« Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    Amane Souss lance le format 7 litres    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Du flou encore sur le départ de Renard    Le PPS rend hommage à Khalid Naciri    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Instagram masque les likes dans six pays    Hépatite B: Attention aux pratiques traditionnelles!    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Carlos Ghosn poursuit Nissan et Mitsubishi Motors    Mission de manager: ardeur de l'entreprise    CAN-2019 : La consolante pour le Nigeria, encore 3e    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Quantique ?    Restrictions à la visite à New York du chef de la diplomatie iranienne    La CAF change l'arbitre de la finale    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Divers    Création d'un écosystème BSH dans le secteur de l'électroménager    99,8% des ménages équipés en téléphones mobiles    Le Polisario épinglé par Human Right Watch    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allah, Sidna …et le foot !
Publié dans La Nouvelle Tribune le 27 - 06 - 2019

Lorsqu'on demande à un Marocain, ou une Marocaine, ce qu'il ou elle pense de la vie politique et des partis qui l'animent, la réponse est rarement positive…
Soit la question est éludée d'un revers de main, soit elle se limite à un « bof » largement teinté de lassitude.
Si la même démarche est menée pour la situation économique et sociale, alors les réponses sont plus nettes, accompagnées de grimaces, car très rares sont ceux qui trouvent des motifs de satisfaction tirés de l'actuelle conjoncture économique et ses prolongements sociaux ou sociétaux.
Bien évidemment, encore faut-il avoir la chance de s'adresser à des citoyens et citoyennes conscients, avertis et intéressés par la chose publique.
Et s'il fallait faire de ces interrogations un sondage en bonne et due forme, avec un échantillon représentatif, on peut gager, sans trop grand risque d'erreur, que la majorité irait vers des réponses globalement négatives.
C'est donc qu'en fait, une grande part de l'opinion publique exprime un profond désintérêt pour les affaires de la Nation et du pays et, en toute franchise, on ne saurait les blâmer pour cela parce que la responsabilité de ce sentiment généralisé de marasme ne leur incombe nullement…
De ces constats, on en vient à tirer une conclusion qui n'est guère réjouissante, c'est que le peuple marocain ne dispose pas aujourd'hui de leviers puissants qui pourraient assurer sa cohésion et son unité hormis bien évidemment deux sacralités aussi fortes que pérennes et partagées.
La première est la religion et l'appartenance à la communauté islamique. Les Marocains sont, dans leur très grande majorité, profondément pieux et pratiquants et cela est reconnu de tous.
L'observance des rites, l'attachement aux valeurs portées par l'Islam sont incontestables et parfois, dans certaines situations bien précises, on en vient même à penser que l'ostentatoire accompagne ces sentiments de religiosité…
La seconde sacralité, aussi imprégnante de la personnalité des Marocains, est l'attachement à la Monarchie et au Roi Mohammed VI.
La personne du Roi est centrale dans le cœur et l'esprit de nos concitoyens et l'amour qu'ils portent au Souverain est, assurément, le socle inébranlable et fondateur de l'unité nationale, de la cohésion sociale, constitutive au premier chef de l'identité de tous les Marocains et Marocaines.
Mais, en dehors de ces deux évidences, force est de reconnaître que ce qui nous divise est plus fort que ce qui nous unit…
Dans la quête donc d'un plus petit dénominateur commun, il resterait le football et le soutien apporté aux Lions de l'Atlas.
L'engouement pour notre onze national est incontestable, puissant, fédérateur, comme on peut le constater à l'occasion de la dix-neuvième édition de la Coupe Africaine des Nations en Egypte.
Mais, cette ferveur et ce patriotisme « footeux » sont très volatiles, directement corrélés aux prestations de l'équipe nationale. Car une défaite ou l'élimination des compétitions à un stade précoce feraient retomber à zéro la mobilisation populaire pour nos Lions…
Ces constats impliquent une reconnaissance implicite, celle de la désaffection qui caractérise la plupart de nos concitoyens envers les grandes causes et grandes questions qui interpellent notre société, notre pays.
Mais, pour autant, cela ne semble pas concerner la classe politique et ses différentes déclinaisons partisanes et, encore moins, le gouvernement !
Rien d ‘ailleurs n'est fait ou dit pour rassembler, motiver, mobiliser et chacun s'enfonce, « chez ces gens-là », dans la médiocrité quotidienne et la gestion, minimale sans doute, des affaires courantes !
Peu importe si l'opinion publique perd ses repères lorsqu'il s'agit de déterminer des langues d'enseignement qui seraient associées à la langue arabe.
Peu leur chaut si les étudiants en médecine battent le pavé, tandis que les familles se scindent et s'écharpent pour une question d'admissibilité à quelques concours.
Aucun signal, ni réaction alors que les interpellations et démantèlements de cellules terroristes se multiplient avec des annonces, sinon quotidiennes, du moins hebdomadaires.
La lutte contre l'hydre terroriste serait-elle du seul ressort du très compétent BCIJ et des autres services qui travaillent en étroite collaboration avec les hommes de Hammouchi ?
La dimension sécuritaire, fort heureusement parfaitement assurée, ne devrait-elle pas être accompagnée d'une mobilisation pour la conquête des esprits et le rejet des idées pernicieuses qui sont, de surcroît, quasiment dispensées au su et au vu de tous, dans des écoles coraniques bien connues, dans des partis politiques, au sein de mouvances tolérées ?
Voilà des questions et des sujets qui requièrent une réaction salutaire et rapide, car aujourd'hui, à côté des problèmes sociaux et des légitimes revendications sociales, on a le sentiment d'une totale absence des citoyens, abandonnés à eux-mêmes, à leur triste sort…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.