Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Nouvelle possibilité d'achat de billets de foot    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jelmous victime de son idylle avec le PAM?
Publié dans L'Economiste le 20 - 12 - 2010

· A peine nommé, il a été relevé de ses fonctions de wali
· Abdellah Bendhiba le remplace à Doukkala-Abda
LES «vacances» n'ont pas duré longtemps pour Mohamed Jelmous. Ce dernier avait été nommé wali de la Région Doukkala-Abda, deux semaines après les tristes événements de Laâyoune. Alors que les observateurs s'attendaient en ce moment-là à le voir démis de ses fonctions, il a été désigné à la tête d'une région sans trop de problèmes et où son prédécesseur Larbi Sebbari avait réalisé un gigantesque travail de mise à niveau. Jelmous avait-il alors pensé qu'il s'en était tiré, finalement, à si bon compte? En tout cas, la sinécure n'aura duré que 21 jours exactement. Il a, encore une fois, été limogé jeudi dernier. Cette fois-ci pour de bon. C'est désormais Abdellah Bendhiba qui le remplace à la tête de la wilaya de la région Doukkala-Abda.
De nombreux observateurs s'interrogent sur les raisons qui ont fait tomber Jelmous et ont été derrière, d'abord, sa nomination à Doukkala-Abda, puis, ensuite son limogeage. Jelmous aurait, ainsi été victime de son excès de zèle et de s'être trop rapproché du Parti authenticité et modernité (PAM) dont le Secrétaire général n'est autre que Mohamed Cheikh Biadillah, l'actuel président de la Chambre des conseillers et sahraoui de souche. Le PAM, ce n'est un secret pour personne, cherche à avoir un pied dans le Sahara, particulièrement à Laâyoune. Quoi de plus légitime, certes? Seulement, les dirigeants du PAM et Mohamed Jelmous ont oublié, volontairement ou pas, qu'ils allaient devoir affronter un adversaire de taille, de très grande taille même, le Parti de l'Istiqlal. Ce dernier est bien ancré à Laâyoune et cela bien avant même la récupération du Sahara. En effet, l'Istiqlal disposait d'une base solide constituée de Sahraouis qui ont toujours refusé l'occupation espagnole. Leurs enfants, pour poursuivre leurs études, étaient envoyés vers la partie nord du Maroc et c'étaient des membres de l'Istiqlal qui les prenaient en charge en leur offrant le gîte et le couvert, principalement à Marrakech, Rabat et Fès.
Ignorer la force de cette présence de l'Istiqlal, c'est faire montre d'une méconnaissance caractérisée de la réalité de la situation dans une région particulièrement sensible aux choix politiques. En portant les Ouled Rachid à la tête des instances élues, les Sahraouis de Laâyoune ont réaffirmé leur appartenance à l'Istiqlal et rejeté toute autre formation politique même celles qui existaient bien avant la création du PAM. A en croire des sources certaines, l'ex-wali Jelmous a, apparemment, été «mandaté» par le PAM pour mettre fin à cette «mainmise de l'Istiqlal sur Laâyoune». «Mission» qu'il aurait accepté de gaité de cœur et qu'il avait commencé à remplir notamment en bloquant de nombreux projets d'investissement non seulement de la famille des Ouled Rachid, dont Hamdi est le président du Conseil municipal de Laâyoune et coordinateur de l'Istiqlal dans cette région, mais également ceux des Joumani.
Auparavant, le secrétaire général du PAM aurait balisé le terrain pour Jelmous en «plaçant» bon nombre de membres de sa famille et de ses amis dans des provinces du sud. Il n'est un secret pour personne que le gouverneur de Smara est le neveu de Cheikh Biadillah, que celui de Tarfaya est son cousin… Tout cela, disent les observateurs, fait partie d'une stratégie bien ficelée pour que le PAM se fasse un nom au Sahara. Seulement, l'ex-wali Jelmous est allé trop loin en besogne sans, peut-être, penser un moment que la couverture que lui offre le PAM risque de tomber à n'importe quel moment. Surtout qu'il avait été incapable de gérer, en amont, les événements du campement de Gdim Izik qui lui ont été fatales. Le PAM a, dit-on, bien essayé de le sauver en militant pour sa nomination dans les Doukkala-Abda. Mais, semble-t-il, il n'est pas arrivé à convaincre la Commission d'enquête parlementaire qui l'avait entendu il y a une dizaine de jours. De là à croire que le PAM l'a laissé tomber, il n'y a qu'un pas que beaucoup n'hésitent pas à franchir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.