Mondial 2026 : le dossier du Maroc est fin prêt    Corruption : Une évolution en trompe-l'œil    Sept mille quatre-vingts secondes    Sous-traitance: Des pistes pour un travail décent    Brèves Internationales    Coaching territorial: L'expertise de l'Oriental dupliquée au Sénégal    Maroc-Espagne : Des hélicoptères pour transporter le haschich    Températures min et max prévues - Vendredi 23 Février 2018    Marrakech: Protéger l'histoire contre l'acharnement immobilier    Affaire Bencharki: le MAS va-t-il se tourner vers la FIFA    Brand content, une plus grande proximité entre annonceurs et consommateurs    Mondial 2026: Blatter soutient la candidature du Maroc    Sidi Ifni : Pour 60 DH, il tue son ami avec une clé à mollette    Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe    En kiosque n° 1245 : UN RÊVE MAROCAIN    Mounib: La gauche connait actuellement une crise d'existence    4ème édition du Marathon International de Rabat : 12.000 participants attendus    Dakhla, carrefour mondial de kitesurf    McDonald's Maroc et le Marrakech du Rire lancent «Masterclass du Rire»    La barbarie et les droits de l'homme    Syrie: Plus de 300 morts en trois jours à la Ghouta orientale    Maghreb Oxygène: Bénéfices en hausse de 34,9% à 12,6 millions de DH en 2017    L'OM à la conquête du monde arabe    Italie: Une campagne électorale à relent fasciste    Pacte mondial pour les migrations: le train est lancé    Assurance Maladie : Total Maroc et Saham Assurance s'allient pour les professionnels de la route    13è session plénière solennelle annuelle de l'Académie Hassan II des sciences et techniques    Vidéo : L'arbitre qui distribue les cartons rouges comme des petits pains !    Majorité !    Le français, «langue maternelle» en Afrique...    Le Maroc joue dans la cour des grands    Afrisanté et Officine Expo: la santé à l'honneur à Marrakech    Le secteur du BTP exposé à des entraves :    Coupe de la CAF : La renaissance de Berkane se qualifie au prochain tour    Enfance : Le Souverain appelle les grandes puissances à assumer leur responsabilité    Monténégro: L'ambassade des Etats-Unis à Podgorica attaquée à la grenade    Nouveau coup de filet du BCIJ à Tanger    CGI inaugure un nouveau centre d'excellence    Stabilité de l'indice des prix à la consommation, selon le HCP    CGEM : Comment faire cohabiter des cultures différentes au sein d'une entreprise ?    La princesse Lalla Meryem a présidé la cérémonie de clôture de la rencontre « Femme et enfant en situation de précarité »    Don de sang: un acte de civisme et de citoyenneté    Majorité : Mets de l'huile, Saad Eddine...    Grand-messe de la franchise en avril    Rencontre sur «Les nouvelles routes de la soie» à Fès    Joaquin Phoenix époustouflant en John Callahan !    Festival «Dakar-Gorée Jazz» : La RAM sponsor et transporteur officiel de la 4ème édition    « Mazagan, mémoires partagées », de Mustapha Jmahri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival de Fès de la Culture soufie: Sur les traces de l'humanisme spirituel
Publié dans L'Economiste le 20 - 10 - 2017

Les pluies n'ont pas dissuadé les participants au festival de la Culture soufie. Transférées à la grande salle traditionnelle de la préfecture de Fès-Médina, les activités du festival se tiennent en présence d'un public international (Ph. YSA)
Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la capitale spirituelle, jeudi dernier, n'ont pas découragé les participants au 10e festival de Fès de la Culture soufie. Malgré les perturbations du climat, l'organisation a maintenu le programme dans son intégralité. Les conférences et concerts se tiennent désormais dans la grande salle de l'ex-préfecture de Fès-Médina, au grand bonheur des festivaliers.
Ainsi, le panel débattait ce 19 octobre «Le soufisme en Iran». La réflexion a été rehaussée par la Franco-Iranienne, Leili Anvar. Elle est maître de conférences en langue et littérature persanes, mais aussi spécialiste du soufisme. Avec les autres intervenants, Anvar a invité à la découverte du «soufisme en Inde». «Le soufisme et Bhakti, au confluent des deux océans» était la thématique qui a réuni le deuxième panel de l'après-midi, en présence des festivaliers «mourides».
