Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika parti, les Algériens dans la rue pour un 7e vendredi consécutif
Publié dans La Nouvelle Tribune le 05 - 04 - 2019

La démission d'Abdelaziz Bouteflika, arrachée dans la semaine, n'est qu'une « demi-victoire » pour les Algériens qui entendent manifester à nouveau en masse pour un septième vendredi consécutif, afin de chasser le « système » du pouvoir et empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition.
Sur les réseaux sociaux, depuis le départ de M. Bouteflika, le néologisme « vendredire », inventé par les contestataires et signifiant « manifester joyeusement », a acquis un sens supplémentaire: « faire chuter un régime dictatorial pacifiquement ».
Les appels à « vendredire » n'y ont pas pour autant cessé avec un nouveau mot d'ordre: chasser les « 3B », Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaiz et Noureddine Bedoui, trois hommes-clés de l'appareil mis en place par Bouteflika et à qui la Constitution confie les rênes du processus d'intérim.
Président depuis plus de 16 ans du Conseil de la Nation (chambre haute) par la grâce de M. Bouteflika, Abdelkader Bensalah est chargé de le remplacer pour trois mois à la tête de l'Etat, le temps d'organiser une présidentielle.
Tayeb Belaiz, qui fut 16 ans ministre, quasiment sans interruption, préside –pour la deuxième fois de sa carrière– le Conseil constitutionnel, chargé de contrôler la régularité du scrutin.
Le Premier ministre Noureddine Bedoui était jusqu'à sa nomination le 11 mars le très zélé ministre de l'Intérieur, « ingénieur en chef de la fraude électorale et ennemi des libertés », comme le qualifie le quotidien francophone El Watan jeudi.
– « Phase la plus délicate » –
Tous trois ont toujours servi fidèlement M. Bouteflika, rappellent leurs détracteurs.
« Notre victoire est partielle. Les Algériennes et les Algériens n'accepteront pas que des symboles du régime tels qu'Abdelkader Bensalah (…) ou le Premier ministre conduisent la période d'intérim et organisent les prochaines élections », a souligné dans une vidéo postée en ligne l'avocat Mustapha Bouchachi, une des voix de la contestation.
« Ces symboles du régime ne peuvent pas être une partie de la solution, et nous avons réclamé depuis le 22 février que tout le système, ses symboles et ses clientèles partent. La démission du président ne signifie pas qu'on a eu réellement gain de cause », a-t-il poursuivi.
Me Bouchachi a appelé les Algériens à « continuer » à manifester « jusqu'à leur départ à tous » ajoutant que « vendredi doit être un grand jour ».
Jeudi, les bureaux des deux chambres du Parlement se sont réunis pour organiser la session parlementaire prévue par la Constitution dans la cadre de la mise en place de l'intérim. Mais aucune date n'était toujours fixée, plus de 48 heures après la démission du chef de l'Etat.
« S'en tenir à la Constitution » et confier l'intérim et l'organisation des élections à des hommes incarnant le système déchu, « va probablement susciter pas mal de protestations, les contestataires doutant que les élections soient équitables (…) et libres », estime Isabelle Werenfels, chercheuse associée à l'Institut allemand pour les Affaires internationales et de Sécurité (SWP).
Les contestataires réclament à la place la mise sur pied d'institutions de transition, à même de réformer le pays et d'organiser notamment un cadre juridique garantissant des élections libres.
Conscient, le gouvernement donne des gages. Il a notamment enjoint les citoyens à créer des partis et des associations, les invitant même à prendre rendez-vous par téléphone au ministère de l'Intérieur, quand ces mêmes partis et associations peinaient auparavant à obtenir les agréments indispensables.
« L'après Bouteflika n'est pas clair. La rue et les partis » d'opposition « appellent à une nouvelle Constitution, une nouvelle loi électorale », souligne Hamza Meddeb, chercheur sur le Moyen-Orient à l'Institut universitaire européen (EUI) de Florence.
L'Algérie entre dans « la phase la plus délicate, car la rue et les institutions risquent de se diviser », estime-t-il.
Grand vainqueur de son bras de fer avec l'entourage de Bouteflika, qu'il a contraint in fine à quitter le pouvoir, le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée, apparaît comme l'homme fort du pays actuellement.
– « Epreuve de la rue » –
Mais, souligne Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève, « la rue algérienne est devenue le nouvel acteur dans la vie politique algérienne » et « on ne connaît pas grand-chose des intentions de l'armée concernant la gestion de l'après Bouteflika ».
D'autant que le général Gaïd Salah est lui aussi largement perçu par les manifestants comme un homme du « système » Bouteflika qu'il a fidèlement servi depuis sa nomination par le président à la tête de l'armée en 2004, avant de le lâcher ces derniers jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.