Âge, sexe, région…: les derniers chiffres sur le coronavirus au Maroc    Fake news: un commercial de 35 ans arrêté à Casablanca    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    Covid-19: un opérateur privé prend en charge le numéro “Allo Yakada”    Gel des avancements : Le gouvernement tente de rassurer les syndicats    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Coronavirus : l'ancien président du Congo Yhombi Opango décède des suites du Covid-19    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Communiqué du Bureau politique du PPS    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    Santé mentale du personnel médical : Une cellule psychologique mise en place pour les équipes soignantes    La culture à portée de clic!    Au Maroc, des usines manufacturières opèrent leur conversion pour pallier la pénurie de masques    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Coronavirus : plus de 3.000 morts aux Etats-Unis et des grèves de protestations sociales    BAM émet de nouvelles directives monétaires et prudentielles    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La situation des détenus préoccupe la société civile    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ce qui nous somme»
La France retrouve ses Sarrasins Par Mouna HACHIM
Publié dans L'Economiste le 27 - 08 - 2015

L'islam n'a jamais manqué de s'inviter dans le débat en France, soit ouvertement, soit à travers l'immigration, l'intégration, l'insécurité, la laïcité, l'identité nationale... Et c'est ainsi que nous, de l'autre rive de la Méditerranée, nourris de culture française, de sa langue... sommes à chaque épisode blessés par autant de stigmatisation qui dépasse le cadre du débat franco-français (...)
«Je suis Charlie» s'est imposé comme emblème de la liberté d'expression quand d'aucuns ont préféré la liberté d'une dénonciation sans aucune équivoque, d'une profonde compassion avec les victimes, mais avec une distanciation critique avec l'«être Charlie», chaque mot ayant un sens.
Paradoxaux paradoxes
Il devient alors étonnant d'énumérer les paradoxes: atteinte à la liberté d'expression au nom de cette même liberté d'expression; lutte contre la discrimination, l'antisémitisme et le racisme, installant d'office une discrimination (...) Chut!! Le politiquement correct devient un diktat en démocratie équivalant à la censure sous d'autres cieux et la sentence manichéenne d'un Georges Bush encore résonnante dans notre esprit est bien galopante: «Vous êtes avec nous ou contre nous» (...)
Notre devoir est d'investir les canaux médiatiques pour rétablir (notre) image en exprimant notre condamnation de cette violence aveugle en contradiction avec les préceptes de notre religion, qu'aucune idéologie ni aucune croyance ne sauraient justifier (...)
Cette image détestable du musulman est-elle le fruit de notre époque ou devrait-elle trouver son explication dans les premiers contacts avec l'Islam?
Reconnaissons-le d'emblée, les musulmans ont marqué leur entrée dans l'histoire de l'Europe en tant qu'envahisseurs. Avant les invasions islamiques en Ibérie et dans le Midi de la France, les musulmans étaient inconnus en Occident médiéval, sauf pour quelques initiés ou quelques voyageurs (...)
Jusqu'à la désintégration
La mort du chevalier Roland, compagnon de Charlemagne, telle qu'elle a été représentée pendant plus d'un siècle, en France. La légende a construit des mythes durables: le courageux chevalier est tué par traîtrise et par toute une armée de Sarrasins. L'Histoire, elle, n'a enregistré qu'une escarmouche avec des Basques, furieux de la destruction de Saragosse par Charlemagne.
Evoquons l'une des premières chansons de geste connues, La Chanson de Roland, datant de la fin du XIe siècle, dépeignant l'attaque de l'arrière-garde de Charlemagne en 778 à Roncevaux dans les Pyrénées (par des montagnards basques, confondus dans l'histoire avec les Arabes) ainsi que l'expédition de l'empereur franc en Espagne. Les musulmans y sont désignés par le terme «Sarrasin» qui vient du latin «Saraceni», lui-même dérivé de l'arabe «Cherqui», oriental (...)
Parallèlement à ce glissement de l'histoire vers la fable et à cette répulsion envers un monde redouté et méconnu, se décèle une fascination certaine pour ce qui est désigné comme un «réservoir inépuisable de produits fabuleux». (...) L'armée sarrasine est impressionnante par son nombre et par la qualité de ses guerriers. Farouches et hardis à la bataille, les chevaliers sarrasins ont des montures légères, «plus rapides que le vol du faucon». La flotte n'est pas en reste avec «ses grands bateaux de guerre, ses esquifs, ses barges, ses vaisseaux rapides et ses navires de transport»
Aujourd'hui, on n'en est plus complètement là... quoique cette hantise d'intégration, soutenue par leurs trouvères médiatiques des temps modernes, cache un désir d'anéantir les différences culturelles, sociales et religieuses, poussant l'individu jusqu'aux limites de la désintégration et de la fracture identitaire.
Terrorisme, arme répandue
Plusieurs cas de terrorisme ont parsemé le monde: chez quelques anarchistes français, nihilistes russes, organisations d'extrême gauche, mouvements de libération ou partisans. Le terrorisme fut aussi l'arme de l'Irgoun, organisation armée nationaliste juive en Palestine mandataire, née en 1931, qui perpétra de nombreux attentats contre les civils. Il fallut attendre les années 1990 pour que le terrorisme porte le label «islamiste», voire «islamique». Ancien conseiller à l'Unesco et sociologue iranien, Ehsan Naraghi, discerne quatre facteurs: l'humiliation et la réaction à la violence subie; la solidarité entre musulmans; le goût du martyre et l'injustice sociale. Il décortique des cas provoqués par ce qu'il appelle des «maladresses de forces extérieures»: le cas de la Palestine; l'occupation soviétique en Afghanistan; celle de l'armée en Algérie et l'occupation américaine en Irak...
On peut y ajouter les misères intellectuelles, comblées par des lectures de plus en plus obscurantistes de la religion et diffusées avec grands moyens souvent par des chaînes satellitaires ayant pignon sur rue... Mais re-chut! On ne désigne pas ainsi ses partenaires et alliés!!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.