Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ce qui nous somme»
La France retrouve ses Sarrasins Par Mouna HACHIM
Publié dans L'Economiste le 27 - 08 - 2015

L'islam n'a jamais manqué de s'inviter dans le débat en France, soit ouvertement, soit à travers l'immigration, l'intégration, l'insécurité, la laïcité, l'identité nationale... Et c'est ainsi que nous, de l'autre rive de la Méditerranée, nourris de culture française, de sa langue... sommes à chaque épisode blessés par autant de stigmatisation qui dépasse le cadre du débat franco-français (...)
«Je suis Charlie» s'est imposé comme emblème de la liberté d'expression quand d'aucuns ont préféré la liberté d'une dénonciation sans aucune équivoque, d'une profonde compassion avec les victimes, mais avec une distanciation critique avec l'«être Charlie», chaque mot ayant un sens.
Paradoxaux paradoxes
Il devient alors étonnant d'énumérer les paradoxes: atteinte à la liberté d'expression au nom de cette même liberté d'expression; lutte contre la discrimination, l'antisémitisme et le racisme, installant d'office une discrimination (...) Chut!! Le politiquement correct devient un diktat en démocratie équivalant à la censure sous d'autres cieux et la sentence manichéenne d'un Georges Bush encore résonnante dans notre esprit est bien galopante: «Vous êtes avec nous ou contre nous» (...)
Notre devoir est d'investir les canaux médiatiques pour rétablir (notre) image en exprimant notre condamnation de cette violence aveugle en contradiction avec les préceptes de notre religion, qu'aucune idéologie ni aucune croyance ne sauraient justifier (...)
Cette image détestable du musulman est-elle le fruit de notre époque ou devrait-elle trouver son explication dans les premiers contacts avec l'Islam?
Reconnaissons-le d'emblée, les musulmans ont marqué leur entrée dans l'histoire de l'Europe en tant qu'envahisseurs. Avant les invasions islamiques en Ibérie et dans le Midi de la France, les musulmans étaient inconnus en Occident médiéval, sauf pour quelques initiés ou quelques voyageurs (...)
Jusqu'à la désintégration
La mort du chevalier Roland, compagnon de Charlemagne, telle qu'elle a été représentée pendant plus d'un siècle, en France. La légende a construit des mythes durables: le courageux chevalier est tué par traîtrise et par toute une armée de Sarrasins. L'Histoire, elle, n'a enregistré qu'une escarmouche avec des Basques, furieux de la destruction de Saragosse par Charlemagne.
Evoquons l'une des premières chansons de geste connues, La Chanson de Roland, datant de la fin du XIe siècle, dépeignant l'attaque de l'arrière-garde de Charlemagne en 778 à Roncevaux dans les Pyrénées (par des montagnards basques, confondus dans l'histoire avec les Arabes) ainsi que l'expédition de l'empereur franc en Espagne. Les musulmans y sont désignés par le terme «Sarrasin» qui vient du latin «Saraceni», lui-même dérivé de l'arabe «Cherqui», oriental (...)
Parallèlement à ce glissement de l'histoire vers la fable et à cette répulsion envers un monde redouté et méconnu, se décèle une fascination certaine pour ce qui est désigné comme un «réservoir inépuisable de produits fabuleux». (...) L'armée sarrasine est impressionnante par son nombre et par la qualité de ses guerriers. Farouches et hardis à la bataille, les chevaliers sarrasins ont des montures légères, «plus rapides que le vol du faucon». La flotte n'est pas en reste avec «ses grands bateaux de guerre, ses esquifs, ses barges, ses vaisseaux rapides et ses navires de transport»
Aujourd'hui, on n'en est plus complètement là... quoique cette hantise d'intégration, soutenue par leurs trouvères médiatiques des temps modernes, cache un désir d'anéantir les différences culturelles, sociales et religieuses, poussant l'individu jusqu'aux limites de la désintégration et de la fracture identitaire.
Terrorisme, arme répandue
Plusieurs cas de terrorisme ont parsemé le monde: chez quelques anarchistes français, nihilistes russes, organisations d'extrême gauche, mouvements de libération ou partisans. Le terrorisme fut aussi l'arme de l'Irgoun, organisation armée nationaliste juive en Palestine mandataire, née en 1931, qui perpétra de nombreux attentats contre les civils. Il fallut attendre les années 1990 pour que le terrorisme porte le label «islamiste», voire «islamique». Ancien conseiller à l'Unesco et sociologue iranien, Ehsan Naraghi, discerne quatre facteurs: l'humiliation et la réaction à la violence subie; la solidarité entre musulmans; le goût du martyre et l'injustice sociale. Il décortique des cas provoqués par ce qu'il appelle des «maladresses de forces extérieures»: le cas de la Palestine; l'occupation soviétique en Afghanistan; celle de l'armée en Algérie et l'occupation américaine en Irak...
On peut y ajouter les misères intellectuelles, comblées par des lectures de plus en plus obscurantistes de la religion et diffusées avec grands moyens souvent par des chaînes satellitaires ayant pignon sur rue... Mais re-chut! On ne désigne pas ainsi ses partenaires et alliés!!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.