411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OPV Maroc Telecom : Une vague bienvenue de liquidités pour la Bourse de Casablanca
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 06 - 2019

Pour se rendre compte de l'importance de l'OPV de Maroc Telecom, il suffit de noter que les 2% représentant la part réservée au public, a une valeur plus de deux fois supérieur à la valeur totale de l'IPO de Marsa Maroc. C'est, et de loin, la plus importante opération pour la bourse de Casablanca depuis l'entrée en bourse de Maroc Telecom en 2004. Pour en présenter les détails, la presse a été rassemblée à la Bourse de Casablanca dans la matinée du mercredi 19 juin. On aurait aimé avoir une déclaration de M. Benchaaboun, ministre de l'Economie et des Finances, et M. Ahizoune, Président du Directoire de Maroc Telecom, mais ni l'un ni l'autre n'étaient présents.
Avant toute chose, il faut comprendre que la forme de cette OPV n'a pas été choisie à la légère. Le gouvernement aurait tout simplement pu vendre ses 8% à Etisalat, l'actionnaire majoritaire, mais, comme l'a annoncé M. Abderrahmane Semmar, Directeur du Département des Entreprises publiques et des privatisations au MEF, l'opération a pour but de « contribuer au développent et à la pérennisation de l'entreprise, renforcer la participation des salariés, optimiser la participation de l'Etat », ainsi qu'apporter une vague de liquidités à la BVC, qui en a bien besoin.
Attijari Finance Corp et Upline Finance, qui ont accompagné l'OPV, estiment que sur les trois dernières années, le court de l'action de l'opérateur est resté stable, ce qui « marque la résilience et la solidité du titre MT face au reste du marché ». La méthode retenue pour déterminer le prix de vente est celle de la moyenne du cours boursier, parce que l'action MT est « déjà cotée, liquide, donc valorisée par le marché ».
En prenant en considération un dividende, les analystes ont déterminé un CMP de 138 dh, décoté à cause du volume important de cette opération.
Dans le détail, les 2% sont divisés en quatre tranches. La première, réservée aux employés de MT, concernent environ trois millions d'actions, valorisées à 117,7 dh, soit 16,7% de l'opération. La deuxième tranche, réservée aux personnes physiques et morales, concerne 5,8 millions d'actions (33,3% de l'opération) valorisées à 125,3 dh, avec un plafond de 10% du nombre global de titres (soit 1,75 million). La troisième tranche, réservée aux OPCVM, concerne 4 millions d'actions à 125,3 dh. Enfin, la quatrième tranche est réservée aux investisseurs qualifiés, et concerne 4,7 millions d'actions (avec un plafond de 10% du total), à 125,3 dh également.
L'ouverture de la période de souscription se fera le 26 juin, et elle prendra fin le 2 juillet en cas de clôture anticipée, ou bien le 5.
Karim Hajji, DG de la BVC, n'a pas caché sa joie d'assister à une OPV de cette ampleur : « C'est une opération majeure pour la BVC, de nature à redynamiser la place casablancaise […] Elle va certainement contribuer à redonner à la place de Casablanca le rôle qui lui revient au niveau du marché des capitaux en Afrique, et nous remettre sur les radars des investisseurs internationaux ». En effet, la BVC est 2ème en Afrique pour ce qui est de la capitalisation totale, mais elle est très en retard au niveau des liquidités.
L'opération est accompagnée par un plan de communication multisupport, avec un grand volet digital, au détriment de la télé et de la radio.
Enfin, répondant à l'appel du Wali de Bank Al-Maghrib, M. Semmar a annoncé qu'il « faut une évaluation de l'impact de la privatisation ». « Nous avons créé la structure d'évaluation, nous allons commencer à sortir ses rapports dans la loi de finances 2020 », a-t-il promis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.