Maroc, son calvaire dans le centre de détention des «services» dans l'ancien siège de la DST à l'Agdal puis à Temara.
Le cauchemar de Ben Khadra commence le 7 novembre 1985. Il est arrêté à l'aéroport Mohammed V, interrogé et torturé par la DST. Les services marocains veulent lui soutirer des informations sur l'implication directe de Yasser Arafat dans cet attentat. En 1986, il est emmené vers le nouveau siège de la DST à Temara, c'est le premier « locataire » de ce sinistre lieu. Le militant palestinien en fait une description minutieuse dans son livre. Il décrit l'architecture, les bureaux, les cellules et les salles de torture. En 1993, il est libéré et envoyé en Tunisie.
Me Abdelaziz Nouidi, président de l'Association Adala, a connu de prêt Ben Khadra après sa libération estime que son témoignage est «sincère et courageux», déclare-t-il pour Lakom. Et d'ajouter «Ben Khadra a subit une arrestation arbitraire qui est devenue une disparition forcée. Tout le monde sait que le centre Témarra existait, des centaines de témoignages attestent cette réalité. En tant qu'avocat j'ai des dossiers de clients qui ont séjourné depuis 2003 dans ce centre. Maintenant il faudrait que tout cela cesse».
-----------------
Extraits du livre «Tazmarra 234»
De la préface du livre, signée Ahmed Marzouki, détenu à Tazmamart
Aujourd'hui comme hier, les artisans de la terreur sont toujours loin de tout questionnement ou jugement. Ils excellent pour créer l'effroi et l'inquiétude, pour que le pauvre citoyen reste tremblotant».
«La bouteille», le langage des bêtes
Le tortionnaire de la DST s'adressant à Ben Khadra : «Lève toi…tu te crois un homme…Vous êtes tous comme ça au début… Quand on va t'introduire la bouteille dans ton anus tu va devenir comme un chien…Vous ne comprenez qu'un seul langage celui des bêtes»
La cuisine interne de la DST
A proximité de Temarra, au milieu de la forêt, la DST a construit son nouveau siège. Personne de l'administration ne sait quelque chose sur cette prison, sauf les hauts responsables. Ce bâtiment est composé de deux étages. Le premier est un sous-sol à peine visible, la seule différence entre les deux étages est qu'à la place de la cuisine on retrouve une salle de torture. Dans un couloir de cette étage, dix cellules, en plus de deux grandes qui peuvent accueillir plus de 100 personnes.
La nuit du destin
«La nouvelle mesure consiste à me laisser avec les chaines métalliques de mes pieds et mes mains, sans m'attacher au lit. Je savais d'avance que je suis le premier détenu à inaugurer cette prison. C'est «la nuit du destin»…J'ai pris le petit cadenas dans mes mains et j'ai écrit avec sur le mur : M.S.B. Khadra, le 27 ramadan 1986. Le premier a résidé dans ce lieu!»
Un bébé chez la…DST
«Khadija [une jeune marrakchie arrêtée avec un groupe d'activistes arabes accusés de vouloir préparer un attentat contre Shimon Peretz en visite au Maroc] est enceinte. Malgré ce qu'elle a subit comme torture morale et physique, elle n'a pas fait son tomber son bébé et n'a pas dit cette info à personne. Trois jours après sa venue à Temara, elle a ses contractions. […] Elle a crié pendant un bon moment avant qu'ils viennent la ramener. Le lendemain, elle revient dans sa cellule et on attendait les cris du nouveau né. Le silence morbide de ce vestibule est rompu. La maman choisit pour sa fille le nom de Fatéma Zohra».
«Vive le Roi»
«J'ai descendu dans la chambre de torture vers midi. On m'a ligoté les pieds et on m'a accroché au plafond. Un groupe a commencé me frapper avec des fouets sur tous mon corps. Un des tortionnaires me crie, dit ‘'vive le Roi''. Je ne pas tardais à le dire. J'ai cru qu'il allait me descendre à ce moment là, mais ils l'ont fait qu'après minuit».
Après 8 ans de disparition, il est libre
Hamzazi, responsable de la DST s'adressant à Ben Khadra : «Le roi a décidé de vous libérer. Demain vous allez partir à Tunis. Aujourd'hui, vous pourrez partir à Rabat, en compagnie d'un inspecteur, pour changer d'air et acheter ce que vous voulez»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.