Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    La justice algérienne expulse Ahmed Reda Benchemsi    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Industrie pharmaceutique: Doukkali benchmarque l'expérience chinoise    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Jeux africains 2019 : Plus de 6.000 athlètes présents au Maroc    Karim Alami perd tragiquement son fils    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La prise de conscience!    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    La France se prépare à accueillir le G7    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le fauteuil    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Sept personnes arrêtées à Fès : Saisie de plus de 7.000 comprimés psychotropes    Météo: les prévisions de ce lundi    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un bac record... et après?
Publié dans L'Economiste le 17 - 07 - 2019


Source: MEN
C'est en 2018 que le cap des 70% de réussite au bac a été franchi. Cette année, il frise les 78%, le taux le plus élevé jamais réalisé au Maroc
Décidément, le taux de réussite au baccalauréat va de record en record. Au fil des dix dernières années, il n'a cessé de grimper. Moins de 45% des candidats arrivaient à décrocher leur diplôme en 2008 (voir illustrations). Aujourd'hui, presque 8 sur dix y parviennent, et plus de la moitié avec mention. Le chiffre est, certes, encourageant, mais il est aussi surprenant. Et pour cause!
Ce sont les candidats de cette année qui ont été évalués par le Conseil supérieur de l'éducation en 2016, quand ils étaient à la première année du lycée. Les résultats de l'enquête (PNEA 2016) avaient révélé un niveau en dessous de la moyenne, avec des scores allant de 32 à 45 sur 100, selon les filières, public et privé confondus, en arabe, français et maths. Ces bacheliers font aussi partie de cette génération évaluée par les enquêtes internationales TIMSS (en maths et sciences) et PIRLS (en lecture et compréhension) en 2011 et 2015, quand ils étaient au primaire et au collège, et qui avaient révélé des acquis et compétences bien médiocres.
Les résultats du bac sont d'autant plus surprenants, dans une année scolaire perturbée par plusieurs semaines de grève des enseignants. Pour le ministère de l'Education nationale, il s'agit là «du résultat d'une mobilisation générale des élèves, parents et enseignants», qui se sont investis pour rattraper les retards pris. L'on assure, également, que le degré de difficulté des examens a été maintenu.
Le «gonflage» des notes du contrôle continu, qui compte pour 25% dans la moyenne finale, pourrait aussi expliquer en partie ces résultats. L'écart entre les notes de l'examen du bac et celles du contrôle continu est de 4 à 5 points. Un écart trop important, de l'aveu même du ministère.
Le Maroc compte presque trois fois plus de bacheliers qu'en 2008. Cette progression a abouti à une massification effrénée dans le supérieur. Les moyens mobilisés n'ont pas suivi. De 2011 à 2018, l'effectif des étudiants des universités publiques a augmenté de 84%, alors que les places pédagogiques n'ont évolué que de 39%. Le budget, lui, ne s'est amélioré que de 20%, alors que le nombre d'enseignants n'a avancé que de 19%
Cette année encore, ce sont les élèves du parcours international du bac qui ont le plus brillé, avec un taux de réussite de 97,5%, en quasi stagnation par rapport à l'an dernier. Pour leur part, leurs camarades du bac pro ont été 59,5% à obtenir le précieux sésame, contre 52% un an plus tôt. Du côté des candidats libres, le taux est de 41,1% (37,5% en 2018).
Quelque 253.808 bacheliers scolarisés et 25.877 libres ont ainsi passé avec succès les épreuves, soit un total de 279.685. L'enseignement supérieur est-il prêt pour accueillir un tel effectif? Le chiffre fait déjà trembler certains établissements, notamment les facs de droit, principale destination des nouveaux bacheliers. Ces facultés à accès ouvert sont déjà surpeuplées. De 2011 à aujourd'hui, le nombre de leurs étudiants a doublé, avec une moyenne de 25.000 inscrits, alors que leur capacité est de 10.000 à 15.000 places. Celle de Casablanca-Aïn Chock, passera de 25.000 à 30.000 à la prochaine rentrée. Son taux d'encadrement ne cesse de se dégrader, avec un enseignant pour 200 étudiants, alors que la norme est de 1 pour 60.
Les établissements à accès régulé (écoles d'ingénieurs, facultés de médecine, FST, ENSA…), quant à eux, ont déjà augmenté leur capacité d'accueil de près de 50% sur les trois dernières années. Il sera difficile pour eux de fournir un effort supplémentaire sans porter atteinte à la qualité de leur offre de formation. Elles accueillent seulement 12,8% des étudiants des universités publiques. Avec des moyennes au bac de plus en plus élevées, ces écoles et facultés deviennent encore plus difficiles d'accès.
Les étudiants peuvent aussi se tourner vers une offre privée désormais plus riche et de meilleure qualité. A condition, toutefois, de pouvoir s'acquitter de leurs frais souvent très élevés (jusqu'à 130.000 pour les facs de médecine payantes). Ou encore, s'orienter vers la formation professionnelle. A lui seul, l'OFPPT propose plus de 592.000 places pédagogiques (près des 2/3 pour les diplômes de technicien et technicien spécialisé).
Le plus grand challenge sera celui de trouver, plus tard, une place sur le marché du travail pour ces jeunes, avec une croissance faible en potentiel d'emploi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.