Un danois faisant l'objet d'un avis de recherche international arrêté à Marrakech    Innovation: Le Maroc force d'inspiration pour les pays africains    Interdit en Turquie, Wikipedia porte plainte pour lever le blocage    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Ksar El Kebir : Un jeune homme tue son voisin et prend la fuite    Gestion des plaintes. L'Etat tente d'être plus réactif    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Protection du patrimoine culturel : La tutelle se penche sur un nouveau projet de loi    La Semaine du film arabe des droits de l'Homme à Rabat    ONSSA : Retrait de 143 tonnes de produits impropres à la consommation    Brexit : Theresa May repousse le vote sur son projet de loi    Huawei en passe de mettre au point son propre système d'exploitation    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Youssef Chippo, un Lion d'une longue carrière    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    L'Arabie Saoudite prévoit l'exécution de trois importants prédicateurs    Personnes en situation de handicap. Un nouvel avis du Conseil supérieur de l'éducation    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Lipper Fund Awards : Valoris Management distinguée pour la 8ème fois    Les six mois qui vont changer la face de l'UE    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Constats chocs du PDG de la RAM    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Crise de transparence    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival de Fès de la Culture soufie: Sur les traces de l'humanisme spirituel
Publié dans L'Economiste le 20 - 10 - 2017

Les pluies n'ont pas dissuadé les participants au festival de la Culture soufie. Transférées à la grande salle traditionnelle de la préfecture de Fès-Médina, les activités du festival se tiennent en présence d'un public international (Ph. YSA)
Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la capitale spirituelle, jeudi dernier, n'ont pas découragé les participants au 10e festival de Fès de la Culture soufie. Malgré les perturbations du climat, l'organisation a maintenu le programme dans son intégralité. Les conférences et concerts se tiennent désormais dans la grande salle de l'ex-préfecture de Fès-Médina, au grand bonheur des festivaliers.
Ainsi, le panel débattait ce 19 octobre «Le soufisme en Iran». La réflexion a été rehaussée par la Franco-Iranienne, Leili Anvar. Elle est maître de conférences en langue et littérature persanes, mais aussi spécialiste du soufisme. Avec les autres intervenants, Anvar a invité à la découverte du «soufisme en Inde». «Le soufisme et Bhakti, au confluent des deux océans» était la thématique qui a réuni le deuxième panel de l'après-midi, en présence des festivaliers «mourides».
Tenue dans la grande salle traditionnelle de la préfecture, la table ronde de la veille était consacrée à la thématique «Le soufisme, un patrimoine vivant». Eric Geoffroy, Abdellah Ouazzani, Carole Ameer et Faouzi Skali, ont réfléchi devant un large public sur la question de la transmission de ce patrimoine aux jeunes générations. Ils ont souligné que le soufisme était perçu comme pratique spirituelle au sein des confréries sans pourtant qu'il y ait, chez le grand public, une conscience réelle de l'extraordinaire richesse de son patrimoine culturel vivant.
Au Maroc celui-ci revêt des expressions littéraires, poétiques et artistiques - il constitue aussi un large patrimoine oral- d'une grande richesse et diversité. Cette trame historique et culturelle du patrimoine soufi est, selon Faouzi Skali, ce qui définit le mieux l'identité spirituelle de l'Islam dans notre pays. Il a cité à cet égard le message adressé par Sa Majesté aux participants au grand congrès de Sidi Chiker qui soulignait l'importance du soufisme dans la constitution, au Maroc, d'un Islam de valeurs et de spiritualité.
Cette approche de l'Islam en tant que culture et civilisation doit jouer un rôle majeur dans le monde actuel où celui-ci est souvent réduit à une idéologie politique déracinée, déculturée et sans portée spirituelle. L'enseignement de ce patrimoine, qui est aussi un patrimoine de valeurs, devait être introduit, selon les conférenciers, dans le cursus scolaire dès le plus jeune âge sous forme de contes philosophiques (Hayy Ibnou Yaqdhan, par exemple, d'Ibn Toufayl) ou d'initiation artistique (la poésie chantée du samâa).
Le patrimoine culturel et spirituel du soufisme jouit par ailleurs d'un intérêt universel. Le «Mathnawi» de Rumi par exemple est de loin l'œuvre étrangère la plus traduite et la plus diffusée aux Etats-Unis. Il serait temps, selon Faouzi Skali, que les musulmans prennent conscience de l'importance de ce patrimoine qui s'est constitué depuis des siècles et qui fonde un humanisme spirituel d'une portée universelle, et se mettent à le fructifier. Le Maroc, par ses orientations et choix stratégiques, peut jouer un rôle majeur et bienvenu dans ce domaine.
Enfin, en matière de chants, le Royaume est également plébiscité pour ses maîtres soufis et ses tariqas qui font rêver les festivaliers et les rapprochent de Dieu par l'invocation du créateur et la musique. A ce titre, le programme de ce vendredi prévoit un récital poétique et musical de Leili Anvar, Frédéric Ferney et Fady Zakar. La soirée de clôture sera l'accomplissement des concerts spirituels avec une création réunissant les grandes voix du samâa du Maroc. Celle-ci est signée Abdallah Ouazzani.
Les aventures d'un voyage spirituel
Depuis l'ouverture du festival de Fès de la Culture soufie, l'ambition de mieux connaître le soufisme est devenue grandissante. Entre conférences thématiques et programmations artistiques, les festivaliers ont découvert «Le soufisme à la rencontre des sagesses du monde: La route du soufisme du Maroc vers l'Inde». L'événement, qui s'est fixé comme objectif de conter l'une de ces aventures possibles d'un voyage du Maroc vers l'Inde, a tenu ses promesses. Le cantique s'est décliné, une semaine durant, dans le jardin Jnane Sbill et la salle de l'ex-préfecture Fès-Médina. Ici, le public avait rendez-vous, mercredi, avec Françoise Atlan et le concert d'Ustad Daud Khan Sadozai pour la musique soufie d'Afghanistan. La deuxième partie du spectacle a été confiée à la tariqa Sharqawiya. Jeudi, la scène a été investie par le récital de Shiva Prakash, Katia Légeret et Bhavana Kandadai.
De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.