Un élan haussier royal!    Lydec se rattrape au second semestre 2018    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    Botola Maroc Télécom : Sous un accent des nouveaux coachs    Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés    Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole    Etude du CMC : Le secteur agricole doit gagner en compétitivité    Amzazi : Le digital, indispensable à l'employabilité des jeunes    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le centre de la DST à Témara vu de l'intérieur. Livre témoignage d'un détenu : «Tazmarrat 234».
Publié dans Lakome le 19 - 07 - 2011

Mohamed Mosadak Ben Khadra porte le triste titre de premier «locataire» du centre de détention secret de la DGST à Témarra. Ce Marroco-palestinien, militant du Front de libération de la Palestine (FLP) est un des organisateurs du détournement du bateau italien L'Achille Lauro en octobre 1985. Il raconte dans un livre-témoignage, paru en mai 2011 au Maroc, son calvaire dans le centre de détention des «services» dans l'ancien siège de la DST à l'Agdal puis à Temara.
Le cauchemar de Ben Khadra commence le 7 novembre 1985. Il est arrêté à l'aéroport Mohammed V, interrogé et torturé par la DST. Les services marocains veulent lui soutirer des informations sur l'implication directe de Yasser Arafat dans cet attentat. En 1986, il est emmené vers le nouveau siège de la DST à Temara, c'est le premier « locataire » de ce sinistre lieu. Le militant palestinien en fait une description minutieuse dans son livre. Il décrit l'architecture, les bureaux, les cellules et les salles de torture. En 1993, il est libéré et envoyé en Tunisie.
Me Abdelaziz Nouidi, président de l'Association Adala, a connu de prêt Ben Khadra après sa libération estime que son témoignage est «sincère et courageux», déclare-t-il pour Lakom. Et d'ajouter «Ben Khadra a subit une arrestation arbitraire qui est devenue une disparition forcée. Tout le monde sait que le centre Témarra existait, des centaines de témoignages attestent cette réalité. En tant qu'avocat j'ai des dossiers de clients qui ont séjourné depuis 2003 dans ce centre. Maintenant il faudrait que tout cela cesse».
-----------------
Extraits du livre «Tazmarra 234»
De la préface du livre, signée Ahmed Marzouki, détenu à Tazmamart
Aujourd'hui comme hier, les artisans de la terreur sont toujours loin de tout questionnement ou jugement. Ils excellent pour créer l'effroi et l'inquiétude, pour que le pauvre citoyen reste tremblotant».
«La bouteille», le langage des bêtes
Le tortionnaire de la DST s'adressant à Ben Khadra : «Lève toi…tu te crois un homme…Vous êtes tous comme ça au début… Quand on va t'introduire la bouteille dans ton anus tu va devenir comme un chien…Vous ne comprenez qu'un seul langage celui des bêtes»
La cuisine interne de la DST
A proximité de Temarra, au milieu de la forêt, la DST a construit son nouveau siège. Personne de l'administration ne sait quelque chose sur cette prison, sauf les hauts responsables. Ce bâtiment est composé de deux étages. Le premier est un sous-sol à peine visible, la seule différence entre les deux étages est qu'à la place de la cuisine on retrouve une salle de torture. Dans un couloir de cette étage, dix cellules, en plus de deux grandes qui peuvent accueillir plus de 100 personnes.
La nuit du destin
«La nouvelle mesure consiste à me laisser avec les chaines métalliques de mes pieds et mes mains, sans m'attacher au lit. Je savais d'avance que je suis le premier détenu à inaugurer cette prison. C'est «la nuit du destin»…J'ai pris le petit cadenas dans mes mains et j'ai écrit avec sur le mur : M.S.B. Khadra, le 27 ramadan 1986. Le premier a résidé dans ce lieu!»
Un bébé chez la…DST
«Khadija [une jeune marrakchie arrêtée avec un groupe d'activistes arabes accusés de vouloir préparer un attentat contre Shimon Peretz en visite au Maroc] est enceinte. Malgré ce qu'elle a subit comme torture morale et physique, elle n'a pas fait son tomber son bébé et n'a pas dit cette info à personne. Trois jours après sa venue à Temara, elle a ses contractions. […] Elle a crié pendant un bon moment avant qu'ils viennent la ramener. Le lendemain, elle revient dans sa cellule et on attendait les cris du nouveau né. Le silence morbide de ce vestibule est rompu. La maman choisit pour sa fille le nom de Fatéma Zohra».
«Vive le Roi»
«J'ai descendu dans la chambre de torture vers midi. On m'a ligoté les pieds et on m'a accroché au plafond. Un groupe a commencé me frapper avec des fouets sur tous mon corps. Un des tortionnaires me crie, dit ‘'vive le Roi''. Je ne pas tardais à le dire. J'ai cru qu'il allait me descendre à ce moment là, mais ils l'ont fait qu'après minuit».
Après 8 ans de disparition, il est libre
Hamzazi, responsable de la DST s'adressant à Ben Khadra : «Le roi a décidé de vous libérer. Demain vous allez partir à Tunis. Aujourd'hui, vous pourrez partir à Rabat, en compagnie d'un inspecteur, pour changer d'air et acheter ce que vous voulez»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.