La BCIJ arrête l'un des extrémistes allié à Daesh    L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Le discours de la vérité!    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jésus, une grande figure biblique du Coran: Episode 3: La naissance de Jésus
Publié dans L'Economiste le 15 - 05 - 2019

L'histoire de Moïse se confond avec celle du peuple d'Israël. Elle est racontée dans l'Ancien Testament, dans la partie appelée l'«Exode», qui est le deuxième livre, après celui consacré à la Genèse (Source: Ids.org)
L'un des mystères qui concerne Jésus est d'abord celui des conditions de sa naissance. Jésus n'est pas né dans des conditions ordinaires, comme tout être humain, et sur ce point, les Evangiles comme le Coran sont d'accord. Par ailleurs, la naissance de Jésus est intervenue dans un environnement particulier dont l'analyse peut contribuer à comprendre le personnage qu'il était, ainsi que le message qu'il professait.
■ Le contexte et l'environnement de la naissance de Jésus
Le fait que Jésus soit né dans un milieu juif, car lui-même faisait partie d'une famille juive, fait que le contexte de sa naissance est étroitement lié à l'histoire d'Israël et à la religion de son peuple. Sachant qu'à l'époque dans laquelle est né Jésus, le peuple d'Israël attend la venue du Messie, selon une promesse faite par Dieu à David et qui est rappelée dans l'Ancien Testament. On oublie, souvent, que Jésus n'était pas chrétien à sa naissance mais juif. En hébreu, «juif», se dit «yahudi» et désigne, à l'origine, un habitant de Yahuda (la Judée), où l'on trouve Jérusalem et le Temple. Le mot apparaît dans la Bible, dans le deuxième Livre des Rois. Il a été transmis à l'Occident par le mot grec «ioudaios» et le mot latin «judaeus» dont on a fait «juif». Plus tard, le mot prend le sens de «membres de la religion de Yahuda». En tant que juif, Jésus était circoncis, observait la Pâque, respectait le repos sabbatique. La vie de Jésus s'inscrit, donc, dans l'histoire d'un peuple, celui d'Israël et sa naissance est intervenue dans un contexte particulier qui constitue l'une des étapes les plus importantes de ce peuple. C'est cette histoire racontée, notamment, dans l'Ancien Testament (première partie de la Bible) qu'il y a lieu de parcourir rapidement, pour planter le décor de l'environnement historique dans lequel est né Jésus. Cette histoire est également marquée par l'arrivée des Romains dont l'occupation a beaucoup marqué Jésus.
■ L'origine du peuple juif
Il est remarquable de constater que l'origine du peuple d'Israël est décrite aussi bien dans la Bible (plus particulièrement dans l'Ancien Testament) que dans le Coran, dans des termes presque identiques. Certes, il existe des différences entre les deux Livres, mais le schéma général de cette histoire est le même, s'agissant d'Abraham, considéré comme le patriarche des trois religions monothéistes, de ses descendants: Ismaël, Isaac, Jacob (Israël) et ses douze enfants, à l'origine des tribus d'Israël, de Moïse ainsi que des évènements que le peuple d'Israël a connus après le règne des rois prophètes, dont Saül (Talout), David (Daoud) et Salomon (Sulaiman).
