Fès se penche sur les finances publiques    Dans le Haut Atlas, la population piégée par une sécheresse inquiétante    Compétitivité fiscale: Le Maroc gagne encore des places    Trois Casques bleus et un soldat tués au Mali    Agadir/Congrès international de l'arganier: Cap sur la recherche scientifique    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Divers    Pour une meilleure préservation de l'arganier    L'insoutenable calvaire de la femme marocaine    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Botola Maroc Telecom : Le fauteuil de leader en jeu    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    L'OCP met en service sa nouvelle usine d'engrais    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat pour dénoncer la traite des êtres humains    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    NEUF CLANDESTINS MAROCAINS SAUVES AU LARGE DE LA TUNISIE    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival de Fès de la Culture soufie: Sur les traces de l'humanisme spirituel
Publié dans L'Economiste le 20 - 10 - 2017

Les pluies n'ont pas dissuadé les participants au festival de la Culture soufie. Transférées à la grande salle traditionnelle de la préfecture de Fès-Médina, les activités du festival se tiennent en présence d'un public international (Ph. YSA)
Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la capitale spirituelle, jeudi dernier, n'ont pas découragé les participants au 10e festival de Fès de la Culture soufie. Malgré les perturbations du climat, l'organisation a maintenu le programme dans son intégralité. Les conférences et concerts se tiennent désormais dans la grande salle de l'ex-préfecture de Fès-Médina, au grand bonheur des festivaliers.
Ainsi, le panel débattait ce 19 octobre «Le soufisme en Iran». La réflexion a été rehaussée par la Franco-Iranienne, Leili Anvar. Elle est maître de conférences en langue et littérature persanes, mais aussi spécialiste du soufisme. Avec les autres intervenants, Anvar a invité à la découverte du «soufisme en Inde». «Le soufisme et Bhakti, au confluent des deux océans» était la thématique qui a réuni le deuxième panel de l'après-midi, en présence des festivaliers «mourides».
Tenue dans la grande salle traditionnelle de la préfecture, la table ronde de la veille était consacrée à la thématique «Le soufisme, un patrimoine vivant». Eric Geoffroy, Abdellah Ouazzani, Carole Ameer et Faouzi Skali, ont réfléchi devant un large public sur la question de la transmission de ce patrimoine aux jeunes générations. Ils ont souligné que le soufisme était perçu comme pratique spirituelle au sein des confréries sans pourtant qu'il y ait, chez le grand public, une conscience réelle de l'extraordinaire richesse de son patrimoine culturel vivant.
Au Maroc celui-ci revêt des expressions littéraires, poétiques et artistiques - il constitue aussi un large patrimoine oral- d'une grande richesse et diversité. Cette trame historique et culturelle du patrimoine soufi est, selon Faouzi Skali, ce qui définit le mieux l'identité spirituelle de l'Islam dans notre pays. Il a cité à cet égard le message adressé par Sa Majesté aux participants au grand congrès de Sidi Chiker qui soulignait l'importance du soufisme dans la constitution, au Maroc, d'un Islam de valeurs et de spiritualité.
Cette approche de l'Islam en tant que culture et civilisation doit jouer un rôle majeur dans le monde actuel où celui-ci est souvent réduit à une idéologie politique déracinée, déculturée et sans portée spirituelle. L'enseignement de ce patrimoine, qui est aussi un patrimoine de valeurs, devait être introduit, selon les conférenciers, dans le cursus scolaire dès le plus jeune âge sous forme de contes philosophiques (Hayy Ibnou Yaqdhan, par exemple, d'Ibn Toufayl) ou d'initiation artistique (la poésie chantée du samâa).
Le patrimoine culturel et spirituel du soufisme jouit par ailleurs d'un intérêt universel. Le «Mathnawi» de Rumi par exemple est de loin l'œuvre étrangère la plus traduite et la plus diffusée aux Etats-Unis. Il serait temps, selon Faouzi Skali, que les musulmans prennent conscience de l'importance de ce patrimoine qui s'est constitué depuis des siècles et qui fonde un humanisme spirituel d'une portée universelle, et se mettent à le fructifier. Le Maroc, par ses orientations et choix stratégiques, peut jouer un rôle majeur et bienvenu dans ce domaine.
Enfin, en matière de chants, le Royaume est également plébiscité pour ses maîtres soufis et ses tariqas qui font rêver les festivaliers et les rapprochent de Dieu par l'invocation du créateur et la musique. A ce titre, le programme de ce vendredi prévoit un récital poétique et musical de Leili Anvar, Frédéric Ferney et Fady Zakar. La soirée de clôture sera l'accomplissement des concerts spirituels avec une création réunissant les grandes voix du samâa du Maroc. Celle-ci est signée Abdallah Ouazzani.
Les aventures d'un voyage spirituel
Depuis l'ouverture du festival de Fès de la Culture soufie, l'ambition de mieux connaître le soufisme est devenue grandissante. Entre conférences thématiques et programmations artistiques, les festivaliers ont découvert «Le soufisme à la rencontre des sagesses du monde: La route du soufisme du Maroc vers l'Inde». L'événement, qui s'est fixé comme objectif de conter l'une de ces aventures possibles d'un voyage du Maroc vers l'Inde, a tenu ses promesses. Le cantique s'est décliné, une semaine durant, dans le jardin Jnane Sbill et la salle de l'ex-préfecture Fès-Médina. Ici, le public avait rendez-vous, mercredi, avec Françoise Atlan et le concert d'Ustad Daud Khan Sadozai pour la musique soufie d'Afghanistan. La deuxième partie du spectacle a été confiée à la tariqa Sharqawiya. Jeudi, la scène a été investie par le récital de Shiva Prakash, Katia Légeret et Bhavana Kandadai.
De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.