Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le centre de la DST à Témara vu de l'intérieur. Livre témoignage d'un détenu : «Tazmarrat 234».
Publié dans Lakome le 19 - 07 - 2011

Mohamed Mosadak Ben Khadra porte le triste titre de premier «locataire» du centre de détention secret de la DGST à Témarra. Ce Marroco-palestinien, militant du Front de libération de la Palestine (FLP) est un des organisateurs du détournement du bateau italien L'Achille Lauro en octobre 1985. Il raconte dans un livre-témoignage, paru en mai 2011 au Maroc, son calvaire dans le centre de détention des «services» dans l'ancien siège de la DST à l'Agdal puis à Temara.
Le cauchemar de Ben Khadra commence le 7 novembre 1985. Il est arrêté à l'aéroport Mohammed V, interrogé et torturé par la DST. Les services marocains veulent lui soutirer des informations sur l'implication directe de Yasser Arafat dans cet attentat. En 1986, il est emmené vers le nouveau siège de la DST à Temara, c'est le premier « locataire » de ce sinistre lieu. Le militant palestinien en fait une description minutieuse dans son livre. Il décrit l'architecture, les bureaux, les cellules et les salles de torture. En 1993, il est libéré et envoyé en Tunisie.
Me Abdelaziz Nouidi, président de l'Association Adala, a connu de prêt Ben Khadra après sa libération estime que son témoignage est «sincère et courageux», déclare-t-il pour Lakom. Et d'ajouter «Ben Khadra a subit une arrestation arbitraire qui est devenue une disparition forcée. Tout le monde sait que le centre Témarra existait, des centaines de témoignages attestent cette réalité. En tant qu'avocat j'ai des dossiers de clients qui ont séjourné depuis 2003 dans ce centre. Maintenant il faudrait que tout cela cesse».
-----------------
Extraits du livre «Tazmarra 234»
De la préface du livre, signée Ahmed Marzouki, détenu à Tazmamart
Aujourd'hui comme hier, les artisans de la terreur sont toujours loin de tout questionnement ou jugement. Ils excellent pour créer l'effroi et l'inquiétude, pour que le pauvre citoyen reste tremblotant».
«La bouteille», le langage des bêtes
Le tortionnaire de la DST s'adressant à Ben Khadra : «Lève toi…tu te crois un homme…Vous êtes tous comme ça au début… Quand on va t'introduire la bouteille dans ton anus tu va devenir comme un chien…Vous ne comprenez qu'un seul langage celui des bêtes»
La cuisine interne de la DST
A proximité de Temarra, au milieu de la forêt, la DST a construit son nouveau siège. Personne de l'administration ne sait quelque chose sur cette prison, sauf les hauts responsables. Ce bâtiment est composé de deux étages. Le premier est un sous-sol à peine visible, la seule différence entre les deux étages est qu'à la place de la cuisine on retrouve une salle de torture. Dans un couloir de cette étage, dix cellules, en plus de deux grandes qui peuvent accueillir plus de 100 personnes.
La nuit du destin
«La nouvelle mesure consiste à me laisser avec les chaines métalliques de mes pieds et mes mains, sans m'attacher au lit. Je savais d'avance que je suis le premier détenu à inaugurer cette prison. C'est «la nuit du destin»…J'ai pris le petit cadenas dans mes mains et j'ai écrit avec sur le mur : M.S.B. Khadra, le 27 ramadan 1986. Le premier a résidé dans ce lieu!»
Un bébé chez la…DST
«Khadija [une jeune marrakchie arrêtée avec un groupe d'activistes arabes accusés de vouloir préparer un attentat contre Shimon Peretz en visite au Maroc] est enceinte. Malgré ce qu'elle a subit comme torture morale et physique, elle n'a pas fait son tomber son bébé et n'a pas dit cette info à personne. Trois jours après sa venue à Temara, elle a ses contractions. […] Elle a crié pendant un bon moment avant qu'ils viennent la ramener. Le lendemain, elle revient dans sa cellule et on attendait les cris du nouveau né. Le silence morbide de ce vestibule est rompu. La maman choisit pour sa fille le nom de Fatéma Zohra».
«Vive le Roi»
«J'ai descendu dans la chambre de torture vers midi. On m'a ligoté les pieds et on m'a accroché au plafond. Un groupe a commencé me frapper avec des fouets sur tous mon corps. Un des tortionnaires me crie, dit ‘'vive le Roi''. Je ne pas tardais à le dire. J'ai cru qu'il allait me descendre à ce moment là, mais ils l'ont fait qu'après minuit».
Après 8 ans de disparition, il est libre
Hamzazi, responsable de la DST s'adressant à Ben Khadra : «Le roi a décidé de vous libérer. Demain vous allez partir à Tunis. Aujourd'hui, vous pourrez partir à Rabat, en compagnie d'un inspecteur, pour changer d'air et acheter ce que vous voulez»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.