Label'Vie: Hausse de 20% du résultat net au S1-2019    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    BMCE Bank of Africa Lance le 1er rapport annuel digital au Maroc    Le HCP et la Banque mondiale se rapprochent davantage    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Lutte contre les maladies non transmissibles : le Maroc réitère son engagement    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    El khalfi: "Le chef du gouvernement a entamé les concertations sur le remaniement ministériel"    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Entretien avec Fouad Hani, auteur-compositeur et interprète : «Je travaille beaucoup sur ma musique»    Banque Centrale Populaire. La performance au rendez-vous    Thomas Cook : un cauchemar pour 150.000 touristes britanniques    Après les Assises du développement humain, quelles priorités ?    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Premières Assises nationales du Développement humain    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Crise économique mondiale : L'OCDE tire la sonnette d'alarme !    Bordeaux accueille le sommet Afrique-France en juin 2020    «#b7arblaplastic» : Une opération de collecte de déchets dans les plages signée Label'Vie    Le RNI organise la 3ème Université d'été ce vendredi à Agadir    PLF 2020. Le calendrier se précise    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Au Groenland, les chiens de traîneau menacés par la fonte des glaces    Ces stars qui se sont mariées en secret    La gestion des risques de santé, sécurité et environnement débattue à Casablanca    Le Maroc, une cible importante pour la cybercriminalité    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Sensibiliser pour ne plus faire les frais de l'addiction aux antidouleurs    Appel aux dons    Un plan d'action pour la relance du tourisme à Béni Mellal-Khénifra    Tenue à Rabat du Forum des parlementaires arabes sur la population et le développement    Paris corrige Madrid : L'issue de parité sanctionne le choc Atlético-Juventus    Di Maria, la "MCN" à lui tout seul    Le stade d'Honneur d'Oujda fait peau neuve    "Woh!" d'Ismahan Lahmar projeté au Festival international du film de femmes    "Esthétique de la création poétique'', un nouvel ouvrage célébrant l'œuvre de Mohamed Serghini    Bouillon de culture    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le patron de la Fed joue gros avec son discours vendredi
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 08 - 2019

Jerome Powell va prononcer vendredi l'un des discours les plus importants de sa carrière et tenter de convaincre que la Banque centrale américaine sait comment prolonger la plus longue période d'expansion de la première économie mondiale.
Les marchés seront toute ouïe tout comme Donald Trump, qui attaque la Fed presque quotidiennement et l'accuse de freiner « son » économie.
M. Powell s'exprime vendredi à 14H00 GMT pour la première fois depuis la baisse des taux de fin juillet, devant le gotha des banquiers centraux et des économistes traditionnellement réunis chaque année à Jackson Hole, une prestigieuse station de montagne de l'Etat du Wyoming.
Les marchés, qui attendent la confirmation de leurs anticipations sur des baisses de taux, se sont encore montrés nerveux jeudi.
Pour la 3e fois en huit jours, la courbe des taux d'intérêt sur les bons du Trésor américain s'est inversée, un signe souvent vu comme préfigurant une récession dans les 12 à 18 mois.
L'indice Markit d'activité manufacturière est passé en territoire négatif pour la première fois depuis la récession de 2009.
Jeudi matin, après déjà une série de tweets la veille qui avaient comparé M. Powell à un joueur de golf incompétent « manquant de doigté », le président Donald Trump, qui fait campagne pour des taux beaucoup plus bas, a réitéré ses attaques contre la Banque centrale.
« Notre Réserve fédérale nous empêche de faire ce qu'on doit faire », écrit-il s'indignant que l'Allemagne vende « des bons à 30 ans à rendements négatifs ». Il accuse la Fed de « désavantager les Etats-Unis face aux concurrents ».
Les taux d'intérêt américains que la Fed a modestement baissé fin juillet pour la première fois en plus de dix ans, se situent entre 2% et 2,25% alors que la croissance américaine est de 2,1% (en rythme annuel au 2ème trimestre) tandis que l'Allemagne frôle la récession.
Mais le président reproche à la Banque centrale d'avoir remonté fin 2018 les taux trop vite et provoqué un renforcement du dollar ce qui handicape les Etats-Unis en pleine guerre commerciale.
Pour sa part, Jerome Powell, qui a été nommé par Donald Trump début 2018 avant de rapidement tomber en défaveur, avance sur une voie étroite.
Il s'efforce d'accompagner la faible inflation et de prolonger la plus longue croissance américaine de l'histoire moderne en accordant ce qu'il a appelé un « ajustement de milieu de cycle » sans promettre « une série de baisses » des taux.
Il s'attache aussi à défendre l'indépendance de la Fed et à garder la cohésion de son Comité monétaire, divisé face aux remèdes à apporter devant les perspectives de ralentissement.
– Division et signes mitigés –
Car l'activité américaine montre des signes mitigés. Elle mêle une solide consommation à un secteur manufacturier morose et des investissements d'entreprises décevants et rendus frileux face aux tensions commerciales.
La prochaine réunion monétaire de la Banque centrale est prévue dans trois semaines, les 17 et 18 septembre, et les marchés s'attendent largement à une nouvelle baisse des taux d'intérêt. Mais de quelle ampleur ?
Esther George, la présidente de la Fed de Kansas City, hôte du forum de Jackson Hole qui a voté contre la décision de réduire les taux en juillet, a paru camper sur ses positions jeudi.
Interrogée sur CNBC depuis la station, elle a estimé que le niveau des taux paraissait « être bien placé » actuellement.
Elle a admis que l'économie faisait face à des risques défavorables avec « l'affaiblissement de la croissance mondiale et le degré d'incertitude lié aux questions commerciales ». Mais elle conserve une projection de croissance de 2% pour 2020.
Le président de la Fed de Philadelphie Patrick Harker a aussi affirmé jeudi à Jackson Hole qu'il penchait plutôt pour attendre de voir « pendant un certain temps » comment évolue l'économie. Il a estimé que les taux « étaient à peu près là où ils devraient être ».
Il a aussi temporisé sur l'importance de la divergence des taux entre les Etats-Unis et leurs partenaires: « Nous ne sommes pas tant désynchronisés que cela ».
Après ces propos de membres de la Fed, la courbe des obligations du Trésor américain à 2 ans et 10 ans s'est légèrement inversée à deux reprises mais brièvement.
Wall Street a clôturé en ordre dispersé jeudi à cause de l'indice sur l'activité manufacturière et des investisseurs qui ont préféré pas trop s'engager, ni dans un sens ni dans l'autre, en attendant que M. Powell ne s'exprime.
Si cette année, Mario Draghi de la BCE ne figure pas parmi les participants à la conférence, le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney, aux prises avec le Brexit, celui de la Banque de Réserve d'Australie, dont les taux sont sur la pente descendante, et enfin l'économiste en chef du FMI Gita Gonipath, qui a récemment émis des doutes sur l'efficacité de la guerre commerciale de Donald Trump, interviendront à la conférence qui dure jusqu'à samedi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.