Tenue dans la grande salle traditionnelle de la préfecture, la table ronde de la veille était consacrée à la thématique «Le soufisme, un patrimoine vivant». Eric Geoffroy, Abdellah Ouazzani, Carole Ameer et Faouzi Skali, ont réfléchi devant un large public sur la question de la transmission de ce patrimoine aux jeunes générations. Ils ont souligné que le soufisme était perçu comme pratique spirituelle au sein des confréries sans pourtant qu'il y ait, chez le grand public, une conscience réelle de l'extraordinaire richesse de son patrimoine culturel vivant.
Au Maroc celui-ci revêt des expressions littéraires, poétiques et artistiques - il constitue aussi un large patrimoine oral- d'une grande richesse et diversité. Cette trame historique et culturelle du patrimoine soufi est, selon Faouzi Skali, ce qui définit le mieux l'identité spirituelle de l'Islam dans notre pays. Il a cité à cet égard le message adressé par Sa Majesté aux participants au grand congrès de Sidi Chiker qui soulignait l'importance du soufisme dans la constitution, au Maroc, d'un Islam de valeurs et de spiritualité.
Cette approche de l'Islam en tant que culture et civilisation doit jouer un rôle majeur dans le monde actuel où celui-ci est souvent réduit à une idéologie politique déracinée, déculturée et sans portée spirituelle. L'enseignement de ce patrimoine, qui est aussi un patrimoine de valeurs, devait être introduit, selon les conférenciers, dans le cursus scolaire dès le plus jeune âge sous forme de contes philosophiques (Hayy Ibnou Yaqdhan, par exemple, d'Ibn Toufayl) ou d'initiation artistique (la poésie chantée du samâa).
Le patrimoine culturel et spirituel du soufisme jouit par ailleurs d'un intérêt universel. Le «Mathnawi» de Rumi par exemple est de loin l'œuvre étrangère la plus traduite et la plus diffusée aux Etats-Unis. Il serait temps, selon Faouzi Skali, que les musulmans prennent conscience de l'importance de ce patrimoine qui s'est constitué depuis des siècles et qui fonde un humanisme spirituel d'une portée universelle, et se mettent à le fructifier. Le Maroc, par ses orientations et choix stratégiques, peut jouer un rôle majeur et bienvenu dans ce domaine.
Enfin, en matière de chants, le Royaume est également plébiscité pour ses maîtres soufis et ses tariqas qui font rêver les festivaliers et les rapprochent de Dieu par l'invocation du créateur et la musique. A ce titre, le programme de ce vendredi prévoit un récital poétique et musical de Leili Anvar, Frédéric Ferney et Fady Zakar. La soirée de clôture sera l'accomplissement des concerts spirituels avec une création réunissant les grandes voix du samâa du Maroc. Celle-ci est signée Abdallah Ouazzani.
Les aventures d'un voyage spirituel
Depuis l'ouverture du festival de Fès de la Culture soufie, l'ambition de mieux connaître le soufisme est devenue grandissante. Entre conférences thématiques et programmations artistiques, les festivaliers ont découvert «Le soufisme à la rencontre des sagesses du monde: La route du soufisme du Maroc vers l'Inde». L'événement, qui s'est fixé comme objectif de conter l'une de ces aventures possibles d'un voyage du Maroc vers l'Inde, a tenu ses promesses. Le cantique s'est décliné, une semaine durant, dans le jardin Jnane Sbill et la salle de l'ex-préfecture Fès-Médina. Ici, le public avait rendez-vous, mercredi, avec Françoise Atlan et le concert d'Ustad Daud Khan Sadozai pour la musique soufie d'Afghanistan. La deuxième partie du spectacle a été confiée à la tariqa Sharqawiya. Jeudi, la scène a été investie par le récital de Shiva Prakash, Katia Légeret et Bhavana Kandadai.
De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.