El Jadida : Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise du prix du roi Mohammed VI    300 migrants envahissent l'enclave de Melilla, un mort    Béni Mellal: En état d'ébriété, un brigadier-chef provoque accident    Vidéo. L'artisanat marocain mis en valeur au salon du cheval d'El Jadida    Visite surprise de Laftit à Madrid    Ouverture d'une enquête après une tentative de viol filmée    La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Affronter les pollueurs récidivistes!    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    Sahara : De l'informel à l'officiel…    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Une sordide histoire de décapitation défraye la chronique à Mohammedia (Vidéo)    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patrimoine géologique et archéologique Protection Unesco: Mode d'emploi
Publié dans L'Economiste le 13 - 12 - 2017

Le Ksar Aït Ben Haddou, premier site marocain à figurer sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, jouit depuis son inscription d'une grande visibilité au niveau touristique, mais l'attention et l'aide pour sa conservation et sa valorisation sont très récentes (Ph. SB)
Avec ce patrimoine géologique et archéologique, la vallée de Drâa et l'ensemble du territoire du sud du Maroc disposent de suffisamment de critères leur permettant de rentrer dans le patrimoine mondial de l'Unesco. Le pays compte plus de 460 sites sur tout le territoire national, avec différents degrés d'importance.
Sur les 460 sites répertoriés, seuls 12 sont inscrits sur la liste des sites protégés au niveau national, et seuls quatre, jugés de valeur importante, disposent d'un gardien pour la surveillance. La question qui se pose, c'est pourquoi au Maroc, et à ce jour, aucun site de l'art rupestre ou géosite de valeur scientifique reconnue n'est inscrit sur le patrimoine mondial de l'Unesco? La raison est que la procédure légale est aussi simple que compliquée.
En effet, pour qu'un Etat membre de l'Unesco (en l'occurrence le Ministère de tutelle) puisse soumettre un dossier de candidature, il faut que celui-ci soit proposé par un tiers. Ce tiers est en principe une entité locale qui représente la population autochtone ou qui vit sur le territoire ou la zone concernée par le dossier, et sera le bénéficiaire des retombées de la classification de l'Unesco.
L'entité peut être les gestionnaires de sites, les autorités locales et régionales, les communautés locales, ONG ou associations partenaires intéressées. Or, au Maroc, la majorité des sites rupestres ou géosites se trouvent dans des zones inhabitées. Et même lorsque celles-ci sont habitées, ni la population autochtone ni les autorités locales n'ont la compétence pour constituer un dossier et porter un projet de cette envergure.
Pourtant, pour ce trésor national en situation précaire, le salut viendra de l'Unesco. L'assistance internationale au titre de la Convention du patrimoine mondial de l'Unesco permet en effet d'aider à protéger le patrimoine mondial culturel ou naturel inscrit sur la liste du patrimoine mondial. Cette assistance se fait notamment à travers le financement de projets avec une priorité aux biens les plus menacés.
Etalés dans des hangars comme de vulgaires morceaux de roches, des fossiles exceptionnels datant probablement de millions d'années finissent dans des collections privées à cause d'un commerce qui n'obéit à aucune loi ou contrôle garantissant la préservation du patrimoine géologique exceptionnel du Maroc (Ph. SB)
L'assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial peut surtout financer des projets relevant de l'assistance d'urgence, l'assistance préparatoire ou la conservation et gestion des sites en question. Cette dernière comprend la coopération technique pour fournir de l'équipement ou des experts pour la conservation, la gestion et la présentation des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial.
Elle propose en outre l'assistance de promotion et d'éducation avec un montant allant jusqu'à 10.000 dollars. Plus important encore, l'assistance couvre la formation et la recherche. Elle permet ainsi de financer des activités de formation de personnel et de spécialistes de tous niveaux dans les domaines de l'identification, du suivi, de la conservation, de la gestion et de la présentation des biens en question, avec un accent sur les formations de groupe.
Cette assistance peut également être demandée pour entreprendre des recherches scientifiques ou des études au profit des biens du patrimoine mondial. En somme, une aubaine pour ce patrimoine trop longtemps livré à lui-même. Pour y arriver, un travail de longue haleine est nécessaire, en particulier vis-à-vis de la population et les autorités locales pour sensibiliser et faire adhérer à cette cause.
Au Maroc, l'Histoire...
Le Maroc dispose de 9 sites classés patrimoine mondial de l'Unesco. Tous les sites sont des sites culturels: Médina de Fès, Médina de Marrakech, Ksar d'Aït Ben-Haddou, Ville historique de Meknès, Médina de Tétouan (ancienne Titawin), Site archéologique de Volubilis, Médina d'Essaouira (ancienne Mogador), Ville portugaise de Mazagan (El Jadida) et Rabat, capitale moderne et ville historique. En outre, treize sites sont sur la liste d'attente, dont le site le plus récemment ajouté est celui du Chapelet d'Oasis de Tighmert, région présaharienne de oued Noun. On retrouve sur cette liste l'Oasis de Figuig, l'Aire du Dragonnier Ajgal, Casablanca Ville du XXe siècle, Carrefour d'influences, El Gour, la Grotte de Tafouralt, la Lagune de Khnifiss, la Mosquée de Tinmel, Moulay Idriss Zerhoun, le Parc national de Dakhla, le Parc naturel de Talassemtane, Taza et la Grande mosquée, et la Ville de Lixus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.