La conscription concernera 15.000 appelés    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    De la nécessité d'investir dans la jeunesse    L'Indice des prix des actifs immobiliers demeure orienté à la baisse    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    De l'or pour la taekwondiste marocaine Soukaina Sahib    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Selon BAM, repli de 0,9% des prix des actifs immobiliers au T2-2019    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    La relance sur fond de responsabilité    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Quel temps fera-t-il ce jeudi ?    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    Edito : Révolution    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Terres collectives
Enième promesse de réforme
Publié dans L'Economiste le 27 - 03 - 2014

C'est l'un des sujets qui a fait couler beaucoup d'encre. Les terres collectives ont suscité la polémique durant les dernières années, à cause des problèmes liés à la nature d'exploitation de ces biens au statut particulier. En effet, les femmes soulalyates ont souvent défrayé la chronique pour dénoncer leur privation de leurs droits sur ces terres ancestrales. Néanmoins, au-delà de ce problème, pris en charge depuis quelques années par le ministère de l'Intérieur, le Maroc veut faire de l'assiette foncière que représentent ces terres, un véritable levier de développement économique et social. En effet, l'exploitation de ces terres, soit directement par les ayants droit, ou par des investisseurs privés via des actes de location, peut intégrer les populations des collectivités soulalyates dans un cadre de développement humain.
Le ministère de l'Intérieur, qui représente l'autorité de tutelle, via la Direction des affaires rurales, promet de s'emparer de ce dossier pour mettre ces terres collectives à la disposition des investisseurs privés, via des actes de location. Cette orientation a été décidée en concertation avec les représentants de ces collectivités. Ainsi, la superficie des terres louées a atteint 63.000 hectares sur un total de 15 millions d'hectares. Néanmoins, la quasi-totalité de ce patrimoine en location est destinée aux activités agricoles. Il s'agit de près de 56.829 hectares, soit 90% de la superficie concernée. Les autres terrains sont exploités en tant que carrières. C'est le cas pour 3.603 hectares, soit 6% du patrimoine concerné. Les activités industrielles et les services n'exploitent que 4% de ces terres, soit 2.311 hectares.
Aujourd'hui, l'autorité de tutelle veut renforcer cette orientation, notamment en encourageant les ayants droit à investir directement dans ces terres, notamment à travers la signature de conventions avec différents intervenants dans le secteur agricole. C'est le cas notamment de l'accord établi avec le ministère de l'Agriculture, visant la mobilisation des terres collectives pour la réalisation des projets du plan Maroc Vert. Parallèlement, ce patrimoine foncier a joué un rôle décisif dans la concrétisation des plans sectoriels. En effet, sur la période 2005-2013, près de 33.000 hectares ont été mis à la disposition de l'Etat, des collectivités locales et des entreprises publiques pour la réalisation d'une série de projets d'envergure. Rappelons dans ce cadre que les villes nouvelles de Tamansourte à Marrakech (1.200 hectares) et de Cherafate à Tanger ont été construites sur des terres collectives. D'autres projets ont également vu le jour sur ce patrimoine. Et cela concerne différents secteurs comme les phosphates, l'industrie, l'énergie, les équipements collectifs... (Voir infographie).
Parallèlement, le gouvernement s'est également penché sur la réalisation de projets au profit des collectivités soulalyates. Ainsi, l'Etat a mobilisé près de 387 millions de DH pour la mise en œuvre de 658 projets au profit de 553 collectivités. Cela concerne notamment la construction de routes dans le monde rural, le raccordement au réseau d'électricité et de l'eau potable...
Petite révolution
La valorisation des terres collectives passe également par le rétablissement des droits des femmes soulalyates, qui avaient souvent crié leur désarroi à cause de leur privation de leurs droits sur ce patrimoine. Le ministère de l'Intérieur semble l'avoir bien compris. En effet, ce département a entrepris des mesures pour permettre à ces femmes de bénéficier de leurs droits matériels et moraux, dans le cadre de la location de ces terres, à l'instar des hommes. Ainsi, à fin août 2013, près de 35.000 femmes soulalyates ont reçu leurs parts de ces recettes. Parallèlement, elles ont pu bénéficier de 1.000 lots de terrains pour la construction d'habitation dans la province de Mehdia à Kénitra. Il faut également signaler la petite révolution qui a marqué l'organisation des collectivités soulalyates, suite à l'élection, pour la première fois, de représentantes femmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.