Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chantiers urgents du nouveau pilote de l'Istiqlal
Publié dans L'Economiste le 09 - 10 - 2017

Le nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, Nizar Baraka, s'est fixé comme objectif de «créer une nouvelle dynamique et redonner vie aux instances du parti vidées de leur substance» (Ph. Bziouat)
L'Istiqlal vient de tourner la page Hamid Chabat pour en ouvrir une nouvelle, avec l'élection de Nizar Baraka à une écrasante majorité de 924 voix contre 230 pour son adversaire Hamid Chabat. C'est le Conseil national, issu du congrès de la semaine dernière, qui a départagé les deux candidats après une journée de fortes tensions. Sur les 1.280 membres que compte cette instance, 1.238 ont voté. Dans le camp du vainqueur, c'est la délivrance après tant d'inquiétudes sur d'éventuelles suspensions pouvant déboucher sur un report.
Après la proclamation des résultats, Nizar Baraka s'est tout de suite fondu dans le nouveau costume de secrétaire général de l'Istiqlal pour présider une autre élection décisive des membres du comité exécutif. Cela n'a pas été de tout repos puisqu'au moment du vote, la salle a été envahie par des militants, visiblement acquis à la cause de Chabat, en scandant des slogans et qui ont fini par bloquer la séance. Le nouveau patron de l'Istiqlal a beau réclamer le calme, personne ne l'écoutait. Les partisans de Chabat étaient hostiles à la liste des membres du comité exécutif qui leur laissait très peu de place.
Ce désordre où le secrétaire général n'est pas audible montre l'ampleur du travail qui l'attend s'il veut vraiment pacifier et unifier les rangs du parti. Il est conscient des enjeux et de l'état dans lequel se trouve l'Istiqlal. «Aujourd'hui, le but est la réconciliation pour renforcer l'unité du parti», a déclaré Nizar Baraka, juste après sa victoire. Il ne perd pas de vue l'objectif qui consiste à «réhabiliter la politique et récupérer la confiance des militants et des citoyens dans l'Istiqlal».
Un ancien ministre va jusqu'à affirmer que l'élection de Nizar Baraka marque la fin de l'ère du populisme et le retour aux valeurs du parti. Pour le nouveau pilote, «l'objectif est de créer une nouvelle dynamique et redonner vie aux instances du parti vidées de leur substance».
En tout cas, les istiqlaliens mais aussi une grande partie de l'opinion publique ne sont pas prêts d'oublier les incidents honteux qui ont éclaboussé le 17e congrès, marqué par des jets d'assiettes volantes au dîner, un moment convivial par excellence (cf. nos éditions du 2 et 3 octobre 2017 www.leconomiste.com).
Personne ne pouvait imaginer que les tensions entre les deux clans qui se disputaient le leadership allaient en arriver là. Dans le processus de remise en cause de Chabat, qui a démarré il y a plusieurs mois au sein du comité exécutif, tout le monde a assisté à la montée en puissance progressive de Hamdi Ould Rachid, devenu au fil des semaines l'homme fort de cette formation politique. Un grand notable du Sahara, ancien agent d'autorité et député maire de Laâyoune depuis plusieurs années.
Le président du Corcas, Khalli Hanna Ould Rachid, est son frère. Dans un premier temps, il partageait le leadership de la rébellion contre Chabat avec l'ancien ministre Abdessamad Kayouh, un autre notable de la région d'Agadir. Mais au finish, Hamdi Ould Rachid a accéléré la cadence pour occuper seul le haut du podium.
Cela se traduit par le renforcement de sa position au sein du nouveau comité exécutif. A l'avenir, Nizar Baraka devra composer avec lui, même si le président du Conseil économique, social et environnemental, dispose d'un coach politique informel, qu'est son beau-père, Abbès Al Fassi, l'ancien Premier ministre et patron de l'Istiqlal. Reste qu'avec l'élection de Nizar Baraka, l'Istiqlal revient dans le giron familial, après la parenthèse de Hamid Chabat, originaire de la région de Taza.
Istiqlal-PJD: Fin de la lune de miel
La victoire écrasante de Nizar Baraka remet en cause le rapprochement entrepris par l'ancien secrétaire général avec le PJD. Après une longue période marquée par des attaques mutuelles, Hamid Chabat et Abdelilah Benkirane ont entamé une lune de miel, particulièrement depuis la proclamation des résultats des élections législatives du 7 octobre. Si Chabat tenait à sa proximité avec Benkirane, Nizar Baraka a immédiatement marqué son territoire. Après l'annonce de sa candidature au secrétariat général de l'Istiqlal, sa première torpille a visé le PJD, l'accusant de reprendre le discours de l'Istiqlal et sa légitimité. Il lui a reproché d'avoir profité de sa position au gouvernement pour s'implanter dans la haute administration et dans le monde rural (cf.www.leconomiste.com). Cette sortie publique a crédibilisé le candidat et l'a placé dans une autre posture qu'il n'avait pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.