Les jugements exécutés au Maroc ont plus que doublé en 2017    Benatiq : Le Maroc est conscient des grandes mutations que connaît le phénomène migratoire    Une première. Une commission du Parlement d'Amérique centrale se réunit en bientôt à Rabat    Désenclavement rural : Le taux d'accessibilité est passé 80% selon Amara    Zinebladi : Centrale Danone met en valeur le patrimoine marocain    ADM : Ouverture de l'extension du péage de l'échangeur Meknès-Est    Emmanuel Macron loue le passage d'Henri Michel au Raja de Casablanca !    Mondial-2026 : La candidature du Maroc présentée à Accra aux présidents des Fédérations africaines    Plus de 770.000 diabétiques pris en charge par le ministère de la santé    La princesse Lalla Hasnaa a préside le vernissage de l'exposition « La Méditerranée et l'art moderne »    City Week 2018, avec ou sans Brexit, Londres restera en pole position !    La note américaine au Maroc    OCP : Un emprunt obligataire de 5 milliards de dirhams    Plus de 84 MMDH d'investissements depuis la privatisation    AWB finance la transformation du cacao au Cameroun    Le Maroc accompagne le Nigeria dans la gestion de l'eau    Une «Romantada» à Rome ?    Nasser Larguet restera-t-il à la tête de la direction technique de la FRMF ?    Un Monde Fou    Toronto : Plusieurs morts dans l'attaque à la voiture bélier    L'affaire devant le Parlement:retrait des cyclistes marocains    Réforme des CRI: Les propositions d'El Othmani    L'UIR en route vers le doctorat    La Solidarité Française disntingue trois Marocains    Istiqlal: Le clan sahraoui renforce sa position    L'emission Ensemble pour un seul but :la Candidature du Maroc 2026    Echec d'une tentative d'importation de marchandises prohibées    La plus grande ferme d'Afrique ouverte    Rabat: Lalla Hasnaa préside le vernissage de l'exposition « La Méditerranée et l'art moderne »    SM le Roi visite la Direction Générale de la Surveillance du Territoire national (DGST)    De fortes averses orageuses prévues ce mardi de 15H00 à 24H00 dans plusieurs provinces du Royaume    Salon du livre à Montréal : La culture immatérielle du Maroc au centre du débat    Le concert «Harmonie» à Oujda    INDH : Une arme contre la précarité    Le conducteur d'une camionnette fait 10 morts et 15 blessés    Inde: La peine de mort pour les violeurs d'enfants    Amazigh : Le Parlement accélère l'examen du projet de loi organique    Décès de l'ex-sélectionneur du Maroc, le Français Henri Michel    «La dévalorisation de l'action politique produit des effets négatifs»    Macron et Trump testent leur amitié sur des sujets qui les divisent    L'UE ouvre une enquête sur le projet d'acquisition de Shazam par Apple    Les clubs du peloton de tête s'inclinent    Morocco, Polisario, why war is possible...    (Exclusif) Offre d'emploi: Travaillez sur une île sans payer le loyer!    Génocide arménien, l'ombre de Talaat Pacha    (Vidéo) Accusé de racisme, Gad Elmaleh s'excuse!    «La musique me permet d'articuler des idées pour lesquelles je n'ai pas de mots»    Deux ouvriers blessés suite au renversement d'une grue géante à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patrimoine géologique et archéologique Protection Unesco: Mode d'emploi
Publié dans L'Economiste le 13 - 12 - 2017

Le Ksar Aït Ben Haddou, premier site marocain à figurer sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, jouit depuis son inscription d'une grande visibilité au niveau touristique, mais l'attention et l'aide pour sa conservation et sa valorisation sont très récentes (Ph. SB)
Avec ce patrimoine géologique et archéologique, la vallée de Drâa et l'ensemble du territoire du sud du Maroc disposent de suffisamment de critères leur permettant de rentrer dans le patrimoine mondial de l'Unesco. Le pays compte plus de 460 sites sur tout le territoire national, avec différents degrés d'importance.
