Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chantiers urgents du nouveau pilote de l'Istiqlal
Publié dans L'Economiste le 09 - 10 - 2017

Le nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, Nizar Baraka, s'est fixé comme objectif de «créer une nouvelle dynamique et redonner vie aux instances du parti vidées de leur substance» (Ph. Bziouat)
L'Istiqlal vient de tourner la page Hamid Chabat pour en ouvrir une nouvelle, avec l'élection de Nizar Baraka à une écrasante majorité de 924 voix contre 230 pour son adversaire Hamid Chabat. C'est le Conseil national, issu du congrès de la semaine dernière, qui a départagé les deux candidats après une journée de fortes tensions. Sur les 1.280 membres que compte cette instance, 1.238 ont voté. Dans le camp du vainqueur, c'est la délivrance après tant d'inquiétudes sur d'éventuelles suspensions pouvant déboucher sur un report.
Après la proclamation des résultats, Nizar Baraka s'est tout de suite fondu dans le nouveau costume de secrétaire général de l'Istiqlal pour présider une autre élection décisive des membres du comité exécutif. Cela n'a pas été de tout repos puisqu'au moment du vote, la salle a été envahie par des militants, visiblement acquis à la cause de Chabat, en scandant des slogans et qui ont fini par bloquer la séance. Le nouveau patron de l'Istiqlal a beau réclamer le calme, personne ne l'écoutait. Les partisans de Chabat étaient hostiles à la liste des membres du comité exécutif qui leur laissait très peu de place.
Ce désordre où le secrétaire général n'est pas audible montre l'ampleur du travail qui l'attend s'il veut vraiment pacifier et unifier les rangs du parti. Il est conscient des enjeux et de l'état dans lequel se trouve l'Istiqlal. «Aujourd'hui, le but est la réconciliation pour renforcer l'unité du parti», a déclaré Nizar Baraka, juste après sa victoire. Il ne perd pas de vue l'objectif qui consiste à «réhabiliter la politique et récupérer la confiance des militants et des citoyens dans l'Istiqlal».
Un ancien ministre va jusqu'à affirmer que l'élection de Nizar Baraka marque la fin de l'ère du populisme et le retour aux valeurs du parti. Pour le nouveau pilote, «l'objectif est de créer une nouvelle dynamique et redonner vie aux instances du parti vidées de leur substance».
En tout cas, les istiqlaliens mais aussi une grande partie de l'opinion publique ne sont pas prêts d'oublier les incidents honteux qui ont éclaboussé le 17e congrès, marqué par des jets d'assiettes volantes au dîner, un moment convivial par excellence (cf. nos éditions du 2 et 3 octobre 2017 www.leconomiste.com).
Personne ne pouvait imaginer que les tensions entre les deux clans qui se disputaient le leadership allaient en arriver là. Dans le processus de remise en cause de Chabat, qui a démarré il y a plusieurs mois au sein du comité exécutif, tout le monde a assisté à la montée en puissance progressive de Hamdi Ould Rachid, devenu au fil des semaines l'homme fort de cette formation politique. Un grand notable du Sahara, ancien agent d'autorité et député maire de Laâyoune depuis plusieurs années.
Le président du Corcas, Khalli Hanna Ould Rachid, est son frère. Dans un premier temps, il partageait le leadership de la rébellion contre Chabat avec l'ancien ministre Abdessamad Kayouh, un autre notable de la région d'Agadir. Mais au finish, Hamdi Ould Rachid a accéléré la cadence pour occuper seul le haut du podium.
Cela se traduit par le renforcement de sa position au sein du nouveau comité exécutif. A l'avenir, Nizar Baraka devra composer avec lui, même si le président du Conseil économique, social et environnemental, dispose d'un coach politique informel, qu'est son beau-père, Abbès Al Fassi, l'ancien Premier ministre et patron de l'Istiqlal. Reste qu'avec l'élection de Nizar Baraka, l'Istiqlal revient dans le giron familial, après la parenthèse de Hamid Chabat, originaire de la région de Taza.
Istiqlal-PJD: Fin de la lune de miel
La victoire écrasante de Nizar Baraka remet en cause le rapprochement entrepris par l'ancien secrétaire général avec le PJD. Après une longue période marquée par des attaques mutuelles, Hamid Chabat et Abdelilah Benkirane ont entamé une lune de miel, particulièrement depuis la proclamation des résultats des élections législatives du 7 octobre. Si Chabat tenait à sa proximité avec Benkirane, Nizar Baraka a immédiatement marqué son territoire. Après l'annonce de sa candidature au secrétariat général de l'Istiqlal, sa première torpille a visé le PJD, l'accusant de reprendre le discours de l'Istiqlal et sa légitimité. Il lui a reproché d'avoir profité de sa position au gouvernement pour s'implanter dans la haute administration et dans le monde rural (cf.www.leconomiste.com). Cette sortie publique a crédibilisé le candidat et l'a placé dans une autre posture qu'il n'avait pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.