■ L'origine du peuple d'Israël, selon la Bible
Selon la Bible, cette origine commence quand Dieu choisit Abraham (Ibrahim pour les musulmans) pour porter sa parole et prêcher l'unicité de Dieu. Abraham est originaire de Mésopotamie (l'Irak aujourd'hui). Il a émigré, avec son père, en Syrie. Dieu lui a demandé d'émigrer, encore une fois, vers Canaan, région qui couvrirait globalement, aujourd'hui, Israël et les territoires palestiniens, en débordant sur le Liban, la Syrie et la Jordanie. Il est accompagné de sa femme, Sarah, et de Lot, son neveu, fils de son frère Haran. Abraham se plaignait de ne pas avoir de descendance, donc d'héritier. Dieu lui a donné d'abord Ismaël, fils d'Agar, esclave égyptienne, alors qu'il a quatre-vingt-six ans. D'après l'Ancien Testament (Genèse, XVII), Dieu a passé
un pacte avec Abraham, alors âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans: Dieu lui donnera une descendance innombrable, ce sera le peuple juif et donnera à ce peuple le pays de Canaan, du fleuve d'Egypte jusqu'à l'Euphrate, pour qu'il s'y établisse; en contrepartie, tous les hommes de ce peuple doivent être circoncis. «À l'âge de huit jours, tout garçon parmi vous sera circoncis, et ce, à chacune de vos générations.» (Genèse, XVII). En même temps, Dieu annonce à Abraham qu'il aura un fils de sa femme Sarah, qu'il appellera Isaac. Quant à Ismaël, Il lui annonce qu'«Il fera de lui une grande nation» (Genèse, XVII-20). Isaac, fils d'Abraham, a deux fils: Esaü et Jacob. D'après l'Ancien Testament, Jacob quitte le pays pour aller vivre dans le désert de Sharan. Lors du voyage du retour, il rencontre un ange, sous l'apparence d'un homme qui lutte avec lui et qui le frappe à l'emboîture de la hanche. L'ange lui dit que, désormais, il ne s'appellera plus Jacob, mais Israël. C'est la raison pour laquelle les descendants de Jacob s'appellent «les enfants d'Israël» et que ceux-ci ne mangent pas le tendon qui est à l'emboîture de la hanche, car l'ange a frappé Jacob, à cet endroit. D'après la Bible (Genèse, XXVIII), c'est Jacob à la suite d'un vœu, qui a construit un autel, en hommage à Dieu, à l'endroit où devait être construite la ville de Jérusalem (Bait al Maqdis ou encore Al Qods pour les musulmans). Jacob (Israël) a douze fils, dont Joseph, qui constitueront les douze tribus d'Israël. L'Ancien Testament raconte l'histoire de Joseph et comment ses frères, jaloux de lui, le vendent à une caravane d'Ismaélites qui l'emmènent en Egypte et le vendent, à leur tour, à Potiphar, un officier de Pharaon. À la suite des demandes pressantes de la part de la femme de l'officier et d'un passage en prison et après avoir réussi à interpréter un rêve de Pharaon, celui-ci le nomme gouverneur d'Egypte. Le Coran consacre tout un chapitre (une sourate) à Joseph où l'on retrouve, à quelques détails près, l'histoire de ce prophète, telle qu'elle est racontée dans la Genèse. À la suite d'une grave sécheresse, à Canaan, la famille de Jacob émigre en Egypte, considéré comme le grenier de l'Orient. Elle y réside et s'accroît pour former un véritable peuple. Ce peuple est réduit à l'état d'esclavage par le nouveau pharaon qui lui fait subir toutes sortes de souffrances, dont l'assassinat de tout enfant mâle juif.
Un homme de la famille de Lévi, l'un des enfants de Jacob, ayant émigré en Egypte, prend pour épouse une Lévite qui met au monde Moïse (Moshé chez les juifs et Moussa pour les musulmans). L'histoire de Moïse se confond avec celle du peuple d'Israël. Elle est racontée dans l'Ancien Testament, dans la partie appelée l'«Exode», qui est le deuxième livre, après celui consacré à la Genèse. C'est justement Moïse, que des circonstances particulières ont fait qu'il habite dans le palais de Pharaon, qui a été envoyé par Dieu chez ce dernier, pour lui demander de libérer le peuple hébreu. Pharaon résiste jusqu'à ce que des fléaux s'abattent sur l'Egypte: le Nil est changé en sang, les sauterelles attaquent les récoltes, etc. Il a fallu la mort du fils de Pharaon pour que celui-ci accepte de libérer les juifs. Ces derniers partent d'Egypte, sous la direction de Moïse mais sont poursuivis par les troupes de Pharaon. Arrivés à la mer des roseaux, Dieu fend les eaux en deux, leur permettant de la traverser, en noyant leurs poursuivants. La fuite d'Egypte des juifs est appelée l'«Exode», du grec qui veut dire «sortie». Arrivé au pied du mont Sinaï, Moïse informe les juifs que Dieu leur propose une alliance qui fera d'eux «le peuple élu», et qu'il protégera en contrepartie de certains engagements: respecter les Dix Commandements, dont adorer Dieu et lui seul, ne pas tuer, ne pas voler, ne pas commettre d'adultère, etc. La religion juive est fondée et le peuple d'Israël devient le peuple de Dieu. Le parcours de ce peuple se fera dans le désert et dans les zones difficiles de la péninsule arabique. Pour accéder à la «Terre promise» qui se trouve à Canaan, les Hébreux ont eu peur des autochtones que des éclaireurs ont décrits comme étant des géants.
