Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mariage des mineures: Comment en venir à bout?
Publié dans L'Economiste le 20 - 09 - 2019

La répartition régionale des mineures mariées montre une prévalence élevée dans 5 grandes régions, particulièrement Marrakech-Safi et Casablanca Settat. En face, les niveaux les moins élevés sont enregistrés dans les 3 régions du Sahara.
C'est un phénomène qui a la peau dure. En dépit des réformes introduites notamment par la Moudawana, le nombre des mariages de mineures atteint encore des niveaux alarmants. En 2018, le ministère de la Justice a enregistré 32.104 demandes de mariage d'enfants. Entre 2011 et 2018, près de 85% des demandes se sont soldées par une autorisation.
Ces chiffres restent encore loin de refléter la réalité, dans la mesure où il s'agit uniquement des statistiques basées sur les demandes officielles. «Les mariages informels, dits orfi ou avec la fatiha, n'apparaissent dans aucune donnée officielle», selon le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) sur ce sujet, présenté hier à Rabat. Selon ce document, il s'agit d'une pratique qui concerne aussi bien les zones urbaines que rurales
Pour ses rédacteurs, le mariage des mineurs est considéré comme «une discrimination fondée sur le genre, un acte social fondé sur l'intérêt de la famille et de la communauté au détriment de celui de l'enfant». Résultat: cette situation consacre la précarité des jeunes filles. Surtout que ce genre de mariages précoces conduit à «des conséquences sur la santé mentale, physique et génésique, en plus des risques de déscolarisation…».
S'y ajoutent d'autres préjudices, notamment une précarisation de la situation socio-économique des filles, privées de la formation et du travail. L'une des principales conclusions des analyses menées par le CESE montre que certes, les lois reconnaissent la vulnérabilité des enfants et leur besoin d'une protection spécifique.
Toutefois, «le législateur, en dérogeant aux normes qu'il a fixées en matière de mariage, a créé de la confusion et des antinomies dans les lois qui affaiblissent la protection juridique des enfants». Il en ressort que la loi est une condition nécessaire, mais reste insuffisante pour mettre un terme à cette pratique.
La lutte contre ce phénomène doit aussi passer par la mise en place de politiques publiques visant particulièrement les mariages coutumiers des enfants. Le CESE propose plusieurs pistes face à la persistance de ce genre d'unions. L'idée est de mettre en place une «stratégie globale, visant l'éradication, à terme, de cette pratique». L'un des principaux leviers est lié à l'amélioration du cadre juridique et du système judiciaire.
Par exemple, le Conseil présidé par Ahmed Reda Chami plaide pour l'abrogation des articles 20, 21 et 22 du Code de la famille, relatifs notamment à la dérogation permettant au juge de marier des enfants par une décision motivée. Il appelle également à sanctionner sévèrement le fait de faire pression, d'induire en erreur ou de tromper l'enfant, afin d'obtenir son consentement au mariage.
Parallèlement, d'autres recommandations concernent la mise en œuvre de certaines politiques publiques, comme celle de protection de l'enfance, qui connaît des lenteurs et des difficultés d'implémentation. Le Conseil appelle à la doter de ressources financières plus importantes pour renforcer l'action territoriale portée par les ONG.
L'atténuation de l'ampleur du mariage des mineures passe également par le respect effectif de l'obligation de scolarisation de tous les enfants. Cela doit s'accompagner du développement des systèmes de protection et d'assistance sociale, parallèlement à la lutte ferme et efficace contre les mariages par contrats et les mariages arrangés, et la sanction exemplaire des parents et des intermédiaires impliqués dans ces trafics.
Suivi
La lutte contre le mariage des mineures implique la mise en place d'un mécanisme de suivi et d'évaluation, pour mesurer l'avancement du processus. Le CESE propose d'améliorer le système d'information par le développement d'indicateurs pertinents, en phase avec les droits de l'enfant et des ODD. S'y ajoute la collecte et la publication régulière des données concernant les mariages informels, les divorces dans les couples impliquant des mineurs, les enfants abandonnés, les violences conjugales… Les ministères concernés doivent également soumettre au Parlement, chaque année, l'état des lieux des mariages d'enfants et l'avancement des politiques publiques dans ce domaine.
Mariage des mineures en chiffres
* 32.104 demandes de mariage d'enfants en 2018
* 53,3% des mineures mariées sont les épouses du fils du chef du ménage
* 9,2% des veuves mineures sont chefs de ménage
* 87,7% des mineures mariées sont femmes au foyer.
M.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.