Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Energies renouvelables: L'intérêt des universités se confirme
Publié dans L'Economiste le 16 - 05 - 2019

Les universités affichent un intérêt de plus en plus poussé en matière d'énergies renouvelables, vu les opportunités d'emplois qu'elles présentent ces dernières années. Cet intérêt s'est matérialisé au niveau des offres de formation de plusieurs établissements d'enseignement supérieur comme cela est le cas notamment à l'Université Mohammed V de Rabat.
C'est d'ailleurs l'Iresen, qui, en plus de ses plateformes propres, a contribué à la mise en place de 17 laboratoires au sein des universités marocaines. Cela a permis aux établissements de dispenser des formations académiques dans ce domaine et aux étudiants de travailler leurs projets de recherche dans des conditions optimales.
Parmi les unités de recherche de la faculté des sciences de Rabat (FSR), une dédiée au groupe matériaux et nanomatériaux pour la conversion photovoltaïque et le stockage électrochimique (MANAPSE), comprenant des chimistes et des physiciens.
«Nos travaux portent sur les matériaux en couches minces et nanoparticules pour les dispositifs photovoltaïques (matériaux absorbeurs et collecteurs de charges)», précise Mohammed Abd-Lefdil, professeur à la FSR et responsable du groupe Manapse.
La cellule s'intéresse également à un autre volet de recherche concernant les phosphates et les nouveaux matériaux pour le développement de batteries lithium-ion et sodium-ion à haute densité de stockage, Pour l'enseignant de la FSR, le développement des ressources humaines, selon les standards internationaux, s'impose pour accompagner la stratégie énergétique du Maroc.
A ce titre, il rappelle que son établissement a lancé depuis 2014 un master intitulé: Energies renouvelables et stockage, qui permet la sortie de près 25 lauréats par an. Ce renforcement des capacités se fait également dans le cadre des projets de coopération, particulièrement avec l'Union européenne.
H2020 Super PV est l'un de ces projets dont l'objet vise à tester l'évolution des performances photovoltaïques de panneaux solaires innovants ainsi que de nouveaux onduleurs, sous des conditions climatiques réelles, explique Abd-Lefdil. Ce projet offre aussi des stages de formation pour les doctorants et les seniors ainsi qu'un soutien financier pour acquérir certains équipements, ajoute-t-il. L'Université internationale de Rabat (UIR) est également engagée dans la formation et la recherche dans ce domaine à travers notamment son école supérieure d'énergie.
«Sur les 300 brevets d'invention de l'UIR, une cinquantaine traite des énergies renouvelables et de leurs applications», rappelle Abdelaziz Benjouad, vice-président à la R&D à l'UIR. Cette université vient de décrocher le financement de deux projets dans le cadre des appels à projets lancés par Iresen. L'un porte sur le développement d'un système de gestion de l'énergie pour les bâtiments intelligents.
Alors que l'autre vise la mise en place d'une unité d'assemblage des solutions d'éclairage solaire performant à LED avec un objectif de créer une start-up fondée sur les brevets et les prototypes développés au niveau de l'UIR, explique Benjouad. C
e dernier rappelle que d'autres projets sont en cours de développement au sein de son établissement sur divers sujets qui se rapportent à des problématiques posées au Maroc, comme le dessalement de l'eau de mer par l'énergie solaire et la production d'une technologie photovoltaïque à concentration (CPV) à faible coût, appropriée pour le contexte marocain.
Dans le même registre, il faut signaler l'implication d'Iresen dans la mise en place de trois masters dans le cadre d'un partenariat, l'un avec l'Université Cadi Ayyad de Marrakech sur l'ingénierie des systèmes solaires thermodynamiques.
Les deux autres sont créés conjointement par Green Energy Park et l'UM6P. Le premier se rapporte à l'ingénierie des bâtiments verts et l'efficacité énergétique, alors que le second concerne l'ingénierie électrique pour les énergies renouvelables et les réseaux intelligents.
Signalons par ailleurs que la formation des ingénieurs dans le domaine de l'énergie va se renforcer par l'ouverture, en septembre prochain, d'une filière à l'Enset de Rabat portant sur l'ingénierie des systèmes énergétiques.
Les défis de la recherche
Deux défis majeurs se posent à la recherche dans le domaine des énergies. Le premier porte sur le développement de matériaux pour la fabrication de panneaux à bas coût avec une performance dans le temps. L'autre point concerne le stockage de l'énergie notamment pour les batteries. Le développement de la commercialisation des voitures électriques nécessite des batteries de grande capacité de stockage d'énergie permettant d'assurer leur autonomie pour une longue durée, avec la possibilité de les recharger rapidement, indique le professeur de la FSR. Donc, pour ce dernier, les nouveaux matériaux pour le stockage électrochimique de l'énergie (batteries lithium-ion, sodium-ion,…) constituent une voie très intéressante au vu de l'évolution des véhicules électriques et de l'alimentation en électricité des sites isolés. Grâce aux progrès de la recherche, notamment en ce qui concerne les batteries, on prévoit une baisse dans le prix de la voiture électrique de 1/3 d'ici 3 ans et de 2/3 dans 5 ans, selon le DG d'Iresen.
N.E.A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.