Sur les 460 sites répertoriés, seuls 12 sont inscrits sur la liste des sites protégés au niveau national, et seuls quatre, jugés de valeur importante, disposent d'un gardien pour la surveillance. La question qui se pose, c'est pourquoi au Maroc, et à ce jour, aucun site de l'art rupestre ou géosite de valeur scientifique reconnue n'est inscrit sur le patrimoine mondial de l'Unesco? La raison est que la procédure légale est aussi simple que compliquée.
En effet, pour qu'un Etat membre de l'Unesco (en l'occurrence le Ministère de tutelle) puisse soumettre un dossier de candidature, il faut que celui-ci soit proposé par un tiers. Ce tiers est en principe une entité locale qui représente la population autochtone ou qui vit sur le territoire ou la zone concernée par le dossier, et sera le bénéficiaire des retombées de la classification de l'Unesco.
L'entité peut être les gestionnaires de sites, les autorités locales et régionales, les communautés locales, ONG ou associations partenaires intéressées. Or, au Maroc, la majorité des sites rupestres ou géosites se trouvent dans des zones inhabitées. Et même lorsque celles-ci sont habitées, ni la population autochtone ni les autorités locales n'ont la compétence pour constituer un dossier et porter un projet de cette envergure.
Pourtant, pour ce trésor national en situation précaire, le salut viendra de l'Unesco. L'assistance internationale au titre de la Convention du patrimoine mondial de l'Unesco permet en effet d'aider à protéger le patrimoine mondial culturel ou naturel inscrit sur la liste du patrimoine mondial. Cette assistance se fait notamment à travers le financement de projets avec une priorité aux biens les plus menacés.
Etalés dans des hangars comme de vulgaires morceaux de roches, des fossiles exceptionnels datant probablement de millions d'années finissent dans des collections privées à cause d'un commerce qui n'obéit à aucune loi ou contrôle garantissant la préservation du patrimoine géologique exceptionnel du Maroc (Ph. SB)
L'assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial peut surtout financer des projets relevant de l'assistance d'urgence, l'assistance préparatoire ou la conservation et gestion des sites en question. Cette dernière comprend la coopération technique pour fournir de l'équipement ou des experts pour la conservation, la gestion et la présentation des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial.
Elle propose en outre l'assistance de promotion et d'éducation avec un montant allant jusqu'à 10.000 dollars. Plus important encore, l'assistance couvre la formation et la recherche. Elle permet ainsi de financer des activités de formation de personnel et de spécialistes de tous niveaux dans les domaines de l'identification, du suivi, de la conservation, de la gestion et de la présentation des biens en question, avec un accent sur les formations de groupe.
Cette assistance peut également être demandée pour entreprendre des recherches scientifiques ou des études au profit des biens du patrimoine mondial. En somme, une aubaine pour ce patrimoine trop longtemps livré à lui-même. Pour y arriver, un travail de longue haleine est nécessaire, en particulier vis-à-vis de la population et les autorités locales pour sensibiliser et faire adhérer à cette cause.
Au Maroc, l'Histoire...
Le Maroc dispose de 9 sites classés patrimoine mondial de l'Unesco. Tous les sites sont des sites culturels: Médina de Fès, Médina de Marrakech, Ksar d'Aït Ben-Haddou, Ville historique de Meknès, Médina de Tétouan (ancienne Titawin), Site archéologique de Volubilis, Médina d'Essaouira (ancienne Mogador), Ville portugaise de Mazagan (El Jadida) et Rabat, capitale moderne et ville historique. En outre, treize sites sont sur la liste d'attente, dont le site le plus récemment ajouté est celui du Chapelet d'Oasis de Tighmert, région présaharienne de oued Noun. On retrouve sur cette liste l'Oasis de Figuig, l'Aire du Dragonnier Ajgal, Casablanca Ville du XXe siècle, Carrefour d'influences, El Gour, la Grotte de Tafouralt, la Lagune de Khnifiss, la Mosquée de Tinmel, Moulay Idriss Zerhoun, le Parc national de Dakhla, le Parc naturel de Talassemtane, Taza et la Grande mosquée, et la Ville de Lixus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.