Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Marrakech devient, pour deux jours, capitale mondiale de la Justice    Maroc Telecom : progression de 10% des abonnés    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Agadir célèbre la tolérance en musique    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Au-delà d'une LDF    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion
Publié dans L'Economiste le 19 - 04 - 2019

Sorti en salles le 10 avril dernier, le dernier film de Saâd Chraibi raconte l'histoire d'un trio d'amis marocains dont le prénom commence par la lettre M: Malika la musulmane, Moïse le juif et Mathieu le chrétien
Le nouvel opus, «Les 3M, une histoire inachevée»*, sorti dans les salles le 10 avril (projeté déjà en compétition officielle au dernier festival du film national de Tanger), laisse le spectateur un peu perplexe. Par la densité de l'histoire racontée, touffue de bout en bout par une avalanche d'archives, par sa longueur (2 heures), et par le choix des dialogues en français, sans sous-titrage en arabe (alors que ceux, peu nombreux, en dialecte marocain, sont systématiquement sous-titrés en français).
C'est 60 années d'histoire, celle du Maroc, du Moyen-Orient, du clivage Est-Ouest… qui sont déroulées dans ce film, à travers un trio d'amis marocains dont le prénom commence par la lettre M: Malika la musulmane (campée magistralement par Sonia Oukacha), Moïse le juif (par Younes Bouab) et Mathieu le chrétien (interprété par Ivan Gonzalez).
La fiction (coécrite par Fatima Loukili et Saâd Chraibi) les a fait naître le même jour et dans le même quartier à Casablanca, pour tisser à travers eux une histoire d'amitié et de complicité indéfectibles, malgré la religion qui les sépare. Mais cette amitié et cette complicité ont des limites quand les événements qui déchirent le monde, faits de violence politique, idéologique et militaire ont l'effet de tremblements de terre sur les trois amis, tantôt pour les réconcilier, souvent pour menacer d'effondrement cette relation humaine scellée par un serment.
On voit les images d'archives exhumées: départ des juifs du Maroc vers Israël et ailleurs, coup d'Etat militaire contre le Roi Hassan II, la guerre des 6 jours en 1967, le massacre de Sabra et Chatila au Liban, les accords d'Oslo, l'assassinat d'Ishak Rabine, l'attentat du 11 septembre en 2001… Et d'autres images encore qui s'enchaînent à l'écran jusqu'au printemps arabe, suscitant chez les trois acolytes tantôt tristesse et doute, tantôt joie et espoir. Le sionisme est là, voilà Moïse qui prend le chemin de l'exil vers Israël. La décolonisation est là, voilà Mathieu qui rentre en France.
Cette séparation est vécue non sans douleur. Et les parents des trois acolytes qui nous rappellent par leur présence dans le film le souvenir d'un passé d'entente au-delà de toute appartenance religieuse. Lévy, le père de Moïse (campé superbement par Abdelilah Ajil) et, Rachel, sa mère (interprétée par Raouia), partis vivre en Israël, regardent avec scepticisme la relation amoureuse évoluant entre leur fils de confession juive et Malika la musulmane.
De même Othmane (Said Bey), le frère de Malika, qui regarde avec ahurissement le projet de mariage entre sa sœur et Moïse, avant qu'il ne sombre, par défaut, dans l'islamisme radical. Comble de l'opportunisme, cela ne l'empêche pas de demander à sa sœur d'intercéder auprès du juif -qu'il ne porte pas dans son cœur pour lui dénicher un contrat de travail à l'étranger.
Passé idyllique
Malgré la violence des événements qui secouent le monde et qui font interroger les trois protagonistes sur le sort de cette humanité qui s'entretue, sur celui de leur amitié, maintes fois mise à l'épreuve, celle-ci finit par transcender toutes ces épreuves. Leçon moraliste? «Plutôt l'histoire personnelle qui pourra être celle de chacun d'entre nous», se défend le réalisateur.
Le film nous renvoie un regard idyllique d'un passé interreligieux glorieux, comme si les juifs, les chrétiens et les musulmans au Maroc avaient toujours vécu en symbiose et sans le moindre accroc. L'histoire des 3M pourra être regardée selon le référent de chacun, tout dépend de son âge, de sa culture, et de sa formation politique. Il pourra être suivi avec intensité et émotion par les avertis. Le réalisateur n'y a-t-il pas sacrifié la mise en scène au profit de l'événementiel?
«Je ne fais pas un film pour un public, ni grand ni petit, ça n'est pas ma préoccupation première. J'ai fait ce film pour moi personnellement, et à chacun de faire son propre jugement», souligne Saâd Chraibi.
A son actif, de grands films tels que «Femmes et femmes» qui avait battu tous les records du box-office, mais c'était il y a plus de 20 ans (1998), quand la tablette et le smartphone n'existaient pas encore, quand la salle obscure gardait encore toute sa magie. Et curieusement, cette histoire d'amitié scellée par un pacte nous rappelle justement «Femmes et femmes», interprété par quatre fleurs en pleine éclosion du cinéma marocain de l'époque (Mouna Fettou, Salima Benmoumen, Fatéma Khair et Touria Alaoui).
Parcours
Scénariste et producteur, Saâd Chraibi a réalisé de nombreux films et documentaires sur la société et l'histoire du Maroc. Il a aussi traité la condition féminine et a reçu plus de vingt prix dans les festivals nationaux et internationaux. Il a occupé la fonction de membre, puis de président de plusieurs jurys de festivals de cinéma nationaux et internationaux. De 1995 à 2015, il était secrétaire général de la chambre marocaine des producteurs de films. Il a participé à l'élaboration de plusieurs textes juridiques qui régissent le secteur cinématographique marocain.
Filmographie
* 2018: Les 3M Histoire Inachevée
* 2011: Femmes en Miroirs
* 2008: Islamour
* 2006: Déchirement
* 2005: Demande d'Emploi
* 2004: Jawhara, Fille de Prison
* 2002: L'Affaire Sarah T.
* 2000: Soif
* 1998: Femmes… et Femmes
* 1990: Chronique d'une Vie Normale
* 1982: Absence
* 1980: Paroles et expressions
* 1978: De la Vie d'un Village
* 1976: Les Cendres du Clos:
(collective direction)
Jaouad MDIDECH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.