Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Artisaanat : Une Start-up court-circuite les intermédiaires (vidéo)    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 29 septembre    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    La Covid, la grève, les problèmes de connexion et le reste    Une situation invivable mais l'espoir demeure    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    La France est-elle en train de brader ses mosquées ?    Vaccin anti Covid. Ça va être le massacre pour les requins    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Maroc : croissance économique prévue à 4,8% en 2021    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    France. Les généraux se révoltent    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival de Fès de la Culture soufie: Sur les traces de l'humanisme spirituel
Publié dans L'Economiste le 20 - 10 - 2017

Les pluies n'ont pas dissuadé les participants au festival de la Culture soufie. Transférées à la grande salle traditionnelle de la préfecture de Fès-Médina, les activités du festival se tiennent en présence d'un public international (Ph. YSA)
Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la capitale spirituelle, jeudi dernier, n'ont pas découragé les participants au 10e festival de Fès de la Culture soufie. Malgré les perturbations du climat, l'organisation a maintenu le programme dans son intégralité. Les conférences et concerts se tiennent désormais dans la grande salle de l'ex-préfecture de Fès-Médina, au grand bonheur des festivaliers.
Ainsi, le panel débattait ce 19 octobre «Le soufisme en Iran». La réflexion a été rehaussée par la Franco-Iranienne, Leili Anvar. Elle est maître de conférences en langue et littérature persanes, mais aussi spécialiste du soufisme. Avec les autres intervenants, Anvar a invité à la découverte du «soufisme en Inde». «Le soufisme et Bhakti, au confluent des deux océans» était la thématique qui a réuni le deuxième panel de l'après-midi, en présence des festivaliers «mourides».
Tenue dans la grande salle traditionnelle de la préfecture, la table ronde de la veille était consacrée à la thématique «Le soufisme, un patrimoine vivant». Eric Geoffroy, Abdellah Ouazzani, Carole Ameer et Faouzi Skali, ont réfléchi devant un large public sur la question de la transmission de ce patrimoine aux jeunes générations. Ils ont souligné que le soufisme était perçu comme pratique spirituelle au sein des confréries sans pourtant qu'il y ait, chez le grand public, une conscience réelle de l'extraordinaire richesse de son patrimoine culturel vivant.
Au Maroc celui-ci revêt des expressions littéraires, poétiques et artistiques - il constitue aussi un large patrimoine oral- d'une grande richesse et diversité. Cette trame historique et culturelle du patrimoine soufi est, selon Faouzi Skali, ce qui définit le mieux l'identité spirituelle de l'Islam dans notre pays. Il a cité à cet égard le message adressé par Sa Majesté aux participants au grand congrès de Sidi Chiker qui soulignait l'importance du soufisme dans la constitution, au Maroc, d'un Islam de valeurs et de spiritualité.
Cette approche de l'Islam en tant que culture et civilisation doit jouer un rôle majeur dans le monde actuel où celui-ci est souvent réduit à une idéologie politique déracinée, déculturée et sans portée spirituelle. L'enseignement de ce patrimoine, qui est aussi un patrimoine de valeurs, devait être introduit, selon les conférenciers, dans le cursus scolaire dès le plus jeune âge sous forme de contes philosophiques (Hayy Ibnou Yaqdhan, par exemple, d'Ibn Toufayl) ou d'initiation artistique (la poésie chantée du samâa).
Le patrimoine culturel et spirituel du soufisme jouit par ailleurs d'un intérêt universel. Le «Mathnawi» de Rumi par exemple est de loin l'œuvre étrangère la plus traduite et la plus diffusée aux Etats-Unis. Il serait temps, selon Faouzi Skali, que les musulmans prennent conscience de l'importance de ce patrimoine qui s'est constitué depuis des siècles et qui fonde un humanisme spirituel d'une portée universelle, et se mettent à le fructifier. Le Maroc, par ses orientations et choix stratégiques, peut jouer un rôle majeur et bienvenu dans ce domaine.
Enfin, en matière de chants, le Royaume est également plébiscité pour ses maîtres soufis et ses tariqas qui font rêver les festivaliers et les rapprochent de Dieu par l'invocation du créateur et la musique. A ce titre, le programme de ce vendredi prévoit un récital poétique et musical de Leili Anvar, Frédéric Ferney et Fady Zakar. La soirée de clôture sera l'accomplissement des concerts spirituels avec une création réunissant les grandes voix du samâa du Maroc. Celle-ci est signée Abdallah Ouazzani.
Les aventures d'un voyage spirituel
Depuis l'ouverture du festival de Fès de la Culture soufie, l'ambition de mieux connaître le soufisme est devenue grandissante. Entre conférences thématiques et programmations artistiques, les festivaliers ont découvert «Le soufisme à la rencontre des sagesses du monde: La route du soufisme du Maroc vers l'Inde». L'événement, qui s'est fixé comme objectif de conter l'une de ces aventures possibles d'un voyage du Maroc vers l'Inde, a tenu ses promesses. Le cantique s'est décliné, une semaine durant, dans le jardin Jnane Sbill et la salle de l'ex-préfecture Fès-Médina. Ici, le public avait rendez-vous, mercredi, avec Françoise Atlan et le concert d'Ustad Daud Khan Sadozai pour la musique soufie d'Afghanistan. La deuxième partie du spectacle a été confiée à la tariqa Sharqawiya. Jeudi, la scène a été investie par le récital de Shiva Prakash, Katia Légeret et Bhavana Kandadai.
De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.