Le Roi félicite l'Empereur du Japon à l'occasion de son anniversaire    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Agadir : arrestation d'un chauffeur de camion en possession de 589 kg de chira    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Réunion de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc « s'engage sur le plan continental »    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Ouarzazate : un accident de la route fait 2 morts et 4 blessés    Les fonctionnaires appelés à la grève générale mercredi 26 février    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'autre guerre    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allah, Sidna …et le foot !
Publié dans La Nouvelle Tribune le 27 - 06 - 2019

Lorsqu'on demande à un Marocain, ou une Marocaine, ce qu'il ou elle pense de la vie politique et des partis qui l'animent, la réponse est rarement positive…
Soit la question est éludée d'un revers de main, soit elle se limite à un « bof » largement teinté de lassitude.
Si la même démarche est menée pour la situation économique et sociale, alors les réponses sont plus nettes, accompagnées de grimaces, car très rares sont ceux qui trouvent des motifs de satisfaction tirés de l'actuelle conjoncture économique et ses prolongements sociaux ou sociétaux.
Bien évidemment, encore faut-il avoir la chance de s'adresser à des citoyens et citoyennes conscients, avertis et intéressés par la chose publique.
Et s'il fallait faire de ces interrogations un sondage en bonne et due forme, avec un échantillon représentatif, on peut gager, sans trop grand risque d'erreur, que la majorité irait vers des réponses globalement négatives.
C'est donc qu'en fait, une grande part de l'opinion publique exprime un profond désintérêt pour les affaires de la Nation et du pays et, en toute franchise, on ne saurait les blâmer pour cela parce que la responsabilité de ce sentiment généralisé de marasme ne leur incombe nullement…
De ces constats, on en vient à tirer une conclusion qui n'est guère réjouissante, c'est que le peuple marocain ne dispose pas aujourd'hui de leviers puissants qui pourraient assurer sa cohésion et son unité hormis bien évidemment deux sacralités aussi fortes que pérennes et partagées.
La première est la religion et l'appartenance à la communauté islamique. Les Marocains sont, dans leur très grande majorité, profondément pieux et pratiquants et cela est reconnu de tous.
L'observance des rites, l'attachement aux valeurs portées par l'Islam sont incontestables et parfois, dans certaines situations bien précises, on en vient même à penser que l'ostentatoire accompagne ces sentiments de religiosité…
La seconde sacralité, aussi imprégnante de la personnalité des Marocains, est l'attachement à la Monarchie et au Roi Mohammed VI.
La personne du Roi est centrale dans le cœur et l'esprit de nos concitoyens et l'amour qu'ils portent au Souverain est, assurément, le socle inébranlable et fondateur de l'unité nationale, de la cohésion sociale, constitutive au premier chef de l'identité de tous les Marocains et Marocaines.
Mais, en dehors de ces deux évidences, force est de reconnaître que ce qui nous divise est plus fort que ce qui nous unit…
Dans la quête donc d'un plus petit dénominateur commun, il resterait le football et le soutien apporté aux Lions de l'Atlas.
L'engouement pour notre onze national est incontestable, puissant, fédérateur, comme on peut le constater à l'occasion de la dix-neuvième édition de la Coupe Africaine des Nations en Egypte.
Mais, cette ferveur et ce patriotisme « footeux » sont très volatiles, directement corrélés aux prestations de l'équipe nationale. Car une défaite ou l'élimination des compétitions à un stade précoce feraient retomber à zéro la mobilisation populaire pour nos Lions…
Ces constats impliquent une reconnaissance implicite, celle de la désaffection qui caractérise la plupart de nos concitoyens envers les grandes causes et grandes questions qui interpellent notre société, notre pays.
Mais, pour autant, cela ne semble pas concerner la classe politique et ses différentes déclinaisons partisanes et, encore moins, le gouvernement !
Rien d ‘ailleurs n'est fait ou dit pour rassembler, motiver, mobiliser et chacun s'enfonce, « chez ces gens-là », dans la médiocrité quotidienne et la gestion, minimale sans doute, des affaires courantes !
Peu importe si l'opinion publique perd ses repères lorsqu'il s'agit de déterminer des langues d'enseignement qui seraient associées à la langue arabe.
Peu leur chaut si les étudiants en médecine battent le pavé, tandis que les familles se scindent et s'écharpent pour une question d'admissibilité à quelques concours.
Aucun signal, ni réaction alors que les interpellations et démantèlements de cellules terroristes se multiplient avec des annonces, sinon quotidiennes, du moins hebdomadaires.
La lutte contre l'hydre terroriste serait-elle du seul ressort du très compétent BCIJ et des autres services qui travaillent en étroite collaboration avec les hommes de Hammouchi ?
La dimension sécuritaire, fort heureusement parfaitement assurée, ne devrait-elle pas être accompagnée d'une mobilisation pour la conquête des esprits et le rejet des idées pernicieuses qui sont, de surcroît, quasiment dispensées au su et au vu de tous, dans des écoles coraniques bien connues, dans des partis politiques, au sein de mouvances tolérées ?
Voilà des questions et des sujets qui requièrent une réaction salutaire et rapide, car aujourd'hui, à côté des problèmes sociaux et des légitimes revendications sociales, on a le sentiment d'une totale absence des citoyens, abandonnés à eux-mêmes, à leur triste sort…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.