Trump vante, malgré tout, le « succès » de son sommet avec Poutine    Aluminium/acier : La Chine va prendre de nouvelles mesures contre les USA    El Othmani souligne l'importance du préscolaire    Un «Marvel» marocain dans le pipe    Etats-Unis : Un policier tire à travers son pare-brise en pleine course-poursuite    Rallye Classic 2018 : Après la course, le chèque    Le carrefour des fournisseurs agroalimentaires débarque à Casablanca    Hyundai Ioniq : Couronne mondiale et féminine    L'odyssée musicale d'un loup solitaire    Mercedes-Benz : Un semestre historique    Le Maroc expose ses talents artistiques à Séville    Le Parlement accélère la cadence    Amende record pour Google !    Arabie Saoudite : Nordin Amrabat rejoint le club saoudien d'Al Nasr    Ronaldo à la Juventus : Flop pour l'appel à la grève chez Fiat    Air Arabia lance Tanger-Marrakech et Tanger-Marrakech-Dakhla    Fnideq : Arrestation d'un individu soupçonné d'avoir asséné des coups mortels à son épouse    Lahcen Chakiri: jusqu'au bout... du bac    La croissance du marché automobile européen s'accélère en juin    Conjoncture : Le moral des ménages stable    Oukacha fait son cinéma    Pour accueillir son Moussem culturel international et garantir sa continuité : Asilah mise sur la création d'une série d'établissements    «Hors les murs : Oujda» exposition à la Galerie Moulay El Hassan à Oujda    Android, le système d'exploitation mobile de Google    Migration: L'approche marocaine mise en exergue    Le «Polisario» aux abois...    L'Office des Changes veut régir l'activité de change manuel    Lutte contre le sida : Les financements manquent toujours !    Canicule, comment agir ?    Turquie : L'état d'urgence va être levé après deux ans de purges    Le spectre du Rif    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    Le Maroc fait son cinéma au Panama    « Pour en finir avec l'exception islamique », de Mohamed Cherif Ferjani    Alerte: Situation d'urgence pour la grande nacre en Méditerranée    Hervé Renard tweete sur son avenir    De grands champions internationaux de Kick-Boxing attendus à Laâyoune    Le train à grande vitesse est en phase de pré-exploitation    Ligue des champions d'Afrique: Le WAC arrache un nul de Conakry    Baccalauréat : la région de l'Oriental bon élève    Beach-volley : Agadir à l'heure du Championnat du monde    Edito : Choix de la facilité    Une décision, un enseignement    Il fait l'actu : Habib El Malki, président de la Chambre des Représentants    Moussem d'Assilah: Il faut briser le lien entre terrorisme et religions, selon M. Benaissa    Le Maroc face à la nouvelle guerre commerciale mondiale    Deuxième étoile pour la France sous une pluie de buts...!    Edito : En voie d'extinction    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patrimoine géologique et archéologique Protection Unesco: Mode d'emploi
Publié dans L'Economiste le 13 - 12 - 2017

Le Ksar Aït Ben Haddou, premier site marocain à figurer sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, jouit depuis son inscription d'une grande visibilité au niveau touristique, mais l'attention et l'aide pour sa conservation et sa valorisation sont très récentes (Ph. SB)
Avec ce patrimoine géologique et archéologique, la vallée de Drâa et l'ensemble du territoire du sud du Maroc disposent de suffisamment de critères leur permettant de rentrer dans le patrimoine mondial de l'Unesco. Le pays compte plus de 460 sites sur tout le territoire national, avec différents degrés d'importance.
Sur les 460 sites répertoriés, seuls 12 sont inscrits sur la liste des sites protégés au niveau national, et seuls quatre, jugés de valeur importante, disposent d'un gardien pour la surveillance. La question qui se pose, c'est pourquoi au Maroc, et à ce jour, aucun site de l'art rupestre ou géosite de valeur scientifique reconnue n'est inscrit sur le patrimoine mondial de l'Unesco? La raison est que la procédure légale est aussi simple que compliquée.
En effet, pour qu'un Etat membre de l'Unesco (en l'occurrence le Ministère de tutelle) puisse soumettre un dossier de candidature, il faut que celui-ci soit proposé par un tiers. Ce tiers est en principe une entité locale qui représente la population autochtone ou qui vit sur le territoire ou la zone concernée par le dossier, et sera le bénéficiaire des retombées de la classification de l'Unesco.
L'entité peut être les gestionnaires de sites, les autorités locales et régionales, les communautés locales, ONG ou associations partenaires intéressées. Or, au Maroc, la majorité des sites rupestres ou géosites se trouvent dans des zones inhabitées. Et même lorsque celles-ci sont habitées, ni la population autochtone ni les autorités locales n'ont la compétence pour constituer un dossier et porter un projet de cette envergure.
Pourtant, pour ce trésor national en situation précaire, le salut viendra de l'Unesco. L'assistance internationale au titre de la Convention du patrimoine mondial de l'Unesco permet en effet d'aider à protéger le patrimoine mondial culturel ou naturel inscrit sur la liste du patrimoine mondial. Cette assistance se fait notamment à travers le financement de projets avec une priorité aux biens les plus menacés.
Etalés dans des hangars comme de vulgaires morceaux de roches, des fossiles exceptionnels datant probablement de millions d'années finissent dans des collections privées à cause d'un commerce qui n'obéit à aucune loi ou contrôle garantissant la préservation du patrimoine géologique exceptionnel du Maroc (Ph. SB)
L'assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial peut surtout financer des projets relevant de l'assistance d'urgence, l'assistance préparatoire ou la conservation et gestion des sites en question. Cette dernière comprend la coopération technique pour fournir de l'équipement ou des experts pour la conservation, la gestion et la présentation des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial.
Elle propose en outre l'assistance de promotion et d'éducation avec un montant allant jusqu'à 10.000 dollars. Plus important encore, l'assistance couvre la formation et la recherche. Elle permet ainsi de financer des activités de formation de personnel et de spécialistes de tous niveaux dans les domaines de l'identification, du suivi, de la conservation, de la gestion et de la présentation des biens en question, avec un accent sur les formations de groupe.
Cette assistance peut également être demandée pour entreprendre des recherches scientifiques ou des études au profit des biens du patrimoine mondial. En somme, une aubaine pour ce patrimoine trop longtemps livré à lui-même. Pour y arriver, un travail de longue haleine est nécessaire, en particulier vis-à-vis de la population et les autorités locales pour sensibiliser et faire adhérer à cette cause.
Au Maroc, l'Histoire...
Le Maroc dispose de 9 sites classés patrimoine mondial de l'Unesco. Tous les sites sont des sites culturels: Médina de Fès, Médina de Marrakech, Ksar d'Aït Ben-Haddou, Ville historique de Meknès, Médina de Tétouan (ancienne Titawin), Site archéologique de Volubilis, Médina d'Essaouira (ancienne Mogador), Ville portugaise de Mazagan (El Jadida) et Rabat, capitale moderne et ville historique. En outre, treize sites sont sur la liste d'attente, dont le site le plus récemment ajouté est celui du Chapelet d'Oasis de Tighmert, région présaharienne de oued Noun. On retrouve sur cette liste l'Oasis de Figuig, l'Aire du Dragonnier Ajgal, Casablanca Ville du XXe siècle, Carrefour d'influences, El Gour, la Grotte de Tafouralt, la Lagune de Khnifiss, la Mosquée de Tinmel, Moulay Idriss Zerhoun, le Parc national de Dakhla, le Parc naturel de Talassemtane, Taza et la Grande mosquée, et la Ville de Lixus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.