Dieu les a, alors, condamnés à errer dans le désert pendant quarante ans. Après ces quarante ans d'errance, la conquête de Canaan est réalisée sous la direction de Josué, successeur de Moïse. Une fois établis à Canaan, les Hébreux ne sont pas arrivés à mettre en place une organisation politique stable, d'où l'installation de «juges», des chefs militaires dirigeant le peuple d'Israël. Le peuple finit par réclamer un roi à Dieu. C'est David, un ancien berger qui a bravé et vaincu un géant de la tribu des Philistins, dénommé Goliath, qui va devenir, après Saül, le premier roi d'Israël . C'est lui qui réussira l'unification de ce peuple et qui va conquérir Jérusalem, en en faisant sa capitale. À sa mort, c'est son fils, Salomon, qui lui succède et qui bâtira le Temple de Jérusalem, centre religieux par excellence de la foi juive pour les années à venir. Jésus est, d'après l'Evangile de Matthieu, un descendant de David. À la mort de Salomon, certaines tribus font sécession, vers 930 av. J.-C. et créent un autre royaume. Deux royaumes coexistent alors: celui du Sud appelé «Juda», avec pour capitale Jérusalem et celui du Nord, appelé «royaume d'Israël», dont la capitale sera Samarie. Le royaume du Nord est envahi par les Araméens voisins, qui vivent sur le territoire correspondant aujourd'hui à celui de la Syrie moderne et dont la capitale est Damas. Sur le plan religieux, se développent des pratiques où l'on mélange le culte de Dieu avec celui d'autres divinités comme Baal. Ce qui est dénoncé par de nombreux prophètes dont Elie ou encore Amos et Osée. Tous ces événements auront un impact sur la vie de Jésus car il grandira en Galilée, sur le territoire de l'ancien royaume du Nord. C'est là où il se déplacera et où il réalisera la plupart de ses miracles.
Le royaume du Sud connaît la même évolution politique et religieuse que celui du Nord avec l'invasion des Assyriens auxquels succèdent les Babyloniens qui abolissent la royauté et détruisent le Temple de Jérusalem. Ils déportent une grande partie de la population à Babylone, qui correspond aujourd'hui à une partie de l'Irak. Cependant, l'Empire babylonien ne dure pas longtemps, il est remplacé en 539 av. J.-C. par l'empire des Perses, centré sur l'Iran actuel. Ainsi, l'ancien royaume du Sud devient une province de l'Empire perse. Aux Perses, succèdent les Grecs qui construisent un empire encore plus grand entre 333 et 323 av. J.-C., sous le règne d'Alexandre le Grand. De son règne, on peut retenir l'expansion de la culture et de la langue grecques, à tel point que, au IIIe et IIe siècles av. J.-C., l'usage du grec se répand partout, notamment à Jérusalem qui est devenue une ville grecque. Ce phénomène suscite la colère d'une partie de la population juive qui considère que les pratiques religieuses grecques sont incompatibles avec la croyance en un seul Dieu, d'autant plus que les rois grecs interdisent certaines fêtes juives et même la circoncision. Se forme alors une véritable résistance qui aboutit à la reprise de Jérusalem, la purification du Temple et le rétablissement du culte juif.
Un véritable Etat est formé sous la dynastie des Hasmonéens qui se sont attribués la fonction de grand prêtre qui était réservée, de manière héréditaire, aux descendants d'Aron, frère de Moïse et premier prêtre hébreu. Ce qui provoque la colère des Judéens. Les Hasmonéens installent leurs colons dans les terres conquises, dont la Galilée et en particulier à Nazareth, ville de Jésus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.