Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    Divers    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Le Raid sur la zone 51 : Une plaisanterie qui ira loin ?    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 08 - 2019

Gibraltar a autorisé un pétrolier iranien arraisonné début juillet à partir malgré une demande de dernière minute des Etats-Unis de prolonger l'immobilisation du navire, soupçonné d'avoir voulu livrer sa cargaison à la Syrie.
Le chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo, a expliqué avoir reçu la promesse écrite de Téhéran de ne pas envoyer les 2,1 millions de barils de pétrole en Syrie, frappée par un embargo de l'Union européenne.
« Nous avons privé le régime d'Assad en Syrie de plus de 140 millions de dollars de pétrole brut », s'est-il félicité dans un communiqué.
Les autorités ont donc demandé à la Cour suprême de lever l'immobilisation dans un document rendu public, incluant des courriers échangés avec les autorités iraniennes.
Le président de la Cour suprême, Anthony Dudley, a alors décidé que « le navire (n'était) plus détenu », lors d'une audience dans l'après-midi.
Initialement attendue dans la matinée, cette audience prévue depuis des semaines avait dû être repoussée de plusieurs heures après l'annonce surprise par le ministère public de Gibraltar d'une demande des Etats-Unis de prolonger l'immobilisation du pétrolier, déposée dans la nuit.
Mais le juge Dudley a déclaré qu'il n'avait pas été saisi par écrit d'une telle demande. « Cela ne m'a pas été soumis », a-t-il dit.
La « tentative de piraterie » américaine a échoué, s'est réjoui sur Twitter le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.
M. Zarif a fustigé « le niveau de mépris qu'a l'administration (du président américain Donald) Trump pour la loi ». Les Etats-Unis, a-t-il ajouté, avaient « tenté d'abuser du système judiciaire et de voler les biens (iraniens) en haute mer ».
Toutefois, rien n'empêche les Etats-Unis de reformuler leur demande d'entraide judiciaire, afin de bloquer le navire avant qu'il ne quitte les eaux territoriales de Gibraltar, dans les heures ou les jours qui viennent.
– Désescalade –
La demande américaine avait fait l'effet d'un coup de théâtre alors qu'un accord entre Londres et Téhéran semblait à portée de main après des semaines de tractations diplomatiques.
Sans cette demande reçue à 01h30 jeudi (23h30 GMT mercredi), « le navire serait reparti », avait d'ailleurs souligné le juge Dudley.
Entretemps, le capitaine et les trois officiers du Grace 1, qui étaient en liberté sous caution, ont été formellement libérés.
L'équipage du pétrolier iranien est désormais menacé d'interdiction de visa par Washington.
« Les Etats-Unis affirment que le Grace 1 aidait le corps des Gardiens de la Révolution islamique en transportant du pétrole depuis l'Iran vers la Syrie », a déclaré le département d'Etat dans un communiqué. « Les membres d'équipage de bateaux aidant les Gardiens de la Révolution en transportant du pétrole depuis l'Iran pourraient ne plus pouvoir bénéficier de visas ou être admis sur le territoire américain ».
Fabian Picardo a expliqué avoir rencontré des représentants iraniens le 19 juillet à Londres « avec une volonté de désescalade par rapport à tous les différents problèmes soulevés par la détention du Grace1 ».
« J'ai expliqué très clairement que l'arraisonnement du navire était exclusivement liée à l'application des sanctions contre la Syrie », assure-t-il dans son communiqué.
Le Grace 1, chargé de 2,1 millions de barils de pétrole, a été arraisonné le 4 juillet par la police de Gibraltar et les forces spéciales britanniques, ce qui a provoqué une crise diplomatique entre Téhéran et Londres.
Téhéran assurait que le pétrolier naviguait dans les eaux internationales et accusait le Royaume-Uni de « piraterie ».
Le 19 juillet, l'Iran a immobilisé dans le détroit d'Ormuz un pétrolier britannique, le Stena Impero, soupçonné de « non-respect du code maritime international », une décision vue comme une mesure de représailles par les analystes.
Le Royaume-Uni a redemandé jeudi à Téhéran de relâcher ce pétrolier. « Il n'y a pas de comparaison ni de lien entre la saisie ou l'attaque de navires de commerce par l'Iran dans le détroit d'Ormuz et l'application de sanctions europénnes contre la Syrie par le gouvernement de Gibraltar », a déclaré un porte-parole du Foreign office.
Dans les documents publiés jeudi, le gouvernement de Gibraltar réaffirme sa conviction que le Grace 1 faisait bien route vers la Syrie.
Le plan de navigation du bateau montrait ainsi « une route complètement balisée depuis le Golfe persique jusqu'à Baniyas en Syrie », explique-t-il.
Début juillet, le chef de la diplomatie espagnole Josep Borrell avait affirmé que l'arraisonnement avait été fait à la demande des Etats-Unis.
L'immobilisation du pétrolier et le regain de tensions diplomatiques qui en ont découlé ont brouillé les efforts des Etats européens qui tentent de sauver l'accord nucléaire avec l'Iran. Les Etats-Unis se sont retirés de cet accord l'an dernier, imposant de lourdes sanctions à la République islamique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.