Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Langues = avenir
Publié dans L'Economiste le 19 - 04 - 2019

Schizophrénie. C'est tout à fait symptomatique de notre pays. Alors que des générations ont été perdues et que le pays prend un retard incommensurable en matière de développement, les élites au pouvoir, en sont encore à tergiverser sur la langue d'enseignement... Non en arabe, non en français... jusqu'à en diaboliser les langues étrangères.
Un véritable gâchis, alors que maîtriser deux ou plusieurs langues est un luxe, une richesse. Et des générations auraient pu être sauvées de la bipolarité du système de l'enseignement, tantôt en arabe, tantôt en français. Un échec cuisant dont la facture a coûté cher au Maroc.
Cher, parce que dans les classements mondiaux, de transparence, de corruption, de droits humains ou autres nous avons trop longtemps occupé des rangs indignes. Une société éduquée commet moins de «bêtises». Cher, parce que le pays a compilé des réformes et plans d'urgence aussi infructueux que dispendieux. Et cher, parce que sans possibilité d'innover, un pays recule.
A vouloir continuer sur cette voie rétrograde et psychorigide, c'est tout le Maroc qui sera pris en otage. Et pourquoi cette hargne? Pour regagner les faveurs d'un électorat qui veut du nouveau et d'une popularité perdue?
Fort heureusement, aujourd'hui les choses bougent irrémédiablement. Le monde impose un changement à grande vitesse et pour s'inscrire dans ce mouvement, il est impératif de parler plusieurs langues et pas qu'une.
Comme le dit un passage de la loi tant controversée par des esprits étriqués: «l'apprentissage et la maîtrise des langues étrangères les plus utilisées dans le monde en tant qu'outils de communication, d'intégration et d'interaction avec la société du savoir et d'ouverture sur les différentes cultures et sur les civilisations contemporaines». Il s'agit de grandir, de comprendre, de s'enrichir, de produire, mais à aucun moment de modifier notre identité.
Depuis l'arrivée du nouveau ministre de l'Education nationale, une nouvelle architecture se dessine (voir notre entretien exclusif). Issu du monde universitaire, il en connaît les défaillances. Il a apporté de grands changements dans le contenu en faisant preuve d'innovation, et en insistant sur la maîtrise des langues étrangères pour «une plus grande justice sociale».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.