Agadir: Lancement des travaux du 4ème congrès international de l'arganier    Mugabe pourrait être destitué durant les deux prochains jours    L'Office des changes déclare hors la loi les usagers des Bitcoins    Le Roi Mohammed VI demande plus d'encadrement pour les actions associatives    L'Allemagne en crise tente d'éviter des élections anticipées    Il fait l'actu : Ahmed Ghazali, nouveau président de la FNAM    Bousculade d'Essaouira : Le Roi Mohamed VI ordonne un encadrement juridique des appels à la générosité publique    Pour Lekjaa, le Maroc a les moyens de son ambition en Russie    Packtory ajoute Safilait à son portefeuille    Bousculade d'Essaouira : nouvelles instructions royales    Le guide d'achat d'un SUV    Projection «Justice League» au Imax Morocco Mall    Présentation du catalogue raisonné de Mohamed Kacimi à Rabat    Le Maroc participe au projet «La mémoire du monde arabe»    Sherine jugée le 23 décembre    Un tiers des Marocains n'a pas accès à des toilettes décentes    Un tramway déraille à Casablanca    L'économie solidaire contribue à hauteur de 2% au PIB    CHAN2018, Avantage au Maroc    Bâtiment : Sadet et le groupe chinois OVM signent un accord    Tourisme sportif : Un marché en plein essor    Le Maroc appelle à épargner la région arabe de davantage de guerres    Morocco Awards 2017 : La Banque Populaire doublement primée    A l'occasion de l'ouverture de l'Université d'automne de la jeunesse socialiste à Asilah    Tanger : Arrestation d'un individu pour vols qualifiés et meurtre avec préméditation    Cérémonie commémorative à la mémoire de Feu Abdelkrim Ghallab    Noureddine Modiane, lors de la discussion du PLF 2018 à la Chambre des Représentants :    «Opération Al Wassit» : Restitution des résultats    Casablanca : Arrestation à l'aéroport d'un ressortissant d'un pays arabe en possession de 1,365 kg de cocaïne    Maguy Kakon livre les recettes savoureuses de l'art culinaire juif    Instances élues : Une proposition de loi pour interdire la multitude des allocations    Le Raja s'adjuge la 60e édition    Parlement : Quatre nouveaux sièges déclarés    LES DEPUTEES MAROCAINES IGNORENT-ELLES LEURS MISSIONS LEGISLATIVES?    Le cinéma, cet art majestueux aux milles effets magiques    Benatiq : La politique nationale d'immigration couronne les engagements internationaux du Maroc    l'Ittihad de Tanger se sépare de son entraîneur Badou Zaki    Premier League : Les Reds convoitent Romain Saiss    L'ESTG de Guelmim, un établissement ancré dans la dynamique de développement    La cigarette bientôt interdite dans les films français    Insolite : La Lamborghini du pape    La démocratie pour éviter le pire !    Saad Hariri va rentrer à Beyrouth pour clarifier sa position    Premier League Manchester City en altitude, Tottenham tombe, United en fête    Liga : Atletico et Real se neutralisent, le Barça s'échappe    Plaidoyer pour un diagnostic précoce de la surdité chez les enfants    "La Nuit des Galeries" Des toiles de jeunes plasticiens sous les feux des projecteurs à Marrakech    Le groupe AC/DC perd son cofondateur Malcolm Young    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: La recette de la Cnuced
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.